Spina bifida, une malformation de la moelle épinière

Le spina bifida est une malformation grave responsable de paralysies des jambes et d'incontinences. Elle touche un nouveau-né sur 2 000 et survient au cours des premiers mois de la grossesse. Comment les chirurgiens parviennent-ils à protéger la moelle épinière ?

Rédigé le , mis à jour le

Spina bifida, une malformation de la moelle épinière
Sommaire

Qu'est-ce que le spina bifida ?

Michel Cymes et Benoît Thevenet expliquent le spina bifida.

Le tube neural, qui donne naissance à la moelle épinière et à l'ensemble du système nerveux, ne se referme pas complètement dans le bas du dos, au niveau des lombaires ou du sacrum, le bas du rachis. Résultat, les deux ou trois vertèbres qui l'entourent ne peuvent pas venir se souder pour constituer la colonne vertébrale.

C'est pour cette raison qu'on appelle cette malformation spina bifida, ce qui signifie "épine fendue en deux" en latin. A cause de cette fente, la moelle et les enveloppes qui l'entourent, les méninges, ne sont plus protégées. Elles peuvent même former une sorte de sac qui sort de la peau.

Il existe plusieurs formes de spina bifida en fonction de la gravité des symptômes.

La moins grave, le spina occulta, est heureusement la plus fréquente. La moelle ne sort pas à l'extérieur de la peau et il y a souvent une petite touffe de poils au niveau de la malformation. La plupart du temps, celle-ci est bénigne et sans conséquences.

Dans la forme la plus grave, la moelle est en revanche très abîmée, elle peut former une excroissance impressionnante ou rester à nu, à la surface de la peau. Les paralysies des jambes sont alors souvent sévères. On trouve, en plus, du liquide céphalo-rachidien dans la cavité crânienne (hydrocéphalie) qui peut provoquer un retard mental. Le patient souffre aussi d'incontinence urinaire et fécale.

Spina bifida : un handicap lourd

Attention, images d'intervention chirurgicale : il faut intervenir dès les premières heures du nouveau-né.

Avec les progrès de l'imagerie médicale, le spina bifida peut être aujourd'hui détecté chez le fœtus vers le sixième mois de grossesse, grâce à l'échographie. Huit fois sur dix, les médecins proposent une interruption médicale de grossesse car le handicap provoqué par cette malformation est vraiment grave.

Les médecins informent les parents de la gravité du spina bifida sur la qualité de vie du futur bébé mais c'est aux parents que revient la décision finale de garder ou non l'enfant et dans ce dernier cas, d'assumer la responsabilité d'un handicap souvent lourd.

Aujourd'hui, on sait qu'il est possible de réduire les risques qu'un fœtus développe cette malformation. De nombreuses études ont en effet montré l'efficacité de l'acide folique, qui est en fait de la vitamine B9. Celle-ci est essentielle à la formation des cellules du sang et aussi la maturation de toutes les cellules du corps.

Pourtant, alors que l'on connaît ce pouvoir préventif de l'acide folique, il n'est pas donné de manière systématique aux femmes enceintes en France, alors que c'est le cas aux Etats-Unis, par exemple. N'hésitez donc pas à en parler à votre médecin.

Ainsi, il est conseillé de prendre de l'acide folique dès que la grossesse est planifiée, l'idéal étant de commencer deux mois avant la conception et de continuer pendant les trois premiers mois d'aménorrhée. On trouve aussi l'acide folique dans l'alimentation et plus particulièrement dans le pain complet, les pois, les haricots, les fruits et les légumes verts, comme la salade. Donc : à consommer sans modération !

En savoir plus le spina bifida

Sur Allodocteurs.fr :

Besoin d'un conseil médical ?

Service proposé par

 logo MesDocteurs

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24