Urgences : un état des lieux négatif

Temps d'attente, manque de personnel, encombrement : les urgences médicales font face à de vives critiques. Une étude de la Direction de la Recherche, des Etudes, de l'Evaluation et des Statistiques (DREES), rendue publique le 18 novembre, dresse l'état des lieux des Urgences hospitalières. Quels constats en tirer ?

Rédigé le

Urgences : un état des lieux négatif
Urgences : un état des lieux négatif

Menée sur plus de 57.000 patients accueillis dans 736 services d'urgence, l'étude de la DRESS (Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques) a évalué la santé des Urgences hospitalières. Premier constat : six patients sur dix viennent d'eux mêmes aux urgences. Ces consultations ont lieu en grande majorité la journée, de 11h à 22h. En tout, près 18 millions de personnes sont passées par ce service en 2011. Un chiffre qui ne cesse de progresser depuis 10 ans.

Pourquoi choisir les Urgences ?

Parmi la totalité des passages aux Urgences, les nourrissons et les personnes âgées (plus de 75 ans) sont les plus présents. La principale cause de consultation concerne les lésions traumatiques, pour 36% des cas, en majorité des fractures du col du fémur pour les personnes âgées. Pour les enfants en bas âge, c'est la bronchiolite qui arrive en tête des causes d'entrée aux Urgences. Les accidents vasculaires cérébraux et cardiaques arrivent en seconde position. Selon la DREES, un quart des patients a choisi les Urgences pour accéder plus vite aux soinx. En cause : des délais d'attente trop longs pour prendre un rendez-vous chez le médecin généraliste ou chez le pédiatre.

Temps passé aux Urgences : un chiffre mitigé

Alors que la DRESS évoque clairement un temps d'attente de moins de deux heures, les chiffres doivent être pris avec des pincettes. Ces données reposent sur la durée médiane de passage. Sur deux personnes qui entrent aux Urgences, l'une effectivement attendra moins de 2h05, mais l'autre plus. En réalité le temps de passage moyen est de 3h13... Un chiffre en constante augmentation ces dernières années. En 2002, la durée moyenne de passage était de 2h20 (pour 3h13 aujourd'hui) et la durée médiane de 1h22 (pour 2h05 actuellement).

Cette durée est un point clé, qui renseigne sur la manière de prendre en charge les urgences vitales. Les premières minutes sont décisives. Selon la Société Française des Médecins d'Urgence (SFMU), un cas doit impérativement être évalué en moins de 30 minutes, parfois même 10 (pour un infarctus ou un AVC par exemple). Ce délai est dépassé dans plus d'un cas sur dix aux Urgences. Néanmoins, 80% des patients sont tout de même diagnostiqués en moins de 20 minutes.

Urgence, et après ?

Après être admis aux Urgences, seuls 20% des patients sont hospitalisés. Un chiffre qui grimpe à 75% pour les personnes âgées. Le problème reste alors de trouver un lit disponible dans les meilleurs délais, souvent plus long pour les personnes âgées.

Interrogé par la DREES, le personnel des Urgences évoque le manque de moyen et de recrutement. Dans le service public, seuls 20% des salariés sont dédiés à l'inventaire des lit. En clinique, ils sont 80%.

En savoir plus :