1. / Blogs
  2. / Idées reçues sur le sport

Idées reçues sur le sport

Idées reçues sur le sport

Il faut attendre 40 minutes lors d’exercices physiques pour que le corps puise dans ses réserves de graisses, avant il utilise du sucre. Vrai ou faux ?

Rédigé le 09/05/2012 / 2

Résumé :

FAUX ! Il n'est pas nécessaire d'attendre 40 minutes pour consommer des graisses ni pour mobiliser celles stockées. La consommation est instantanée et la mobilisation est très rapide tout simplement parce que c'est la source d'énergie la plus utilisée par nos cellules. De plus, la fin de l’exercice ne marque pas la fin de la libération des graisses. Bien au contraire !

Un effort de 15 minutes consomme des graisses, mobilise celles stockées et consomme ces dernières lors de la récupération. Il faut donc regarder l’exercice physique sous un nouvel angle, de façon globale, pour mieux comprendre ce qui se passe réellement.

 Introduction :

 A la télévision, dans les journaux, de la part de certains coachs sportifs et même dans des colloques scientifiques, nous entendons périodiquement qu’il faut attendre 40 minutes à l’effort avant que notre corps puise dans ses réserves de graisse. L’information comprise est qu’il ne sert à rien de faire de l’exercice moins de 40 minutes puisque cela n’aurait pas d’influence sur l’objectif voulu ; la perte des bourrelets disgracieux, voire plus.

Comment est-il possible d’affirmer cela ? Des études pour le prouver ? Comment justifier que certains programmes fonctionnent sans respecter l’adage ?

 L’erreur viendrait des anciennes études qui sont soit lues trop rapidement, soit incomplètes, soit mal interprétées, soit concernant un groupe particulier dont les résultats ne sont pas forcément généralisables…

…  Bien des études sont effectuées sur des non sportifs, l’utilisation énergétique de leurs corps est mal adaptée à la pratique sportive. Au bout de quelques séances, le corps s’adapte et cela change les données que nous pourrions observer.

Les vieilles études sont souvent reprises dans les livres modernes. On se plait de remontrer les mêmes schémas, avec les mêmes conclusions, surement par simplicité. Aussi existe-t-il une étude de 1934 qui est toujours citée pour démontrer que la consommation de graisse est importante au bout de 40 minutes. En reprenant l’étude d’origine et non la version des livres, nous découvrons d’autres aspects qui ne sont jamais évoqués.

Pour argumenter, nous sommes obligés de nous immerger dans le domaine de la physiologie de l’exercice, la science qui s’intéresse au fonctionnement du corps durant nos activités physiques.

Afin de mobiliser les graisses dans le corps (ou lipomobilisation), il faut envoyer des messages aux cellules qui stockent celles-ci. Trois systèmes principaux en sont capables :

-Le pancréas : il gère le taux de sucre de sang et relâche 4 hormones, retenons l’insuline force la pénétration du "sucre" dans les cellules, il est utilisé ou stocké) et le glucagon, ce dernier stimule la mobilisation du tissu graisseux.

-Les glandes surrénales : elles relâchent de très nombreuses hormones, nous nous intéresserons aux deux que l’on nomme les catécholamines (adrénaline et noradrénaline). Bien entendu, le rôle que nous retiendrons ici sera la mobilisation du tissu graisseux.

-Le cœur : ce n’est pas qu’une pompe c’est aussi un organe endocrine (qui relâche des hormones). Il libère par le biais de l’oreillette droite et des 2 ventricules des hormones qui sont de puissantes mobilisatrices du tissu graisseux. L’accélération du cœur libère les hormones.

L’exercice physique stimule ces 3 parties qui ont ce rôle commun sur le tissu graisseux.

Avec une compilation importante d’étude sur l’être Humain et non sur l’animal, voici les conclusions actuelles :

-Dès le début de l’exercice, les études montrent une consommation instantanée de la graisse circulante dans le sang.

-La mobilisation des réserves de graisse se fait très vite, moins de 15 minutes.

-La fin de l’exercice ne montre pas la fin de la mobilisation des graisses... C'est même l'inverse, ce phénomène dure encore des heures.

-Les graisses rentrent dans le muscle mais ne sont parfois pas consommées entièrement, ce dernier ne prend que ce qui l’intéresse. 

-Une fois l’exercice terminé, le corps utilise les graisses qui ont été relâchées dans le sang pour refaire les stocks d’énergie. C’est bien pour cette raison qu’il ne faut pas manger après l’effort lorsque la perte de poids est l’objectif recherché. Attendre 1 à 2 heures est une bonne idée…

- Durant les 2 premières heures d’exercices, il n’y a pas de grandes variations d’utilisation de l’énergie en faveur des graisses. Il faut dépasser ces 2 premières heures pour les voir se manifester. Comme tout le monde ne pratique pas d’activité physique de plus de 2 heures, il faut oublier cet aspect.

-L’organisme fait tout ce qu’il faut pour utiliser les graisses de préférence, ainsi le niveau d’entrainement, l’âge, le sexe et bien d’autres paramètres modifient les chiffres que nous pouvons lire dans les études.

Il n'existe à ce jour aucun argument pour dire que 30 minutes d’exercices n’utilisent pas les graisses. A intensité égale, il est évident que 40 minutes consomment plus que 30 minutes, mais l’argument est logique par défaut. 120 min consomment plus que 40 min...

La bonne durée n’existe vraiment pas, seul le cumule d’exercices est intéressant, 2 x 20 minutes ou une fois 40 minutes donnent le même résultat. Par semaine, il faut atteindre au moins 150 minutes pour perdre du poids avec intensité modérée (cf article d'avril http://www.allodocteurs.fr/article-blog-sante-perte-de-poids-finalement-le-sport-fait-il-maigrir--93-478.asp?1=1 .)

 En conclusion :

 Affirmer qu’il faut attendre 40 minutes avant de consommer des graisses est un concept qu’il faudrait bannir, en effet, il peut même décourager les personnes qui ne disposent que de 30 minutes le midi pour s’entrainer.

De plus, quoi de plus ridicule qu’un programme de 40 minutes, si certains sont sûrs qu’il faut attendre ce temps pour consommer des graisses, pourquoi prescrivent ils des programmes de 40 minutes ? C’est là que ça devient intéressant selon eux, il fallait donc continuer la pratique et non la stopper… 

Ce manque de logique devra vous alerter la prochaine fois que vous l’entendrez de la part d’un professionnel.

Bougez comme vous le pouvez, cela fonctionne si vous ne mangez pas tout de suite après l’effort et que vous demandez conseil auprès de professionnels sur votre alimentation.

Didier Reiss (merci à Pascal Prevost pour la relecture)

 

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24