Fermer [X]
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et des offres adaptés à vos centres d’intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. Vous pouvez néanmoins refuser l'utilisation des cookies, en cliquant ici
Mis à jour le 21 décembre 2014 à 16h07
Mon compte

  >     >  Traumatisme crânien : après l'urgence, la rééducation

Traumatisme crânien : après l'urgence, la rééducation

Par La rédaction d'Allodocteurs.fr
rédigé le 2 mars 2010, mis à jour le 12 décembre 2013

Accidents, chutes, chaque année, en France, les traumatismes crâniens représentent 80% des accidents de l'enfant. Le problème pour les services d'urgence est de repérer les rares traumatismes à risques de complications intracrâniennes. Comment sont-ils traités ?

Sommaire

 

Qu'est-ce qu'un traumatisme crânien ?


Rappel anatomique avec Michel Cymes et Marina Carrère d'Encausse

Le traumatisme crânien peut entraîner d'importantes séquelles et a un impact sur la vie familiale et professionnelle de la victime. Il représente à lui seul 75% des causes de mortalité chez les jeunes de moins de 30 ans.

Le cerveau est normalement protégé par la boîte crânienne ainsi que par trois membranes qu'on appelle les méninges (la dure-mère, l'arachnoïde, la pie-mère). Elles enveloppent le cerveau et abritent les vaisseaux sanguins qui nourrissent le tissu cérébral. Cet espace (entre le crâne, les méninges et le cerveau) est rempli d'un liquide appelé le liquide céphalo-rachidien, il permet notamment d'amortir les chocs.

Mais quand l'impact est violent, ce système de protection n'est plus assez efficace. Un choc brutal peut provoquer une fracture du crâne. Une lésion qui va endommager les différentes cellules cérébrales dans une ou plusieurs régions du cerveau. Le choc peut aussi provoquer des lésions même quand la boîte crânienne résiste. Au moment de l'impact, le cerveau peut heurter violemment la paroi du crâne, entraînant une souffrance cérébrale qui peut se traduire par des signes neurologiques.

Différents scénarios sont possibles : il peut se produire une sorte d'étirement du tissu nerveux à l'intérieur de la boîte crânienne et provoquer une commotion cérébrale. Cette commotion est à l'origine d'une perte de connaissance généralement rapide et proportionnelle à l'intensité du choc. Le tissu nerveux peut aussi être détruit par endroit, ce qui va s'accompagner de petits hématomes. Ces contusions n'ont pas forcément lieu à l'endroit de l'impact (mécanisme de contre-coup). Elles n'entraînent généralement pas d'atteinte neurologique grave, mais seulement quelques troubles du comportement souvent réversibles.

Les conséquences peuvent être plus graves dans le cas où le saignement est important. Il peut former une poche de sang entre la voûte crânienne et la dure-mère (méninge rigide située immédiatement sous de la voûte crânienne) : c'est un hématome extra-dural. Il peut aussi se former entre la substance nerveuse et la dure-mère, c'est l'hématome sous-dural. Dans les deux cas, cette poche comprime le cerveau et provoque différents troubles : maux de tête, troubles de la parole, paralysie, troubles du comportement ou encore de la conscience.


Le traumatisme crânien : une véritable urgence


Immersion dans un service d'urgence pour suivre des patients victimes de traumatismes crâniens

Qu'il s'agisse d'enfants, d'ados ou d'adultes, un traumatisme crânien est toujours une urgence médicale et nécessite une prise en charge bien spécifique.


Quelle rééducation après un traumatisme crânien ?


Illustration des différentes prises en charge

Dans le cadre d'un traumatisme crânien, la rééducation est déterminante pour récupérer. C'est souvent une prise en charge très complète.

La rééducation est nécessaire aux patients pour récupérer les fonctions motrices. Mais des troubles cognitifs peuvent persister, tout comme des problèmes de concentration, une attention diminuée, ou encore des troubles du comportement.

Ces troubles apparaissent car le traumatisme a provoqué à l'intérieur du tissu nerveux des lésions invisibles au scanner qui se produisent au niveau des axones. On les appelle les lésions axonales diffuses. Ces conduits sont étirés et parfois même rompus suite aux traumatismes. Ces troubles sont très longs à rééduquer.


ESAT : des centres pour faciliter la réinsertion professionnelle


Dans ces centres spécialisés, chaque travailleur handicapé a un projet professionnel.

Quand les séquelles sont trop importantes, il est difficile de réintégrer le milieu professionnel ordinaire. Des établissements spécialisés d'aide par le travail, les ESAT, permettent aux personnes handicapées de retrouver une activité. Reportage près de Nantes dans une ESAT gérée par l'association de réinsertion des traumatisés crâniens Atlantique.


Une étude sur l'évolution des traumatismes crâniens légers


Des tests de la sensibilité, des réflexes, de la mémoire et de la concentration... permettent d'obtenir une vision complète de ce qui se passe après un traumatisme crânien léger.

Maux de tête, fatigue, anxiété, changement d'humeur… même les traumatismes crâniens légers peuvent entraîner des séquelles qui n'apparaissent que bien après l'accident.

Une étude est actuellement menée pour mettre en évidence la nécessité d'une prise en charge des cas même les plus légers.


En savoir plus sur le traumatisme crânien


Sur Allodocteurs.fr

Dossiers :

Questions/réponses :

Livre

  • Le fol enfant
    Marina Vlady
    Ed. Fayard, septembre 2009

Site web



Mots clés


Vos commentaires
jaclyne
bonjour je me présente jaclyne, en 1985 victime d'un accident de la route , Trauma crânien léger... A l'époque les assurances ont fait en sorte, que ce 'détail' soit vite oublié, je n'ai donc pas eu droit aux bilan neuro, ergo et tout ce qui existe pour nous aider à faire face. Pourquoi, cet handicape reconnu, comme invisible, ne fait t'il pas objet de plus de réflexion et de communication des médecins se battent pour nous il faut continuer .. merci à vous car ce genre d'émission permet de sortir de l'ombre, dans ce grand insolemment de l'incompréhension générale ...
Citer
jaclyne
A l'époque les assurances ont fait en sorte, que ce 'détail' soit vite oublié, je n'ai donc pas eu droit aux bilan neuro, ergo et tout ce qui existe pour nous aider à faire face. Pourquoi, cet handicape reconnu, comme invisible, ne fait t'il pas objet de plus de réflexion et de communication des médecins se battent pour nous il faut continuer .. merci à vous car ce genre d'émission permet de sortir de l'ombre, dans ce grand insolemment de l'incompréhension générale ...
Citer
attention83
Citer
Réagir à cet article

Pour réagir à cet article merci de vous identifier

S'abonner à la newsletter
Allodocteurs.fr

Liens non sponsorisés
Allodocteurs.fr : un site d’information médicale, sur lequel vous retrouverez toute votre santé en vidéo, expliquée par des docteurs en médecine et professionnels de santé.
Ce site respecte les principes de la charte HONcode. Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).