1. / Blogs
  2. / Le Blog Hormones - Nutrition - du Dr Boris Hansel

Le Blog Hormones - Nutrition - du Dr Boris Hansel

Le Blog Hormones - Nutrition - du Dr Boris Hansel

Nos hormones perturbées par l'alcool

Rédigé le 27/06/2016 / 0

Nous buvons de l'alcool pour de nombreuses raisons. Vous connaissez les symptômes rapides que cette boisson a sur notre organisme : euphorie ou au contraire humeur triste, désinhibition, augmentation de la libido… En fait, chacun d'entre nous réagit, à sa façon, au vin et plus généralement aux boissons alcoolisées.

  • Certaines personnes boivent pour réduire le stress. Mais fabrique-t-on moins d'hormones de stress comme l'adrénaline, quand on boit de l'alcool ?

Effectivement l'alcool agit sur le stress et l'anxiété. Mais les effets dépendent de la dose d'alcool consommée et de la fréquence avec laquelle on boit. Il faut distinguer deux situations très différentes.

Premier cas : vous buvez deux ou trois verres de temps en temps, alors que vous vous sentez stressé. Cela vous permet de diminuer en quelques minutes l'anxiété et le stress par une action directe de l'alcool au niveau du cerveau. Il s'agit de l'effet anxiolytique de l'alcool. La sensation d'euphorie souvent associée est liée à la fabrication de dopamine par les neurones.

Deuxième cas de figure, vous buvez plus de trois verres d'alcool, régulièrement pendant plusieurs mois. Il s'agit d'une consommation chronique et excessive. Excessive, car cela peut provoquer un état de dépendance à l'alcool. On éprouve alors un besoin irrépressible de boire. C'est le craving. On a besoin d'augmenter les doses d'alcool pour ressentir les mêmes effets anxiolytiques. Et finalement, sur le long terme, on se sent le plus souvent stressé. 

Sur le plan chimique, on observe des perturbations de la fabrication des hormones qui régulent le stress. Ces hormones de stress c'est notamment le cortisol, une substance chimique fabriquée par les glandes surrénales, des petits organes qui se trouvent juste au-dessus des reins. Le cortisol augmente parce que cette situation de dépendance à l'alcool provoque la fabrication d'autres hormones du stress au niveau de l'hypothalamus et de l'hypophyse, deux petits organes situés proche du cerveau qui commandent la surrénale.

  • On dit que l'alcool booste la libido. Est-ce un bon traitement de l'impuissance ?

L'alcool en aigu, c'est-à-dire dans les minutes qui suivent la consommation de quelques verres, a un effet désinhibiteur et donne cette impression de libido boostée, le désir d'avoir un rapport sexuel est donc  augmenté. Mais attention, même si la libido augmente, la prise d'alcool peut altérer le fonctionnement des organes sexuels, en particulier limiter l'érection.

L'alcool peut donc augmenter transitoirement la libido, mais en même temps il peut provoquer une impuissance, en particulier quand on en consomme régulièrement plus de trois verres par jour. Cet effet passe notamment par l'impact de l'alcool sur les hormones sexuelles, les hormones fabriquées par les testicules chez l'homme et les ovaires chez la femme.

  • L'alcool perturbe la fabrication des hormones sexuelles. Ces hormones jouent un rôle important pour la libido mais aussi pour la reproduction. Quel est l'impact de ces perturbations sur la fécondité ?

La consommation d'alcool entraîne une augmentation de la fabrication de testostérone, l'hormone sexuelle principale de l'homme et des œstrogènes, les hormones sexuelles de la femme. Et une hormone qui joue un rôle majeur dans l'ovulation, la LH qui vient de l'hypophyse, est aussi augmentée chez les femmes qui boivent de l'alcool régulièrement.

  • LH augmentée, ovulation favorisée ?

Cela a été évoqué par quelques chercheurs. Ils ont observé que des femmes qui boivent modérément tombent enceintes plus vite que celles qui ne boivent pas. Leur hypothèse est que l'ovulation est favorisée parce que la LH augmente. Mais attention, la majorité des études ne vont pas dans ce sens. Et la plupart des experts considèrent que les boissons alcoolisées réduisent la fertilité de la femme. L'arrêt de l'alcool fait d'ailleurs partie des conseils qui sont donnés aux femmes qui ont du mal à tomber enceinte.

  • Après la ménopause, l'alcool a-t-il encore des effets sur les hormones sexuelles ?

Oui, l'alcool, en tout cas au-delà de deux verres par jour, augmente la fabrication des œstrogènes. Et c'est peut-être par ce mécanisme que l'alcool favorise le cancer du sein.

  • En dehors de ces effets sur les hormones sexuelles, l'alcool perturbe-t-il d'autres systèmes hormonaux et donc d'autres fonctions importantes de l'organisme ?

Si vous buvez un apéro alcoolisé, vous avez certainement constaté que cela vous ouvre l'appétit. C'est une réalité. La science l'a démontré aussi bien chez l'homme que la femme. Cela semble dû à un effet de l'alcool sur l'hypothalamus, un organe situé à côté du cerveau et qui joue un rôle clé dans la régulation de l'appétit.

Cette augmentation de l'appétit peut expliquer en partie la prise de poids observée chez des personnes qui consomment régulièrement un peu d'alcool à l'apéro… même si elles ont l'impression de manger normalement.

  • En résumé, même quand on boit un peu d'alcool on perturbe nos hormones, avec des effets plutôt négatifs ?

Ce qu'il faut retenir, c'est qu'un à deux verres d'alcool est bon pour le plaisir. Mais attention, même pour ces petites quantités prises régulièrement, l'alcool n'est pas conseillé, en particulier si vous êtes à risque de cancer du sein, si vous cherchez à tomber enceinte, et si vous avez des problèmes de poids…

Enfin, si vous êtes stressé et que vous avez besoin de boire pour vous relaxer, consultez un médecin car vous risquez de devenir dépendant à l'alcool. Il existe d'autres solutions bien plus efficaces à long terme dans votre cas.
 

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24