Marisol Touraine met la cigarette électronique en observation

Que penser de la cigarette électronique ? Quel impact sur la santé ? Si elle séduit de plus en plus les fumeurs qui veulent arrêter de fumer, son innocuité reste à démontrer. Car l'e-cigarette, contrairement aux produits de substitution nicotinique, n'est pas considérée comme un médicament et échappe à toute réglementation. La ministre de la Santé a donc assuré le 5 mars 2013, sur France Info, avoir demandé une enquête sur les effets de la cigarette électronique sur la santé.

Rédigé le

Marisol Touraine met la cigarette électronique en observation
Marisol Touraine met la cigarette électronique en observation

Prudence...

Pour le Pr Bertrand Dautzenberg, pneumologue à l'hôpital La Pitié-Salpêtrière, à Paris, et président de l'Office français de prévention du tabagisme, la cigarette électronique impose "un regard nuancé". Bien que ce spécialiste du sevrage tabagique juge la cigarette électronique moins nocive que la cigarette classique et qu'elle peut être une alternative selon lui pour les gros fumeurs, on ne peut pas la considérer comme "un produit inoffensif". Les substances utilisées dans les cigarettes électroniques ne sont pas contrôlées et les conséquences à long terme de leur inhalation restent donc inconnues.

La cigarette électronique pose en outre le problème d'une dépendance qui en chasse une autre. La dépendance à la nicotine diffusée par une cigarette électronique serait identique à celle d'une cigarette classique. Contrairement aux patchs nicotiniques qui diffusent la nicotine de façon plus douce. La cigarette électronique pourrait donc devenir un "produit d'initiation à la dépendance", selon les propos du Pr Dautzenberg, recueillis par Le Parisien, dans son édition du 4 mars 2013.

"Comme pour la cigarette classique, consommer des cigarettes électroniques peut induire une dépendance, quelle que soit la quantité de nicotine présente. L'usage de ce produit peut donc exposer les utilisateurs qui n'étaient dépendants ni aux cigarettes, ni à la nicotine, à un risque de dépendance primaire, quelle que soit la quantité de nicotine contenue dans la cartouche", assure l'Agence du médicament dans un communiqué du 30 mai 2011.

"Aucune cigarette électronique ne dispose d’une AMM en tant que médicament, aucun fabricant n’ayant déposé de demande en ce sens", précise l'ANSM.

Toutefois, si le doute persiste pour la cigarette électronique, précise le Pr Dautzenberg, il existe une certitude concernant la "vraie" cigarette : "un fumeur régulier sur deux en décédera".

Interrogations et évaluation des bénéfices-risques

"J'ai demandé à mes services de me dire très précisément de quel type de produit il s'agit : est-ce qu'on peut considérer que c'est un produit de grande consommation ? Est-ce que c'est un dispositif médical ?", s'est interrogée la ministre de la Santé, sur France Info, mardi 5 mars 2013.

"Il nous faut faire une évaluation bénéfices-risques de ce dispositif qui pose un certain nombre de questions", a-t-elle ajouté. Selon elle, il "faut faire preuve de prudence" car les Français essayant d'arrêter de fumer sont "des centaines de milliers" à consommer cette cigarette électronique.

Marisol Touraine a demandé une enquête sur les effets de la cigarette électronique à laquelle environ 500.000 Français se convertissent, selon un chiffre avancé par Rue89.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

 

Besoin d'un conseil médical ?

Service proposé par

 logo MesDocteurs

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24