1. / Bien-être - Psycho
  2. / Environnement et santé

Mal-logement : les dangers sur la santé

3,8 millions de personnes en France sont mal logées, privées de domicile ou vivent dans des conditions très précaires : sans chauffage, dans des surfaces trop petites, avec des problèmes d'installations électriques ou d'eau chaude. Ces conditions de vie ont un impact sur leur santé physique, mais aussi mentale. Ce sont les résultats accablants de la Fondation Abbé-Pierre dans son dernier rapport, présenté ce mercredi 28 janvier 2016.

Rédigé le

Mal-logement : les dangers sur la santé
Mal-logement : les dangers sur la santé

Miloud Antoul vit au nord de Paris, juste à côté du très touristique quartier Montmartre. Il nous fait visiter son appartement. Il s'agit d'un deux pièces qu'il loue 672 euros par mois. "Regardez, il y a de l'eau partout. Quand il fait froid ça revient, ça revient automatiquement tout seul".

28 m2 pour une famille de quatre personnes

Il habite avec sa femme et ses deux enfants dans 28 m2. La deuxième pièce est tellement humide qu'il ne peut pas l'utiliser : "la nuit, cette pièce est très froide. Impossible de dormir ici", décrit Miloud. Dans la salle de bain, c'est l'installation électrique qui n'est pas aux normes. "Il y a de l'électricité, quand j'ouvre l'eau, ça coule ici juste à côté de la prise. Une fois, j’ai même lavé ma main et j'ai senti l'électricité", confie-t-il. Dans la cuisine, les prises ne fonctionnent pas et des cafards s'invitent régulièrement le soir.

La famille habite ici depuis huit ans. Leur propriétaire les accuse d'avoir dégradé le logement. Pour prouver que l'insalubrité vient de l'appartement, il a donc demandé l'aide de la Fondation Abbé-Pierre. Et le compte rendu de leur architecte est sans appel : "le rapport de l'architecte parle d'un mur qui touche directement l'extérieur sans isolation. C'est pour ça qu’il y a autant d’humidité. Etanchéité et ventilation ne sont pas adaptées", explique Manuel Domergue, directeur des études de la Fondation Abbé-Pierre.

Ce logement a besoin de travaux d'isolation et de rénovation. Ici, les conditions de vie affectent la santé des deux enfants. "Nos enfants ont des allergies, ils respirent mal, ils ne dorment pas bien la nuit. Le petit dernier est malade à cause de l'humidité", raconte Miloud Antoul.

3,8 millions de mal logés en France

La Fondation Abbé-Pierre estime à 3,8 millions le nombre de Français touchés par le mal-logement avec des problèmes récurrents, comme l'humidité et le manque, ou même l'absence de chauffage.

"En France, il y a près de 600.000 logements indignes. Nous demandons qu'il y ait une politique de prévention sur la santé, sur le logement. Cela veut dire rénover les logements indignes, reloger les occupants si nécessaire, plutôt que d'avoir des dépenses de santé en aval qui seraient très importantes", précise Manuel Domergue.

Pour évaluer les conséquences du mal-logement sur la santé, nous avons montré les images du logement de la famille Antoul à un médecin généraliste, qui travaille avec des populations défavorisées. "Là, on est en présence typique de troubles classiques respiratoires, des allergies cutanées, des troubles dermiques, et pour les enfants des insomnies, la fatigue, l'absentéisme scolaire. Donc il n'y a pas de bien-être, ça engendre de l'exclusion, de l'isolement, une discontinuité ou une rupture du lien social, et sans relation à l'autre, il n'y a pas de vie possible", précise le Dr Bernard Elghozi, médecin généraliste et président de Créteil-Solidarité.

En janvier 2015, Manuel Valls avait annoncé plusieurs mesures pour lutter contre l'exclusion et l'apartheid territorial. Le projet de loi devrait être examiné à l'Assemblée en février prochain. 

Voir aussi