Vaccination : inégalité d'accès selon les revenus

La vaccination est l'une des avancées les plus remarquables de l'histoire de la médecine. Pourtant, malgré les nombreuses campagnes de prévention qui sensibilisent le grand public, des inégalités d'accès à la vaccination persistent en France, selon la première enquête de l'Institut de Veille Sanitaire (InVS) sur le sujet.

Rédigé le

Vaccination : inégalité d'accès selon les revenus
Vaccination : inégalité d'accès selon les revenus

Plus un enfant est issu d'un niveau social élevé, mieux il est vacciné. C'est en substance la conclusion de la première enquête sur les liens entre vaccinations et revenus menée par l'Institut de Veille Sanitaire (InVS) sur près de 800 enfants, âgées de moins de 5 ans, en Ile-de-France.

Sur la base de la vaccination contre les infections à pneumocoques et le BCG, les auteurs ont évalué l'accès des enfants à la vaccination.

Concernant le BCG, les enfants issus de familles à niveau socio-économique faible et ceux originaires d'un pays de forte endémie tuberculeuse bénéficient d'une bonne couverture vaccinale, proche de 100% contre 76,2% chez les enfants d'un niveau social plus élevé.

Cependant, la tendance s'inverse pour le vaccin contre le pneumocoque. La couverture vaccinale des enfants de familles ayant les revenus les plus faibles est inférieure à celle des familles aux revenus plus élevés, 83,2% contre 97,3%.

Selon l'enquête, le facteur financier semble déterminant. En effet, le prix du BCG est d'environ dix euros. Le prix du vaccin contre le pneumocoque, introduit ces dernières années dans le calendrier vaccinal, est plus élevé. Il faut compter environ 60 euros par dose, sachant que ce vaccin en nécessite trois, soit un total de 180 euros.

La vaccination est toutefois prise en charge à 65% par l'Assurance maladie, le reste est éventuellement couvert par une assurance complémentaire santé qui, en dehors de la Couverture médicale universelle (CMU), relève de financements privés.

L'enquête souligne tout de même que le frein financier n'est pas l'unique cause de cette inégalité. Elle pourrait davantage être liée à l'adhésion ou à l'accès à la vaccination des populations défavorisées, deux axes à développer pour une meilleure couverture vaccinale.

VOIR AUSSI :