1. / Alimentation

Alimentation : le gouvernement fait la guerre aux nanoparticules

Le gouvernement va renforcer les contrôles des nanoparticules présentes dans l'alimentation après que plusieurs associations ont fait part de leur inquiétude sur le sujet.

Rédigé le

Alimentation : le gouvernement fait la guerre aux nanoparticules
Alimentation : le gouvernement fait la guerre aux nanoparticules

Les contrôles de la présence de nanomatériaux dans les produits alimentaires vont être renforcés, a annoncé jeudi 31 août le gouvernement, après l'alerte lancée par des associations quant à l'usage de dioxyde de titane (TiO2) dans des sucreries. Les ministres de la Transition écologique, de la Santé, de l'Agriculture et de l'Economie ont également demandé à l'Agence de sécurité de l'alimentation (Anses) d'avancer dans ses évaluations du TiO2, selon un communiqué émis par les quatre ministères. Des ONG ainsi que 60 Millions de consommateurs s'alarment de la présence de TiO2 (additif E171) sous forme nanoparticulaire dans des aliments, et ce sans que cette présence soit indiquée aux acheteurs.

"Face aux incertitudes sur l'impact sanitaire de cette substance à l'échelle nanométrique, il est demandé à l'Anses de finaliser à court terme les travaux qu'elle a engagés visant à rassembler l'ensemble des données disponibles", indique le communiqué, ajoutant que le dossier sera ensuite porté à Bruxelles. Aux industriels, les ministres "rappellent leurs obligations de transparence et d'étiquetage sur la présence de nanomatériaux manufacturés dans les produits de consommation".

A lire aussi : Des nanoparticules présentes dans des produits sucrés

La répression des fraudes a mis en place des mesures d'analyse

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) vient de mettre au point des "méthodes d'analyse fiables" pour contrôler la présence de ces substances dans les denrées alimentaires et non-alimentaires. "Des premiers contrôles ont déjà pu être menés et vont se poursuivre de manière intensive au second semestre", ajoutent les ministres. En outre, les États généraux de l'alimentation, en cours, permettront de "débattre des usages des (nanoparticules) dans l'alimentation, au regard des bénéfices attendus et incertitudes sur le plan sanitaire", assurent-ils.

La DGCCRF devrait y présenter les résultats de ses contrôles. "Ces contrôles étant novateurs en Europe, leurs résultats seront aussi présentés au niveau communautaire pour permettre, le cas échéant, de préciser la réglementation", ajoutent les ministres.

L'E171 est utilisé dans l'industrie agroalimentaire et cosmétique pour intensifier la brillance de confiseries, plats préparés ou dentifrices. Ces propriétés sont optimisées sous la forme nano, ce qui pose question car la substance passe alors plus facilement les barrières physiologiques, s'alarment les associations. Un règlement européen sur l'information du consommateur contraint théoriquement les fabricants à apposer la mention "nano" sur les emballages. Or, selon l'analyse de 18 produits (notamment destinés aux enfants), effectuée par 60 Millions de consommateurs, jamais la mention "nano" n'apparaissait.

Besoin d'un conseil médical ?

Service proposé par

 logo MesDocteurs

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24