1. / Bien-être - Psycho
  2. / Environnement et santé

Pêche à pied : les pièges à éviter

Les week-ends de grandes marées sont idéaux pour la pêche à pied. Mais attention, la nature n'est pas forcément aussi pure qu'on l'imagine. Surtout à proximité des côtes très habitées. Les coquillages peuvent par exemple être contaminés par les eaux usées qui contiennent toutes sortes de bactéries, mais aussi des virus comme l'hépatite. Pour savoir comment les éviter, en Bretagne, l'Ifremer et l'Agence régionale de santé ont créé une carte des zones sans danger.

Rédigé le , mis à jour le

Pêche à pied : les pièges à éviter

Pour profiter d'une plage bretonne malgré la pluie, il y a toujours l'option ramassage de coquillages. Sauf s'il pleut depuis trop longtemps et que la pêche à pied n'est pas autorisée à proximité comme l'explique Julien Chevé, ingénieur environnement et génie sanitaire à l'Ifremer : "La pluie peut surcharger les réseaux d'assainissement donc créer des débordements d'eaux usées le long du littoral. Ca peut aussi créer du ruissellement sur les champs et apporter différents types de contaminations plutôt agricoles. En fait, l'eau est le vecteur potentiel de la contamination".

C'est pour contrôler ce risque de contamination que l'Ifremer prélève en permanence des coquillages tout au long de la côte. Car des sources de pollution très humaine peuvent abîmer ce qui paraît provenir naturellement du grand large : "On a des contaminations de type microbiologique (virus, parasites, bactéries). L'Escherichia coli est notre bactérie trace de cette contamination. C'est une bactérie parmi d'autres mais quand on la voit, on est sûr que l'eau à un moment donné a été souillée par des contaminations fécales".

Mieux vaut donc éviter de faire sa pêche à pied dans les zones de ruissellement en provenance de la terre. Surtout à proximité des habitations. Parfois un tuyau d'évacuation des eaux usées est très visible, mais pas toujours. "Les professionnels disposent de moyens d'épuration que n'ont pas les pêcheurs à pied de loisir. Ils ont des bassins d'épuration ou des traitements thermiques en conserverie. C'est ce qui peut expliquer qu'on voit des pêcheurs à pied professionnels pêcher sur des sites interdits pour les pêcheurs à pied de loisir", note Julien Chevé.

Les touristes ne doivent donc surtout pas suivre l'exemple de Bretons suréquipés. Les coques ou autres moules ou huîtres sauvages qu'ils ramasseraient pourraient bien les rendre malades. D'autant que les risques ne viennent pas seulement de la terre. L'Ifremer contrôle aussi l'eau de mer à la recherche de certains planctons potentiellement toxiques. "Le coquillage filtreur va filtrer l'eau de mer, récupérer le phytoplancton qu'il va ingérer (c'est sa nourriture). On dit que le coquillage bio-accumule, c'est-à-dire que dans ses tissus, dans ce qui peut être appelé son foie, il va accumuler la toxine. Et c'est l'accumulation de cette toxine qui va le rendre toxique pour le consommateur", explique Aurore Lejolivet, technicienne analyste phytoplancton.

Trois espèces de phytoplanctons sont particulièrement suivies, elles sont même comptées tous les quinze jours pour chacun des sites surveillés par le laboratoire : "Les trois genres sont le dinophysis qui va produire des toxines diarrhéiques, l'alexandrium qui lui va produire des toxines paralysantes et le pseudonitzschia qui va produire des toxines amnésiantes", précise Aurore Lejolivet.

Quand les seuils sont dépassés, une alerte est émise pour la zone concernée. Elles sont systématiquement recensées sur le site Pecheapied-responsable, qui indique surtout les zones autorisées. Il faut donc systématiquement s'informer avant de mettre ses bottes pour rester protégé des risques sanitaires par les vigies de l'Ifremer.

Besoin d'un conseil médical ?

Service proposé par

 logo MesDocteurs

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24