1. / Grossesse - Enfant
  2. / Enfant

Les chiffres alarmants des jeux d'asphyxie dans les écoles primaires

Une récente étude réalisée dans l'académie de Toulouse montre que les pratiques de "jeux d'asphyxie" (ou "jeux de non oxygénation"), sont courantes en CE1 et CE2. Selon les chercheurs toulousains, 40% des élèves de ces classes s'adonneraient à ces pratiques. Un "jeu" très dangereux, que certains expérimenteraient parfois dès l'école maternelle.

Rédigé le , mis à jour le

Les chiffres alarmants des jeux d'asphyxie dans les écoles primaires
Les chiffres alarmants des jeux d'asphyxie dans les écoles primaires

Le constat avait déjà été dressé par des sondages et des associations des parents des victimes : les jeux d'asphyxie sont découverts et pratiqués tôt.

Les garçons se distinguent significativement par un taux global de pratique plus élevés : 46% des garçons contre 34% des filles ont déjà joué à un jeux d'asphyxie.

55% des garçons joueurs perçoivent le risque de mourir à l'issue de ces jeux, contre 37% des joueuses.

L'objectif de l'étude toulousaine était d'établir si cette pratique avait déjà été expérimentée par les élèves de classes de CE1 et de CE2. Vingt-cinq écoles de l'Académie de Toulouse ont été tirées au sort pour participer à l'évaluation. Un questionnaire a été réalisé par les chercheurs, à destinations des enfants.

L'école est le lieu le plus fréquent de ces pratiques

Quatre enfants sur dix déclarent avoir déjà joué à des jeux d'asphyxie à l'école. Et 53% de ceux qui ont déjà essayé trouvent ces jeux "amusants".

Les trois jeux de non oxygénation les plus connus étaient le "jeu de la tomate", le "jeu du foulard" et le "jeu à s'étrangler". La répartition de ces pratiques selon la position géographique ou l'appartenance à une école privée ou publique n'a pas montré de différences dans la prévalence de la pratique.

Les élèves de CE1 sont plus nombreux à jouer au jeu du foulard et y jouent plus souvent que les élèves de CE2. La cour de récréation est le lieu privilégié de cette activité.

Un jeu qui se joue à plusieurs

La majorité des élèves jouaient à plusieurs (64%) mais 7% des enfants ont déclaré pratiquer seuls, majoritairement des garçons (voir encadré).

"Cette pratique ne répond pas aux mêmes motivations chez les jeunes enfants et les adolescents", détaille l'étude. "Les premiers sont curieux de nouvelles expériences à partager ou de pratique collective. Il s'agit d'un phénomène de groupe sans relation avec un profil psychologique particulier (tout le monde y joue) à la différence de la poursuite de pratiques solitaires ou des pratiques à l'adolescence".

La pratique isolée serait rare chez les très jeunes enfants.

A peine un joueur sur deux connaît le risque vital

Seuls 76% des non joueurs et 48% des joueurs ont répondu que l'on pouvait mourir au cours d'un "jeu d'asphyxie".

Selon les chercheurs, la représentation de la mort est acquise progressivement durant l'enfance et pourrait être perçue par les jeunes enfants de CE1 comme un phénomène réversible et peu probable.

Les auteurs jugent important d'expliquer aux enfants le risque de séquelles et de handicap par manque d'oxygène. Mais si les parents sont conscients de la gravité de ces pratiques, la majorité continue de penser que cela n'arriverait pas à leur propre enfant. De même, de nombreux médecins de famille ou pédiatres connaissent encore mal ce phénomène.

Source : Jeux d’asphyxie chez les élèves de CE1 et CE2 / Choking games among 2nd and 3rd graders. C. Corteya et coll. Archives de Pédiatrie, décembre 2015 doi:10.1016/j.arcped.2015.10.009

Besoin d'un conseil médical ?

Service proposé par

 logo MesDocteurs

Sponsorisé par Ligatus

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24