Ostéoporose : les facteurs de risque à connaître

Ce 20 octobre a lieu la Journée mondiale de l'ostéoporose. L'occasion de revenir sur les principaux facteurs de risques de cette maladie osseuse, qui touche plus de 5 millions de Français.

Rédigé le

Ostéoporose : les facteurs de risque à connaître
Ostéoporose : les facteurs de risque à connaître

Organisée dans plus de 90 pays depuis 20 ans, la Journée mondiale de l'ostéoporose alerte sur les facteurs de risques de cette maladie des os poreux. Dite "silencieuse", l'ostéoporose ne se manifeste par aucun signe particulier jusqu'à la première fracture (du col du fémur, des vertèbres ou du poignet), souvent causée par un choc minime. 

L'ostéoporose n'est pas qu'une maladie féminine

Cette année, la Journée mondiale de l'ostéoporose met l'accent sur les hommes. Deux fois moins touchés que les femmes, ils sont moins bien informés sur les risques de la maladie.

L'ostéoporose affecte un homme sur six et elle est aussi plus dangereuse. Après une fracture du col du fémur, on observe deux fois plus de décès chez les hommes… Intitulé "Real men build their strenght from within" ("Les vrais hommes contruisent leur force de l'intérieur"), le programme de cette Journée mondiale a notamment pour vocation d'informer les hommes sur les facteurs de risques : l'influence génétique, la prise de cortisone ou encore un déficit en testostérone.

L'ostéoporose, en fragilisant et déminéralisant les os, les rend plus cassants. Pourtant des facteurs de risques peuvent être repérés en amont.

Ostéoporose : quels facteurs de risques ?

Le sexe : les femmes sont deux fois plus touchées que les hommes, la ménopause accélérant la dévitalisation des os.

L'âge : après 50 ans pour les femmes et 70 ans pour les hommes, la perte de masse osseuse s'accélère.

L'histoire familiale : les risques sont accrus si un parent (père ou mère) a déjà été atteint par la maladie, l'ostéoporose ayant des causes génétiques.

L'hygiène de vie : tabagisme, alcool, alimentation pauvre en calcium (manque de produits laitiers ou de légumes crucifères, par exemple) ou sédentarité, peuvent augmenter le risque de développer de la maladie.

Certains traitements médicamenteux : l'usage de corticoïdes et dérivés pendant plus de trois mois augmente la fragilité des os.

Certaines maladies : une déficience en vitamine D, des maladies digestives empêchant la bonne absorption du calcium (maladie coeliaque ou de Crohn) ou encore des maladies endocriniennes (touchant la thyroïde, les glandes surrénales ou l'hypophyse) augmentent les risques d'être touché par l'ostéoporose.

Prévenir la déminéralisation osseuse est essentiel : plus la maladie est dépistée tôt et plus les thérapies sont mises en route rapidement.

VOIR AUSSI :

Besoin d'un conseil médical ?

Service proposé par

 logo MesDocteurs

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24