1. / Grossesse - Enfant
  2. / Ado

Les adolescents américains manquent de sommeil

Une récente étude a montré que les adolescents américains commencent l'école trop tôt, ce qui entraîne chez eux un manque de sommeil. Les horaires ne seraient pas adaptés à leur horloge biologique.

Rédigé le

Les adolescents américains manquent de sommeil
Selon les chercheurs, c'est parce que les jeunes américains commencent l'école trop tôt qu'ils manquent de sommeil.

La majorité des adolescents aux Etats-Unis ne dormiraient pas suffisamment pour bien se concentrer et rester en bonne santé, selon une étude publiée jeudi 6 août. Les horaires trop matinaux des écoles seraient l'une des causes du manque chronique de sommeil des jeunes.

Pourquoi les ados ont-ils besoin de sommeil ?

Pendant l'adolescence, le corps est en plein développement biologique. Des nuits d'environ 9h de sommeil sont donc nécessaires :

- Pour bien grandir : la sécrétion de l'hormone de croissance est maximale lorsque l'on dort, en particulier pendant les phases de sommeil profond. Elles correspondent aux 2 ou 3 premières heures de sommeil.

- Pour l'apprentissage et la mémorisation : pendant le sommeil paradoxal, le cerveau va traiter et intégrer toutes les connaissances auxquelles il a été exposé au cours de la journée.

- Pour la maturation du cerveau : à l'adolescence le cerveau crée des neurones en permanence et le sommeil profond permet le développement de nouvelles connexions cérébrales.

En effet, les adolescents sont biologiquement programmés pour rester éveillés plus tard que les adultes, expliquent les chercheurs des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC). Ceci s'explique par la production de la mélatonine, l'hormone du sommeil sécrétée par la glande pinéale dans notre cerveau. Sa sécrétion, induite par l'obscurité, augmente à la tombée de la nuit, ce qui favorise l'endormissement. Mais avec la puberté, le cycle biologique des adolescents a tendance à se décaler, si bien qu'il est difficile pour les jeunes de s'endormir avant 23 heures.

D'où la difficulté à se lever le matin, quand il faut aller à l'école. Les auteurs rappellent que l'American Academy of Pediatrics avait encouragé en 2014 les collèges et lycées à ne pas commencer les cours avant 8h30 le matin de manière à ce que les jeunes puissent avoir les 8,5 à 9,5 heures de sommeil requises par nuit. En effet, "les horaires trop matinaux du début des cours empêchent de nombreux adolescents de dormir suffisamment", déplore Anne Wheaton, une épidémiologiste des CDC et principale auteure de cette étude.

Les établissements secondaires refusent de retarder le début des cours

Or, seuls 17,7% des établissements secondaires commenceraient les cours à l'heure recommandée, selon les chercheurs. Ainsi, outre-Atlantique, la cloche sonne en moyenne vers 8h00 dans les 39.700 collèges et lycées publics, selon des données portant sur l'année scolaire 2011-2012, mais dans nombre de lycées ils commencent dès 7h30.

De nombreux parents demandent donc aux établissements du secondaire de reculer l'heure des cours le matin mais la plupart des responsables des collèges et lycées rejettent cette idée. Ils expliquent que commencer les cours plus tardivement rendrait beaucoup plus difficile l'organisation des activités extra-scolaires, celles-ci occupant une bonne partie de l'après-midi des élèves américains.

Le manque de sommeil est donc très fréquent chez les lycéens américains. Deux sur trois ne dorment pas assez et là proportion n'a pas changé depuis 2007, selon une étude des CDC en 2013. En France aussi, les ados ne sont pas épargnés : près de 30% des 15-19 ans seraient en dette de sommeil, selon Le Baromètre santé jeunes 2010, paru en juin 2013.

Le rythme de vie des adolescents dérègle leur horloge interne

Toutefois, les heures matinales des cours et le dérèglement biologique qui poussent les jeunes à se coucher plus tard n'expliquent pas tout. L'exposition aux écrans d'ordinateurs, de smartphones ou de télévision accentue l'endormissement tardif des adolescents. "L'exposition à la lumière des écrans freine la sécrétion de mélatonine, dont le taux est diminué malgré la nuit" explique le Pr Yvan Touitou, chronobiologiste et membre de l'Académie de médecine et de pharmacie.

Si les adolescents récupèrent quelques heures de sommeil pendant les grasses matinées du week-end, ils ont cependant tendance à se décaler. En effet "en se couchant tard et en se levant tard le week-end, les jeunes se retrouvent en décalage avec leurs heures de lever et de coucher habituelles" souligne le Pr Yvan Touitou. Les conséquences de ce décalage horaire se font alors ressentir sur les performances intellectuelles des jeunes les premiers jours de la semaine, selon le chronobiologiste.

A terme, les effets d'une carence chronique de sommeil peuvent alors être désastreux. Ils peuvent conduire à une augmentation des risques pour la santé comme le surpoids, la consommation d'alcool, le tabagisme et l'usage de drogues ainsi que de mauvaises performances scolaires, soulignent les auteurs. D'où l'importance, selon les chercheurs des CDC, de proposer aux adolescents des rythmes scolaires plus adaptés à leur rythme biologique.

Avec AFP

Source : School Start Times for Middle School and High School Students — United States, 2011–12 School Year - Anne G. Wheaton and al, Morbidity and Mortality Weekly Report (MMWR), August 7, 2015 / 64(30);809-813.

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24