1. / Bien-être - Psycho
  2. / Sport et santé

Jeux paralympiques : Maxime Valet, une médaille au bout du fleuret ?

SPORT – Les Jeux paralympiques débutent ce mercredi 7 septembre à Rio. Pendant douze journées de compétition, 126 athlètes en situation de handicap vont défendre les couleurs de la France. Parmi eux, quelques petits nouveaux comme Maxime Valet, escrimeur. Il compte bien revenir avec une médaille au bout du fleuret.

Rédigé le , mis à jour le

Jeux paralympiques : Maxime Valet, une médaille au bout du fleuret ?

Il manie le fleuret depuis plus de vingt ans. Alors après toutes ces années, Maxime Valet a trouvé sa botte secrète. "J'aime bien aller toucher dans les cibles basses en tordant la lame pour empêcher la parade de l'adversaire", confie l'athlète.

Maxime Valet maîtrise aujourd'hui son arme. Même s'il a bien failli s'en détourner. À la sortie du lycée, il abandonne son fleuret pour les livres et se consacre entièrement à des études de médecine. Mais en 2009, après une chute accidentelle, il perd l'usage de ses jambes et devient paraplégique. C'est à ce moment-là qu'il renoue avec son sport favori : "Quand j'étais en centre de rééducation, j'ai essayé d'autres sports : le basket, le tennis… Et j'ai trouvé qu'il y avait une grosse différence entre le sport valide et le sport handi même si le basket en fauteuil est sympa, c'est très différent du basket debout. J'avais un peu peur en revenant à l'escrime qu'il y ait aussi cette différence de sensations entre les deux". Mais le fleurettiste a vite retrouvé ses marques.

Brigitte Aragou est le maître d'armes de Maxime, elle le suit depuis toujours. Après l'accident, elle l'a accompagné, depuis les vestiaires de son club toulousain jusqu'aux podiums internationaux. En mai 2016, il remporte une médaille d'or aux championnats d'Europe, un aller simple pour les Jeux de Rio. "L'escrime est un sport de passion. Quand on aime, on aime jusqu'au bout. Et Maxime, même enfant, était passionné. Il a toujours aimé l'escrime et il a continué malgré son handicap. Je suis très fière et très heureuse de l'accompagner jusqu'aux Jeux", témoigne Brigitte.  

Pour se préparer sérieusement à cette compétition internationale, comme les athlètes valides, Maxime Valet suit une préparation physique intensive. Son accident l'a privé d'abdominaux et de dorsaux alors pour gagner en rapidité, il doit compenser. Le sportif doit aussi travailler son endurance via des exercices adaptés à sa discipline.

À Rio, Maxime Valet affrontera neuf aspirants à l'or dans sa catégorie. Et il les connaît bien : "Je les ai déjà tous rencontrés que ce soit lors des championnats d'Europe, des championnats du monde, sur le circuit de coupe du monde… Les seize premiers mondiaux, on se connaît très bien. Les plus redoutables sont les Chinois", prévient-il.

En attendant d'affronter les fleurettistes chinois, Maxime croise le fer avec d'autres athlètes qui participeront aux Jeux paralympiques, comme sa femme Delphine Bernard, elle aussi fleurettiste et membre de l'équipe de France d'escrime handisport. Les épreuves individuelles et en équipes auront lieu les 14 et 16 septembre.

Après le strass, les paillettes, et qui sait peut-être l'or au Brésil, Maxime Valet retrouvera les bancs de la fac et poursuivra sa sixième année de médecine sous le soleil toulousain.

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24