Mis à jour le 21 avril 2014 à 16h47
Newsletter | Mon compte
Sexo

Vaginisme, vestibulite... Mais de quoi s'agit-il ?

Par La rédaction d'Allodocteurs.fr
rédigé le 2 février 2010, mis à jour le 20 septembre 2013

Vaginisme ou vestibulite, deux termes un peu barbares dont peu de personnes connaissent vraiment la signification, et pour cause, c’est un sujet tabou. Il s’agit de troubles de la sexualité qui touchent de nombreuses femmes et qui rendent la pénétration impossible, mais pour lesquels des solutions existent...

Sommaire

 

Rappel de l’anatomie féminine et explications


Le vaginisme et la vestibulite expliqués par Michel Cymes et Marina Carrère d’Encausse

Le vagin est un conduit de 6 à 8 centimètres qui va de la vulve au col utérin. Il est étroit au niveau de la vulve, dilaté au milieu, puis resserré près de son extrémité utérine où il entoure le col utérin (le cul-de-sac vaginal). Il est situé derrière la vessie et devant le rectum. Il est cerné par les muscles du périnée. Avant la première relation sexuelle, le vagin est fermé par l'hymen, mais après s'être déchiré, il ne reste qu'un vestige d'hymen qui forme de petites excroissances à l'entrée du vagin.

Le vagin est richement vascularisé, mais faiblement innervé. A ces deux niveaux de la muqueuse vaginale, se trouvent des glandes qui sécrètent un mucus lubrifiant ainsi que la glaire cervicale.

Normalement, le vagin est capable de se dilater car il est souple et élastique. A 4 cm de la vulve, il y a les muscles pubo-coccygiens, ils forment un sphincter. Ces muscles permettent aussi de serrer la verge pendant l'acte sexuel et se contractent durant l'orgasme féminin.

Mais ils sont aussi responsables du vaginisme : la contraction de ces muscles ainsi que ceux du vagin vont empêcher toute intromission (que ce soit le pénis ou même le spéculum lors d’un examen gynécologique). Une contraction qui est totalement indépendante de la volonté de la femme, même si elle ressent du désir, son vagin reste fermé par un mécanisme réflexe.

La vestibulite vulvaire, elle, se traduit différemment : la pénétration est possible mais s'accompagne de douleurs intenses dans la région génitale, ce qui rend souvent l'acte sexuel irréalisable. La vestibulite est une inflammation de la vulve qui peut être causée par une infection ou par une maladie dermatologique qui provoque des douleurs.


Le vaginisme, vu par un homme


Témoignage anonyme d’un homme dont la femme a souffert de vaginisme

Cet homme est aujourd'hui comblé, mais cela n'a pas toujours été le cas. Son couple a été pendant des années mis à rude épreuve. La raison ? Le vaginisme dont souffrait sa femme.


La kiné : une solution pour la vestibulite


Illustration d’une jeune femme qui fait des exercices de kiné pour soigner sa vestibulite

La vestibulite vulvaire est un mal qui, pendant la pénétration sexuelle, est caractérisé par des douleurs intenses à l'entrée du vagin (le vestibule). La kinésithérapie est un moyen d’atténuer les douleurs liées à cette inflammation de la vulve.

Une thérapie avec un sexologue peut compléter la prise en charge. Elle permet de faire un travail psychoogique du vaginisme.


En savoir plus


Sur Allodocteurs.fr

Dossiers :

Questions/Réponses :

Chat :

  • Le vaginisme
    Avec les réponses de Noëlla Jarousse, sage-femme et thérapeute sexologue, de Lucette Dubaut, kinésithérapeute, du Dr Monique Solomon, gynécologue et du Dr Charlotte Tourmente.

Ailleurs sur le web






Mots clés


Vos réactions sur le forum

Vous souffrez de vaginisme ? Retrouvez d'autres témoignages dans le forum

Vos commentaires
Page : 1  2  3 
Dr Tourmente - Allodocteurs.fr
Modérateur
@janesey : il faut appeler des kinésithérapeutes spécialisés dans la rééducation périnéale et leur poser la question.
Citer
janesey
Bonjour Docteur, y-a-t'il un moyen de savoir quels sont les kinésithérapeutes pouvant aider à pallier aux problèmes de vestibulite ? Merci.
Citer
Dr Tourmente - Allodocteurs.fr
Modérateur
@flelur : c'est très difficile de s'abandonner au plaisir lorsque l'on a mal. Parlez-en à votre gynécologue et voyez un proctologue afin qu'il vérifie s'il y a bien des fissures et les traite. Utilisez un lubrifiant pour bien assouplir la muqueuse si vous avez l'impression d'être sèche (l'appréhension de la douleur perturbe la lubrification que provoque l'excitation). Si les douleurs ont lieu uniquementau moment des règles, évitez un temps les rapports à ce moment-là, afin de ne pas rentrer dans le cercle vicieux de la douleur/appréhension de la douleur au rapport suivant/absence de lubrification qui majore la douleur/etc.
Citer
flelur
Bonjour, J'ai lu votre article et je me sens concerné. Je ne pense pas que ce soit du vaginisme, car la pénétration est possible. J'ai par contre des brulures lors de l'acte, mais pas tout le temps. ça dépend de la période par rapport à mes régles. Avant mes règles j'ai des pertes brune qui me brûlent à l'entrée du vagin et j'ai l'impression d'avoir la peau fragile, j'ai des fois des fissures anales. parfois des démangesaisons externes pendant les règles et il faut quelques jours après les règles pour que ça aille mieux. Du coup difficile d'avoir des rapports avec plaisir, et moins envie d'en avoir... que faire?
Citer
Dr Tourmente - Allodocteurs.fr
Modérateur
@Pseudo : un sexologue. Pour la dyspareunie, j'ai déjà répondu à la question.
Citer
Pseudo
bonjour, Jai des douleur a chaque rapport sexuel. ma gynéco ma fait faire des prélèvement mais rien de anormale. je ne sais pas vers qui je doit me tourner pour avoir plus de renseignement. merci
Citer
Pseudo
il y a quelques années j'ai eu une infection a chlamydiae qui a ete traitee tout de suite mais quelques années plutart j'ai eu des dyspareunies profondes et depuis ça ne s'est jamais calmé,j'ai vu plusieurs gyneco,eu une coelioscopie exploratoire qui a montré une inflamation au niveau des trompes, eu tous les antibio possibles prescrits.j'ai entendu parler de sequelles d'inflamation apres une infection a chlamydiae qui ne se calmerait qu'a la menopause,ça me deprime un peu d'attendre jusque la pour avoir une vie sexuelle normale,auriez vous uen solution?
Citer
Dr Tourmente
@papillons001 : cela ressemble à du vaginisme mais vous devriez consulter un sexologue, cela pourrait vous changer la vie. Bon courage, je sais que ce n'est pas simple de prendre la décision...
Citer
papillons001
bonjour j'ai 34ans et suis encore vièrge avec mon mari nous avons tout essayé mais j'ai l'impression que je refuse la pénétration, je ne pense pas que ça soit du vaginisme mais j'ai vraiment du mal à accepter un corps externe en moi. j'ai vraiment peur pour notre couple et je ne sais quel medecin consulter ni comment en parler autour de moi. j'ai peur de la pénétration et j'ai peur de ne pas pouvoir c'est complètement paradoxal pourriez vous SVP me conseiller je suis vraiment perdue. je vous en remercie
Citer
femme1980
Bonjour,

Je suis désespérée. J’ai 31 ans, ça fait 4 ans que je suis mariée et je suis au bord du divorce à cause de la presque absence de sexe dans notre couple.
J’ai du mal à avoir de rapport avec mon mari et cela gâche notre vie et cela n’est pas juste ni pour moi ni pour mon marie.
Nous sommes allez ensemble voir une sexologue, mais avant je suis déjà allées voir 1 psychologue et 1 psychiatre.
J’ai demandé à 2 gynécologues si j’avais un problème physique et après m’avoir fait un frottis (que c’est depuis toujours très douloureux pour moi) et quelques questions et toutes les 2 m’ont dit que j’ai ne rien, que tout est dans ma tête.
Je vous demande, s’il vous plaît, de me recommander un professionnel du sujet, si c’est possible sur Toulouse ou sa région mais si c’est ailleurs c’est ne pas grave car je suis vraiment désespérée.
Merci d’avance.
Citer
Page : 1  2  3 
Réagir à cet article

Pour réagir à cet article merci de vous identifier

Inscrivez-vous à la newsletter
Mon email

Liens non sponsorisés
Allodocteurs.fr : un site d’information médicale, sur lequel vous retrouverez toute votre santé en vidéo, expliquée par des docteurs en médecine et professionnels de santé.
Ce site respecte les principes de la charte HONcode. Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).