1. / Blogs
  2. / Le Blog Hormones - Nutrition - du Dr Boris Hansel

Le Blog Hormones - Nutrition - du Dr Boris Hansel

Le Blog Hormones - Nutrition - du Dr Boris Hansel

Mon obésité est d'origine hormonale, c'est certain...

Rédigé le 22/02/2016 / 0

Si j’ai récemment choisi de vous expliquer dans quels cas une maladie hormonale pouvait être la cause d’une obésité (voir ma chronique du 29 janvier au magazine de la santé), c’est à la suite d’une rencontre avec une patiente à ma consultation.

 Cette femme, d’une cinquantaine d’année, pèse un peu plus de 150 kg.  Elle vient me voir car elle souhaite bénéficier d’une chirurgie bariatrique. A ce niveau de poids, c’est généralement justifié mais non sans discuter un certain nombre de choses avant d’organiser une rencontre avec le chirurgien. Une chirurgie ce n’est jamais anodin !

Je l’interroge sur les raisons de sa prise de poids. Elle m’affirme que c’est certainement un problème hormonal qui est en cause car elle ne mange « presque rien ».  Ça s’annonce délicat !

J’examine la patiente à la recherche d’une cause hormonale comme je le fais systématiquement.

Verdict : aucun signe clinique d’une telle pathologie n’est détectable. Il faut à présent lui expliquer avec tact que son obésité n’est pas d’origine hormonale. Naturellement, je fais confirmer le diagnostic clinique par des examens complémentaires. Ma patiente est accablée. Désespérée. Un monde s’effondre.  Elle fond en larmes.

Je la laisse s’apaiser et j’engage alors une discussion plus approfondie sur ses habitudes alimentaires. Mais l’enquête alimentaire paraît simple, bien trop simple à mon goût. La patiente m’explique qu’elle ne fait qu’un repas par jour : un déjeuner léger. Le matin, c’est un café noir et le soir elle ne mange pas car elle n’a vraiment pas d’appétit.

Elle a d’ailleurs rencontré plusieurs fois des diététiciens qui lui ont dit qu’elle prenait du poids car elle ne mange pas suffisamment ! Ça se corse. Sa croyance a été renforcée par des ne non-sens de personnes démunies face à son cas. Comme souvent, sont invoquées la malchance, la fatalité ou des hypothèses improbables. Le patient est alors totalement perdu…. Mais pas définitivement. Je commence à avoir l’habitude.

Pour essayer d’avancer, je propose à la patiente de faire entrer son mari qui l’a accompagnée à ma consultation. Elle accepte volontiers. Il confirme les propos de sa femme et affirme en souriant affectueusement qu’il doit manger cinq fois plus qu’elle, alors que lui ne présente qu’un simple surpoids abdominal.

Nous discutons une cinquantaine de minutes et je finis par expliquer à cette patiente que je ne remets pas en question la perception qu’elle et son mari ont de ses apports alimentaires. Cependant, si vraiment elle mange aussi peu, la chirurgie bariatrique ne sera pas efficace…

Pour l’aider à avancer dans sa démarche, je lui propose de venir quelques jours en hospitalisation pour faire un bilan hormonal et surtout surveiller son poids, sous un régime alimentaire contrôlé à très basses calories. Je prévois de mesurer quotidiennement la dépense énergétique au repos pour comprendre ce qui se passe. Elle est rassurée et confiante. Persuadée que la lumière sera faite sur son cas.

Quelques temps plus tard, lors de son arrivée en hospitalisation, l’interne de mon équipe, en charge d’accueillir et d’examiner la patiente m’appelle pour me faire part de ses observations. La patiente et son mari lui ont d’emblée annoncé qu’ils ont fini par comprendre la cause de la prise de poids.

Ni elle, ni lui ne s’étaient rendus compte de l’importance des prises alimentaires, entre les repas ! Entre la consultation et l’hospitalisation, son mari s’est aperçu qu’elle ouvrait le placard et se servait d’aliments divers tout au long de la journée. Un peu à chaque prise. Mais beaucoup au bout du compte. Effectivement, elle n’avait pas faim lorsque lui se mettait à table ! Aussi étonnant que cela puisse paraitre ma patiente n’était absolument pas consciente de ce trouble du comportement alimentaire dont l’origine certainement psychologique reste à élucider…

Cette situation extrême illustre combien il est difficile de montrer à une personne qu’elle mange trop quand elle est persuadée du contraire...Merci au conjoint !

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24