1. / Grossesse - Enfant
  2. / Enfant
  3. / Allaitement, biberon

Les femmes contaminées par Zika peuvent continuer à allaiter, selon l'OMS

EN BREF – Les femmes atteintes du virus Zika peuvent continuer à allaiter leur bébé, rien ne prouvant un risque de transmission, a déclaré ce 26 février l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), jugeant le bénéfice supérieur au risque. 

Rédigé le

Les femmes contaminées par Zika peuvent continuer à allaiter, selon l'OMS
Les femmes contaminées par Zika peuvent continuer à allaiter, selon l'OMS

"Au vu des preuves existantes, les bénéfices de l'allaitement maternel pour l'enfant et la mère surpassent tout risque de transmission du virus Zika à travers le lait maternel", a conclu l'OMS dans des recommandations adressées aux autorités des pays touchés par l'épidémie.

L'épidémie de Zika, qui se développe surtout en Amérique latine, "pourrait empirer avant de s'améliorer", a averti deux jours plus tôt à Rio de Janeiro la directrice générale de l'OMS, Margaret Chan. Le Brésil compte déjà plus d'un million et demi de cas depuis 2015, et l'OMS s'attend à une propagation "explosive" dans les Amériques, avec 3 à 4 millions de cas cette année.

Le virus Zika, transmis par le moustique tigre, est fortement suspecté de provoquer la microcéphalie (malformation de la boîte crânienne, néfaste au développement intellectuel) chez les nouveaux-nés et le syndrome de Guillain-Barré, maladie neurologique qui peut entrainer une paralysie irréversible ou la mort.

L'OMS a rappelé que le virus a été détecté dans le lait maternel de deux mères contaminées. "Mais il n'y a actuellement aucune preuve d'une transmission de Zika à des enfants à travers l'allaitement maternel", a souligné l'organisation. 

Elle estime qu'il faudra probablement des mois avant d'établir avec certitude un lien direct entre Zika et les microcéphalies ou le syndrome de Guillain-Barré. 

Il n'existe pour l'instant aucun vaccin, ni traitement contre ce virus, mais deux vaccins semblent prometteurs : l'un est développé par l'Institut national de la santé américain et l'autre par le laboratoire indien Bharat Biotech

Voir aussi