1. / Bien-être - Psycho
  2. / Environnement et santé
  3. / Animaux

Solidarité et coopération chez les animaux : la loi de la jungle ?

Esprit de compétition, agressivité et recherche du pouvoir sont des comportements fréquemment observés chez les mammifères. Chez les animaux, il y a aussi de la stratégie pour résoudre les problèmes. Explications.

Rédigé le , mis à jour le

Solidarité et coopération chez les animaux : la loi de la jungle ?

En conflit, incapable de coopérer... Si ces comportements existent dans le monde animal, on observe néanmoins rapidement des gestes d'apaisement. Frans de Waal, primatologue et éthologue, a été le premier dans les années 1970 à parler de comportement de réconciliation, notamment chez les chimpanzés.

Accolade, embrassade, épouillage... de nombreuses techniques existent pour baisser les tensions et réduire le niveau d'anxiété au sein du groupe. Un comportement de réconciliation qui ne serait pas inné, mais plutôt acquis selon Frans de Waal. Pour plusieurs espèces animales, la réconciliation est l'option favorite, car elle améliore la chance de survie des espèces.

La coopération et l'entraide dans le règne animal

Non seulement les animaux se réconcilient, mais ils sont aussi capables de coopérer. Les recherches sur les capacités des animaux à coopérer ne datent pas d'hier puisqu'une vidéo datant de 1937, à l'époque du cinéma muet, montre deux chimpanzés tirant une corde pour obtenir de la nourriture. Mais pour y parvenir, il faut tirer les deux extrémités en même temps donc il faut être deux. Les deux chimpanzés coopèrent et leur acrimonie est synchrone, chacun attend l'autre pour tirer la corde. Ils parviennent ainsi à accéder à la nourriture posée sur une caisse.

La même expérience a été reproduite après qu'un des chimpanzés ait mangé et soit donc moins motivé. Son ami doit alors un peu l'inciter. Et si dans la première vidéo, les chimpanzés ont prouvé cette capacité cognitive pour synchroniser leur action, dans la deuxième, ils montrent leur capacité à s'entraider, même quand ils ont moins à y gagner. Même si l'un des chimpanzés a incité celui qui avait déjà mangé, ce dernier n'était pas obligé de l'aider. Cela sous-entend que les chimpanzés ont la capacité de s'entraider, voire de s'échanger des faveurs. C'est ce qu'on appelle la stratégie de la réciprocité.

Le Dr Josh Plotnik est un chercheur en neurosciences et en éthologie à l'université de Cambridge. Il étudie comment les éléphants travaillent ensemble pour résoudre les problèmes par la coopération. Il a adapté l'expérience précédente aux éléphants. Grâce à leur trompe, les deux éléphants tirent les deux extrémités de la corde en même temps et parviennent ainsi à atteindre la nourriture. Dans une deuxième expérience, un seul éléphant est libéré.

L'objectif du Dr Josh Plotnik est de savoir si l'animal est suffisamment intelligent pour comprendre qu'il doit attendre son camarade avant de tirer la corde pour obtenir ce qu'il veut. Les éléphants se rappellent de l'emplacement des membres de la famille, des sources alimentaires et des sources d'eau. Ils traitent plusieurs informations pour résoudre un problème. À la surprise du Dr Plotnick, l'éléphant attend qu'un congénère arrive et fasse les efforts tout seul. Même chez les animaux, certains aiment bien profiter des autres...

Livre :

  • Sommes-nous trop bêtes pour comprendre l'intelligence des animaux ?
    Frans de Waal
    Ed. Les liens qui libèrent

Besoin d'un conseil médical ?

Service proposé par

 logo MesDocteurs

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24