1. / Blogs
  2. / Le Blog Hormones - Nutrition - du Dr Boris Hansel

Le Blog Hormones - Nutrition - du Dr Boris Hansel

Le Blog Hormones - Nutrition - du Dr Boris Hansel

Fatigue...et les nodules thyroïdiens ?

Rédigé le 28/10/2016 / 0

Bonjour,

Ce mois-ci, ma chronique, au Magazine de la Santé, concerne la fatique. Et plus particulièrement les causes hormonales de la fatigue.

De nombreuses consultations médicales commencent par "Bonjour, docteur, je viens vous voir car je suis fatigué".

Si vous avez regardé ma chronqiue (c'est encore possible de le faire en replay sur le site allodocteurs.fr ou ci-dessous), vous savez maintenant dans quels cas une origine hormonale à cette fatigue doit être évoquée. Avec l'aide de Marina et Benoît, nous avons passé en revue les causes hormonales à rechercher.  Nous avons notamment parler de la thyroïde.

Certains d'entre vous s'attendaient peut-être à ce que je parle des nodules thyroïdiens. Je ne l'ai pas fait et ce n'est pas un oubli ! Car les nodules thyrodiens, en eux mêmes, ne fatiguent pas ! 

En effet, un nodule c'est "une boule" de tissu thyroidien. Dans l'immense majorité des cas, ces nodules sont bénins, c'est à dire qu'ils ne contiennent pas de cellules cancéreuses. Egalement dans la majorité des cas, ils ne font rien. En particulier, ils ne perturbent pas la fabrication des hormones par la thyroide: ils n'entraînent ni un excès ni un défaut de la fabrication de ces hormones. Or, dans ma chronique j'ai mentionné les deux situations dans lesquelles la thyroïde fatigue: c'est lorsqu'il y a hyper (trop d'hormones) ou hypothyroïdie (pas assez d'hormones thyroïdiennes).

C'est dans moins de 10% des cas que les nodules se mettent à fabriquer des hormones en excès et c'est seulement dans ce cas, parce qu'il y a hyperthyroidie que ces nodules peuvent être responsables d'une fatigue.

En clair, si vous avez des nodules thyrodiiens, il doivent être surveillés par échographie et par une prise de sang, généralement annuelle, pour vérifier qu'ils ne provoquent pas d'hyperthyroïdie. Et si le bilan hormonal est normal, il faut chercher une autre origine à la fatigue...

A très vite sur Allodocteurs

Dr Boris HANSEL

Peut-on guérir du diabète avec des médicaments ?

Rédigé le 05/10/2016 / 0

Bonjour,

Lors de ma dernière chronique au Magazine de la santé, j’ai abordé la question du traitement du diabète en répondant plus particulièrement à une question : peut-on en guérir ? Si vous avez eu l’occasion de visionner cette chronique, vous aurez certainement compris mon message principal : on ne peut pas guérir le diabète, mais en revanche il est possible de se mettre en rémission de cette maladie, en particulier pour les personnes qui souffrent d’un diabète de type 2.

Nous avons parlé de l’hygiène de vie, de la chirurgie bariatrique et des méthodes de remplacement du pancréas malade par un pancréas sein. Vous remarquerez qu’à aucun moment je n’ai parlé des médicaments du diabète.

Souvent, les patients diabétiques, lorsqu’ils constatent l’efficacité des médicaments antidiabétiques se pensent guéris et souhaitent arrêter leurs traitements. C’est évidemment une très  mauvaise idée ! Pourquoi ? Car aucun médicament ne peut guérir le diabète. Ils permettent de réduire l’accumulation de sucre dans le sang, donc de faire baisser, voire de normaliser la glycémie. Mais à l’arrêt du traitement…la glycémie remonte. Si vous avez eu l’occasion de visionner ma chronique (vous pouvez la revoir en replay…), vous comprendrez aisément, en lisant ce qui suir, pourquoi la guérison avec les médicaments n’est pas possible.

On dispose aujourd’hui, en France, de 5 familles  de médicaments

Tout d’abord l’insuline, qui ne peut être administrée que sous forme d’injections, en tout cas pour le moment. Son rôle est de remplacer l’insuline qui manque au diabétique.

La metformine, le médicament le plus souvent prescrit dans le diabète  de type 2. Son effet est de réduire la résistance à l’insuline.

Les sulfamides et glinides : ces médicaments agissent en stimulant le pancréas pour qu’il fabrique et libère dans de l’insuline…encore faut-il qu’il que le pancréas en soit encore capable.

Les gliptines : ils  « poussent » aussi le pancréas à secréter de l’insuline mais par un mécanisme différent de celui de la famille précédente.

Les « GLP1 » : ces médicaments s’administrent par voie injectable, soit tous les jours soit de façon hebdomadaire. Comme les gliptines ils stimulent le pancréas mais ils exercent d’autres effets. Parmi eux, il y a le ralentissement de la vidange de l’estomac : la conséquence, c’est une réduction de l’appétit et donc une perte de poids.

D’autres médicaments existent mais ils ne sont pas commercialisés en France. On peut  citer les gliflozines qui agissent en aidant le sucre en excès à être éliminé dans les urines…

Comprenez-bien que ces médicaments sont efficaces mais qu’ils ne guérissent pas le diabète. Et surtout n’oubliez pas le traitement essentiel du diabète : l’insuline pour le type 1 et l’hygiène de vie pour le type 2 ! 

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24