1. / Bien-être - Psycho
  2. / Relaxation
  3. / Méditation

La méditation, pas plus efficace que le placebo contre la douleur

La médiation de pleine conscience est-elle un remède antalgique plus efficace que le placebo ? C'est l'hypothèse étudiée par une équipe du Wake Forest Baptist Medical Center. A en croire un communiqué enthousiaste rédigé par le service de communication de cet institut, les conclusions des recherches étaient très favorables à la médiation. Or, les données détaillées dans l'étude ont, tout au contraire, échoué à différencier les effets thérapeutiques de la méditation de pleine conscience de ceux d'un placebo équivalent. Explications.

Rédigé le , mis à jour le

La méditation, pas plus efficace que le placebo contre la douleur
La méditation, pas plus efficace que le placebo contre la douleur

"La méditation de pleine conscience est plus efficace que le placebo sur la douleur" ! Sur la foi d'un communiqué émanant d'une institution sérieuse – le Wake Forest Baptist Medical Center - de nombreux médias ont résumé en ces termes une étude fraîchement publiée dans le Journal of Neuroscience"[1].

Or ces travaux présentent des résultats fort différents... ainsi que de nombreuses failles.

Pour déterminer si cette forme de méditation provoquait plus qu'un effet placebo, les chercheurs ont utilisé une double approche : une évaluation des douleurs et l'imagerie cérébrale. La douleur était induite à l'aide d'une sonde thermique, chauffant une petite zone de peau à 49° C, un niveau de chaleur que la plupart des gens trouvent douloureux. Les participants quantifiaient l'intensité de la sensation physique et le désagrément provoqué. Une IRM cérébrale fut réalisée avant et après la douleur.

Première faille, les chercheurs ont comparé des éléments incomparables puisque les modes d'administration étaient différents. Les 75 volontaires sains ont été divisés en quatre groupes, de façon randomisée : un groupe "méditation", un groupe "fausse méditation", un autre recevant une crème analgésique placebo et un groupe "contrôle". Or si la méditation peut être évaluée en la comparant à une méditation placebo, elle ne peut pas être comparée à une crème analgésique.

Méditation versus méditation placebo

Le principal intervenant, Faled Zeidan, avait mis au point en 2010 un procédé simulant une "méditation placebo "[2] ; il précise d'emblée que le processus est mal connu tant au niveau des comportements induits qu'à propos des mécanismes neurologiques provoqués. En pratique, les participants sont amenés à croire qu'ils suivent une méditation, mais sans les instructions axées sur la respiration : ils ne sont pas guidés pour focaliser leur attention sur la respiration. Est-ce suffisant pour être placebo ? Cela semble douteux. De plus, ils ont été prévenus qu'ils étaient assignés au groupe "méditation"...

Résultats : en prenant les chiffres en pourcentage, la méditation semble plus efficace que la méditation placebo : la première diminuait de -24% la sensation douloureuse et de -44% l'émotion désagréable, tandis que la seconde entraînait des diminutions de -8 et -27%. Mais après analyse statistique, les auteurs concluent à une absence de différences d'efficacité entre les différentes méthodes.

Des zones activées spécifiques

L'étude n'est pas inintéressante pour autant. A défaut d'avoir établi l'existence d'une différence d'effet thérapeutique, elle a montré, grâce à l'IRM, que les zones activées dans le cerveau sont différentes entre les groupes "méditation placebo" et "méditation de pleine conscience".

L'action de la méditation sur la douleur s'explique par l'activation de zones intervenant dans la maîtrise de la douleur (zone orbitofrontale et cortex singulaire antérieur), tandis que le placebo réduit l'activité des zones impliquées dans le traitement de la douleur (cortex somatosensory secondaire). De plus, le thalamus est désactivé durant la méditation alors qu'il est activé dans les autres groupes ; cette désactivation pourrait être responsable de l'estompement de la douleur, d'après Fadel Zeidan. Les effets de la méditation pourraient également s'expliquer par la relaxation, associée à une respiration plus lente.

Il n'en fallait pas plus aux auteurs pour recommander la pratique de 20 minutes de méditation par jour, dans la prise en charge des douleurs. Un autre bémol existe : l'étude ne concernait que des volontaires sains, les données ne sont donc pas extrapolables aux douleurs chroniques.

Source : Mindfulness Meditation-Based Pain Relief Employs Different Neural Mechanisms Than Placebo and Sham Mindfulness Meditation-Induced Analgesia. Fadel Zeidan
. J. Neurosci., November 18, 2015. doi: 35(46):15307–15325


[1] Les données présentées dans le communiqué du Wake Forest Baptist Medical Center ont brièvement été relayées sur notre site.

[2] Zeidan F, Johnson SK, Gordon NS, Goolkasian P (2010b) Effects of brief and sham mindfulness meditation on mood and cardiovascular variables. J Altern Complement Med 16:867– 873. CrossRef Medline

Sponsorisé par Ligatus

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24