Ménopause : le traitement hormonal ?

J'ai 58 ans, cela fait six ans que je suis ménopausée. Je prends un traitement hormonal. Quand pourrai-je l'arrêter ?

Rédigé le , mis à jour le

Ménopause : le traitement hormonal ?

Les réponses avec le Dr Anne de Kervasdoue, gynécologue :

"C'est une discussion permanente, une négociation entre le médecin et la patiente. Les 6 premières années du traitement, il n'y a quasiment aucun risque, ni d'accident vasculaire, ni de cancer du sein. Ensuite, on peut discuter sur le fait qu'avec le temps, il y a une légère augmentation mais les expériences et les études françaises semblent montrer que non.  Mais on peut garder un petit doute. Il faut toujours raisonner en terme de balance bénéfice-risque. Le bénéfice est tel que pour une femme qui est très active, qui veut continuer sa vie professionnelle, qui a souvent des petits enfants, ou qui a un nouveau compagnon, qui veut donc garder une sexualité intacte et ne pas être obligée de lui refuser d'avoir mal à chaque rapport, on discute. Il arrive souvent qu'à partir de 60 ans, je diminue un peu les doses et ça se passe très bien. On a l'essentiel.  Au fond, on n'a pas besoin de dose très importante. Plus ça va, plus on se rend compte que les doses standards qui étaient préconisées au départ, et qu'ont utilisé les américains dans leurs études, ne sont pas du tout obligatoires et ne sont pas forcément bien supportées par les femmes. Donc on peut continuer si on le veut.

"Je dirais que les gynécologues médicaux formés aux hormones, sont dans l'ensemble, favorables au traitement hormonal de la ménopause. Ce qui est différent de la population générale. Les femmes connaissent les bénéfices. Elles savent qu'elles peuvent le faire, que le risque est minime, elles le prennent, le contrôlent… il faut faire des contrôles du sein et de l'utérus. Pour les gynécologues obstétriciens, c'est un peu différent car ils sont formés à l'accouchement, à la grossesse et aux opérations. On ne peut pas tout savoir. Le maniement des hormones est parfois un peu plus délicat pour eux. Ils le faisaient quand il y avait une grande unanimité sur le traitement. Maintenant que les gynécologues se sont faits attaquer sérieusement au moment de la polémique, ils hésitent beaucoup plus. Par ailleurs, prescrire un traitement hormonal demande beaucoup de temps, de patience, d'explications… donc pour un homme d'action qui est l'obstétricien, cela demande beaucoup de temps."

En savoir plus

Dossiers :

Questions / réponses :

  • A-t-on systématiquement des symptômes liés à la ménopause : bouffées de chaleur, sueurs froides, irritabilité ?
    Voir la réponse en vidéo*
  • Ménopausée, je souffre d'une sécheresse vaginale qui nuit aux rapports sexuels : ovules, traitement substitutif sont inefficaces. Que faire ?
    Voir la réponse en vidéo*
  • J'ai 43 ans et suis déjà ménopausée, depuis peu. Cela peut-il favoriser le développement d'un cancer ?
    Voir la réponse en vidéo*

* Les réponses du Dr Anne de Kervasdoue, gynécologue

Besoin d'un conseil médical ?

Service proposé par

 logo MesDocteurs

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24