1. / Blogs
  2. / Chroniques d'une jambe cassée

Chroniques d'une jambe cassée

Chroniques d'une jambe cassée

Happy Birthday la Sécu !

Rédigé le 31/10/2016 / 0

La Sécu est née il y a 71 ans par les ordonnances des 4 et 19 octobre 1945. Et la vie a donc fait que le jour anniversaire des 70 ans, le 19 octobre 2015, j'ai été victime d'un accident qui m'a brutalement rapproché du fonctionnement de cette énorme machine si importante et si souvent décriée... Peut-être pour mieux la connaître... Ce 19 octobre 2015 donc, la sécurité sociale fêtait ses 70 ans et ce « Putain de camion » (comme chantait Renaud à propos de la mort de Coluche en moto) me coupe la route alors que je roulais paisiblement. Bien que je réussisse à éviter de justesse ce camion qui ensuite prendra la fuite, je percute un véhicule à l'arrêt sur la voix de gauche. Je suis victime d'une double fracture tibia péroné. Happy Birthday to you Miss Sécu, le jour de tes 70 ans, me voilà transporté dans ton monde, un monde que je ne connais pas vraiment, mais que je vais découvrir...

 

Un système d'entraide issu du Moyen-Age

 

Dès le Moyen-Age, certains professionnels de corporations s'organisent et créent un système basé sur une adhésion volontaire permettant d'assurer une assistance limitée en cas de maladie. Puis au 18ème siècle, la révolution abolit les corporations par le décret d'Allarde. Naissent alors les sociétés de secours mutuels issues de la Charte de la mutualité qui définit les grands principes de la mutualité française avec sa loi du 1er avril 1898. Les sociétés de secours mutuels deviendront les mutuelles que l'on connait aujourd'hui encouragées à se développer sous la troisième république, les mutuelles pourront désormais intervenir sans aucune limite dans la protection sociale, en restant indépendantes de l'état.

 

 

La Sécurité Sociale, une « machine de guerre » se met en place

 

Pendant la deuxième guerre mondiale, Le Conseil national de la résistance ambitionne de créer un régime unique de sécurité sociale comme c'est écrit dans son programme :

« un plan complet de sécurité sociale, visant à assurer à tous les citoyens des moyens d’existence, dans tous les cas où ils sont incapables de se le procurer par le travail, avec gestion appartenant aux représentants des intéressés et de l’État »

 

Le plan est mis en œuvre par les ordonnances des 4 et 19 octobre 1945 fixant le régime des assurances sociales. La loi du 22 mai 1946 limitera le « régime général » aux salariés de l'industrie et du commerce. En 1947, la sécurité sociale est étendue aux fonctionnaires et ne cessera d'évoluer pour être l'organisme que l'on connaît aujourd'hui.

 

L'immatriculation à la sécurité sociale s'effectue dès la naissance pour les personnes nées en France. Il est attribué par l'Insee à partir de l'état-civil transmis par les mairies, c'est à partir de 16 ans que les personnes nées en France prennent connaissance de leur numéro de sécurité sociale lorsqu'elles reçoivent leur carte Vitale. Pour les personnes nées à l'étranger, l'immatriculation a lieu après une démarche effectuée par elle-même ou par l'employeur.

 

La Sécu, séculaire, l'air de rien, rien à faire...

 

Un monde fait de paperasses, de coup de téléphone, d'attente et d'incompréhensions... Je vais par exemple très vite découvrir et comprendre qu'il est difficile de revendiquer ses droits si les papiers donnés ont été mal remplis... Mais dans un premier temps, je dois contacter mon employeur car je vais devoir être remplacé. Etant donné que je rentrais d'une journée de travail, on me signale de bien déclarer aux soignants qui interviennent que c'est un accident de travail ou plus exactement un accident de trajet travail-domicile, qui reste reconnu comme un accident de travail et il est important que cela soit noté tout de suite. Mon employeur déclare aussi l'accident de travail à la sécurité sociale.

 

Ma sortie d'hôpital se fait un samedi, je récupère alors un certificat médical établi par un interne. C'est ce certificat médical qui officialisera ma nouvelle situation, je souhaite faire compléter la constatation des blessures, mais c'est impossible, on me dit que personne ne peut le faire. Je demande si la très légère rature sur la date d'établissement du certificat médical ne va pas poser de problème car je crois savoir que la sécu est pointilleuse. On me alors regarde de hauten bas en me gratifiant d'un sourire en coin « Ne vous inquiétez pas, la sécu a l'habitude ». C'est sûr, je suis novice et puis le personnel hospitalier a bien d'autres choses à faire... Mais c'est bizarre, j'ai comme un mauvais pressentiment et je n'aime pas cela... De plus, je suis devenu très dépendant alors j'insiste pour que l'on me refasse le certificat médical afin de partir tranquille et être sûr de ne pas avoir de problème, mais en vain. Il n'y a personne de compétent et après une dizaine de minutes d'attente devant un bureau qui reste désespérément vide, je fais signe aux ambulanciers qui s'impatientent que nous pouvons y aller, le samedi, c'est service réduit ici et ma jambe me fait trop mal. Partons, je perds ma première bataille contre la paperasse, elle aura des conséquences, mais j'ai vraiment envie de rentrer me poser chez moi.

 

Je vais bientôt devoir faire face à une montagne d'incompréhensions et à une lenteur exacerbée de notre chère Sécurité Sociale...  

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24