Yoga, marche et régime végétarien : le secret de la longévité ?

Bien manger et faire du sport régulièrement, c'est bon pour la santé. Certes, mais lorqu'on nous explique que cela agit sur un élément génétique impliqué dans le vieillissement cellulaire, on peut se dire qu'il n'est jamais trop tard pour s'y mettre...

Rédigé le

Yoga, marche et régime végétarien : le secret de la longévité ?
Yoga, marche et régime végétarien : le secret de la longévité ?

Une étude, menée par le chercheur américain Dean Ornish, de l'université de Californie (San Francisco), et publiée dans le journal Lancet oncology, a démontré, pour la première fois, que le changement de mode de vie et d'alimentation a un impact direct sur la télomérase et la longueur des télomères.

Les télomères sont des structures qui protègent l'extrémité des chromosomes et ont la particularité de raccourcir avec l'âge. Quand le télomère devient trop court, il ne joue plus son rôle protecteur. La cellule le déchiffre comme une altération de son ADN et entre ainsi en sénescence. Elle stoppe sa croissance et peut aller jusqu'à provoquer son auto-destruction. Les télomères auraient donc un lien étroit avec notre durée de vie mais aussi avec le risque d'apparition de certaines maladies, telles que la progéria, les maladies cardio-vasculaires et les cancers. La télomérase est une enzyme indispensable au fonctionnement des ces télomères car elle neutralise leur raccourcissement.

Afin d'étudier l'évolution de la longueur des télomères, trente-cinq hommes aux alentours de 60 ans, ont été suivis entre 2003 et 2007. Dix ont adopté un régime alimentaire avec un faible apport en graisse, à base d'aliments complets, de protéines végétales, de fruits, légumes et céréales. Ce groupe devait également pratiquer une activité physique quotidienne modérée (30 min de marche et une heure de yoga, relaxation ou méditation) et 1h par semaine de thérapie de groupe. Les vingt-cinq personnes du deuxième groupe n'ont pas modifié leurs habitudes de vie.

Après 5 ans, les chercheurs ont constaté que dans le premier groupe, la production de télomérase avait bien moins diminué que dans le second et que la longueur de leurs télomères, calculée à partir d'échantillon de sang, avait progressé de 10% alors que ceux du deuxième groupe avait diminué de 3%.

Cette étude, compte tenu du faible nombre d'individus concernés, ne peut pas encore affirmer une relation de cause à effet, et devra être complétée avec des essais plus importants. Néanmoins, elle s'ajoute à une précédente étude américaine réalisée sur 100.000 personnes d'origines ethniques différentes, ayant en moyenne 63 ans, qui démontre le lien entre le raccourcissement relatif des télomères et une mort prématurée. Elle est donc, selon Dean Ornish, une découverte encourageante.

Source: Effect of comprehensive lifestyle changes on telomerase activity and telomere length in men with biopsy-proven low-risk prostate cancer: 5-year follow-up of a descriptive pilot study, The Lancet Oncology, 17 September 2013, doi:10.1016/S1470-2045(13)70366-8

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24