1. / Blogs
  2. / Le Blog Hormones - Nutrition - du Dr Boris Hansel

Le Blog Hormones - Nutrition - du Dr Boris Hansel

Le Blog Hormones - Nutrition - du Dr Boris Hansel

Tout le monde peut se mettre au sport...à condition d'être bien dans ses baskets !

Rédigé le 24/03/2016 / 0

Au cours de mes consultations, je rencontre très souvent des patients qui affirment qu’ils ne peuvent pas faire de sport. Les raisons avancées sont multiples. Mais le plus souvent, c’est le manque de temps ou des douleurs, voire des contre-indications données par différentes catégories de soignants qui sont mises en avant !

Je pense notamment à une femme de 53 ans, prénommée Michèle, qui m’a consulté récemment pour une anomalie des triglycérides (excès de graisses dans le sang), un prédiabète (anomalies qui montrent un risque de devenir diabétique) et un excès de poids localisé au niveau de l’abdomen, bref ce qu’on appelle  le syndrome métabolique.

Michèle m’annonce d’emblée qu’elle mange équilibré. Je lui explique que je ne remets pas en question ses dires et je lui demande si elle pratique des activités physiques. Elle me répond sans hésitation un franc « non ». Puis, elle ajoute « de toute façon je ne peux rien faire : j’ai mal aux pieds et je n’ai le droit qu’à la piscine car j’ai une hernie discale… ».

Je lui explique que je comprends ses douleurs et ses craintes de réveiller des douleurs lombaires et de type sciatique. Mais ne rien faire, c’est bien pire… Je la sensibilise sans tarder à l’extrême nécessité de trouver des solutions. En effet, ses problèmes métaboliques devront être nécessairement traités à l’aide de l’activité physique. Aucun régime miracle et encore moins les médicaments ne peuvent l’aider à s’en sortir. La situation est préoccupante et l’enjeu est de taille : il s’agit d’éviter l’apparition d’un diabète, d’une hypertension mais je m’arrête là afin de ne pas l’angoisser. Elle se sent perdue car elle ne voit vraiment pas d’issue à son problème.

D’expérience, je sais pertinemment qu’elle peut tout à fait mettre en place des activités physiques et sportives efficaces et adaptées à sa situation. Encore faut-il pour cela qu’elle soit activement demandeuse de solutions. Les choses sont moins simples et évidentes qu’elles n’y paraissent pour traiter ce type de patiente. 

Après cet échange, j’ai pu relever un certains nombres d’informations et je regarde ses pieds, enfin ses chaussures. Son pied est totalement moulé, voire boudiné dans la chaussure. Je lui demande de se déchausser et je mesure sa pointure. Bien évidemment, elle me demande « mais pourquoi faites-vous cela Docteur ? ». Elle la connaît sa taille !  Inutile de la lui mesurer. Cela fait d’ailleurs une trentaine d’année que c’est la même ! Et c’est bien le problème... Alors qu’elle se chausse avec des chaussures de ville en 39, les mesures prises indiquent qu’elle devrait mettre du 40,5. Voilà pourquoi ses chaussures semblent un peu déformées et élargies… Pour faire de l’activité physique et bouger tout court, il faut être bien dans ses chaussures. Mettre la bonne pointure paraît une évidence mais on s’aperçoit que si les gens se préoccupent de changer leur taille de vêtement avec les fluctuations pondérales, il n’en est pas de même pour les chaussures.

Je lui propose donc dans un premier temps de se chausser en 41, d’autant que ses pieds ont tendance à gonfler en fin de journée, de mettre des chaussures confortables, au mieux qui comportent un gel pour l’amortissement et de revenir me voir dans une semaine.

Sept jours plus tard, Michelle vient à son rendez-vous chaussée suivant mes conseils. Elle a opté pour des chaussures de marathon. Ses premiers mots : depuis que je me chausse à ma taille, non seulement je n’ai plus mal aux pieds mais cela me donne envie de marcher !

Ayant gagné la confiance de Michèle, je lui explique que ce sera la même chose en ce qui concerne sa hernie discale. Ce n’est pas une contre-indication au sport, bien au contraire, à condition de suivre certaines consignes. Mes compétences étant limitées à ce stade, je l’adresse à une éducatrice médico-sportive, c’est-à-dire une professionnelle de l’activité physique pour la santé. Michèle découvre ce métier mais comprend qu’il existe certainement des solutions pour elle. Il faut juste apprendre comment faire avec quelqu’un qui s’y connait !

Et nous ne sommes pas trompés puisque, trois mois après la première consultation Michèle a mis en place tout ce qui est recommandé pour elle en vue de freiner l’évolutions de ses problèmes métaboliques et tout cela sans réveiller la moindre douleur de sciatique…

Cette histoire illustre une situation fréquente des patients qui pensent être condamnés à la sédentarité. Mais il y a toujours des solutions adaptées à chaque cas. 

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24