1. / Grossesse - Enfant
  2. / Enfant
  3. / Poux

Lutte contre les poux : les idées reçues !

Même avec une hygiène irréprochable, aucune tête n'est à l'abri des poux. Comment les détecter, s'en prémunir, les combattre une fois qu'ils ont envahi nos cheveux ? Recettes de grand-mère, produits miracles vendus en pharmacie, traitements chimiques ou 100% naturels... Tour d'horizon des armes à votre disposition pour se débarasser des poux et des erreurs à ne pas commettre. Des conseils que vous pourrez également retrouver dans la nouvelle brochure de l'Inpes mise à votre disposition.

Rédigé le , mis à jour le

Lutte contre les poux : les idées reçues !
Lutte contre les poux : les idées reçues !

Contre les poux, ce qui ne sert à rien :

  • Changer les taies d'oreillers tous les jours, laver tous les doudous

Les poux ne tombent pas sur le lit ou sur les oreillers. Les lentes sont fixées fermement au cheveu, et vous aurez du mal à les en déloger ! "Tant que la personne ne se coiffe pas au-dessus du lit, il n'y a pas de poux qui tombent sur le lit. Ce n'est pas la peine de tout laver en permanence", nous explique le docteur Arezki Izri, parasitologue à l'hôpital Avicenne. Par ailleurs, le pou ne se nourrissant que sang, il ne peut survivre que quelques heures hors du cuir chevelu. Les transmissions indirectes par les vêtements sont rares.

  • Débuter un traitement dès que l'enfant se gratte la tête

Si votre enfant se gratte la tête, ce peut être pour bien d'autres raisons qu'une infestation par les poux. Quand bien même vous observeriez, à la loupe, des petits points blancs ou gris dans les cheveux, rien ne garantit qu'il s'agisse de lentes (ce sont peut être des pellicules) ou que vous soyez en présence d'insectes encore vivants. Rien ne sert de lancer la moindre contre attaque si les poux ont tous "passé l'arme à gauche".

En appliquant du démélant pour cheveu (pour engluer les insectes sans les tuer) puis en passant un peigne à pou (dont les dents sont très ressérées), on peut prélever les petites bêtes, que l'on déposera sur une feuille. Après séchage à l'air libre du produit démêlant, il suffira d'approcher un cheveu des insectes qui, s'ils sont vivants, s'y aggriperont sans tarder.

Si le cheveu reste désespérement vierge, vous avez eu raison de ne pas vous alarmer : aucun combat n'est à pour l'heure à mener, faute de combattant en vie. Il convient néanmoins de réitérer l'expérience tous les quatre jours, au cas où des œufs auraient eu le temps d'éclore !

  • Se parfumer à la lavande

Aucune odeur ne fait fuir les poux, pas même celle de lavande. Si l'huile essentielle de lavande, le lavadin, est un produit hautement insecticide qui peut tuer les poux, il ne faut surtout pas l'utiliser pur chez l'enfant, puisqu'à haute doses (comme de nombreuses huiles essentielles), il est toxique pour eux ! Très faiblement dilué, on peut l'associer à un produit anti-poux. Mais il ne saurait constituer le principe actif de base.

  • Se teindre les cheveux

La teinture à cheveux n'est pas un répulsif. Néanmoins, les teintures - notamment celles à base d'ammoniac - sont composées de produits très agressifs qui décimeront les poux présents sur le crâne. Mais ces produits n'empêchent en rien les parasites de revenir, et les têtes sont rapidement infestées de nouveau.

  • Faire des shampoings avec du vinaigre

Les spécialistes le déconseillent formellement. En revanche, très fortement dilué, le vinaigre peut être utilisé pour aider à décoller les lentes. Versez une cuillère de vinaigre dans un verre d'eau, appliquez, laissez agir 10 mn, puis passez un peigne fin sur chaque mèche.

  • Faire des shampoings à l'huile d'olive

Malheureusement, l'huile d'olive n'est d'aucune efficacité sur les lentes ni sur les poux. Toutefois, si vous utilisez le vinaigre cité plus haut, vous aurez là une base intéressante pour une savoureuse vinaigrette...

 

Contre les poux, ce qui n'est pas tout à fait vrai :

  • Rien ne vaut une bonne attaque chimique

Les shampoings anti-poux et autres traitements sont loin d'être efficaces à 100% et surtout l'utilisation systématique de ces produits tend à décimer les populations de poux les plus faibles, laissant le champ libre aux populations naturellement plus résistantes qui auraient pu cohabiter.

Les attaques chimiques, quelle que soit leur nature, "c'est comme les antibiotiques, c'est pas automatique". Ainsi, selon le Dr Izri, du fait de ce phénomène de sélection des espèces les plus résistantes, les traitements à base de dérivés du pyrètre ne sont aujourd'hui plus efficaces.

  • Le peigne électronique est l'arme ultime

Selon le Dr Izri, "ce que fait un peigne électronique, un peigne anti-poux classique, en plastique, avec des dents très resserées, le fait tout aussi bien." La seule différence est qu'en plus d'attraper le pou, il le "grille". Ce qui ne fait pas une grande différence puisque le destin des poux piégés sur les peignes en plastique n'est pas beaucoup plus glorieux. Mais que l'on utilise l'un ou l'autre type de peigne, l'important est surtout de bien passer sur chaque mèche de cheveux, sans en oublier aucune ! Epargner un couple de pou revient à n'avoir rien fait.

  • Les produits à base d'huiles essentielles et d'extraits végétaux ont fait leur preuve

Pas encore ! Nombre d'entre eux sont des produits qui, "théoriquement, marchent bien", mais n'ont pas encore fait leur preuve. Très peu ont fait l'objet d'une étude.

Selon le Dr Izri, les produits dont l'efficacité est démontrée sont "la diméticone, l'huile de coco et l'huile d'anis. Mais attention de n'employer que des produits explicitement vendus en pharmacie pour lutter contre les poux. […] Les huiles essentielles pures sont très toxiques, et [doivent toujours être utilisées] avec prudence." A noter que ces produits doivent être utilisés de façon très méticuleuse. Les plus efficaces d'entre-eux seront inutiles s'ils ne sont pas appliqués sur tous les insectes. Qu'un couple de poux réchappe au traitement, et la pédiculose repartira à coup sûr.

  • Les gels ultra-gras asphyxient les poux et les lentes

Selon l'avis du Dr Zohra Berdjane, parasitologue interrogée dans le cadre de nos chats, "les gels ultra-gras fonctionnent bien sur les poux. En revanche, pour les lentes, il faut renouveler l'application après 8 jours."

 

Contre les poux, ce qu'il ne faut surtout pas faire :

  • Utiliser de l'huile essentielle de lavande pure

Comme expliqué plus haut, l'huile essentielle de lavande est un produit qui, utilisé pur et à hautes doses, peut s'avérer toxique pour l'enfant ! Très faiblement diluée, on peut l'associer à un produit. Mais elle ne saurait constituer pas le principe actif de base.

  • Utiliser un traitement vétérinaire sur un enfant

Les traitements antiparasitaires destinés aux animaux de compagnie ne doivent pas être utilisés pour combattre les poux chez les enfants. Ils peuvent provoquer crises d'asthme, bronchospasmes, voire même des intoxications neurologiques mortelles. Nombre de ces produits étant inflammables, des risques de brûlures graves sont également possibles. Nous avions consacré en 2011 un reportage aux dangers de telles pratiques.

  • Pulvériser certains produits dans un lieu mal aéré

Comme l'expliquait le Dr Izri dans notre émission, quelques rares produits encore commercialisés, incorporant des organophosphorés, peuvent être dangereux chez les personnes asthmatiques, chez qui elles peuvent provoquer un bronchospasme. C'est indiqué sur le produit. Il faut des conditions particulières d'utilisation pour créer ce risque. Il ne faut pas envoyer le jet dans le visage et dans le nez sinon l'enfant risque un bronchospasme. Il faut l'utiliser dans une pièce aérée.

En savoir plus sur les poux

Sur Allodocteurs.fr :

Et aussi :