Les cabines de bronzage provoquent 10.000 mélanomes par an

10.000 mélanomes et 450.000 carcinomes se développeraient chaque année dans le monde par suite de la fréquentation régulière de cabines de bronzage, selon une importante analyse publiée le 30 janvier 2014 dans le JAMA Dermatology.

Rédigé le

Les cabines de bronzage provoquent 10.000 mélanomes par an
Les cabines de bronzage provoquent 10.000 mélanomes par an

Le bronzage artificiel est un cancérogène avéré (c'est-à-dire qu'il peut provoquer l’apparition et accélérer leur développement des cancers de la peau). Selon d’importants travaux publiés mi-2012 dans le British Medical Journal (BMJ), la pratique du bronzage en cabine augmenterait de 8 à 34% le risque de développer une tumeur cutanée – une exposition précoce augmentant ce risque.

La forme la plus courante de cancer cutané est le carcinome (plus de 90% de ce type de tumeurs, avec 200.000 nouveaux cas chaque année en France). Bien moins fréquent, le mélanome est responsable de 75% des décès liés à une tumeur cutanée.

On différencie les carcinomes basocellulaires (les plus fréquents, qui se développent sur le visage, le cou ou le haut du tronc) des carcinomes épidermoïdes, ou spinocellulaires (qui atteignent des cellules plus en surface, et sont associés à un risque de métastases plus élevé).

Ces mêmes travaux avaient permis d’établir que 5,4% des cas de mélanomes cutanés(1) en Europe trouvaient leur origine dans des séances de cabines UV. Plus d’un millier de décès seraient donc imputables, chaque année, au bronzage artificiel dans l’Union européenne(2).

Une nouvelle synthèse de très grande envergure, recoupant les données de 161 études rigoureuses (plus 400.000 cas médicaux), a été publiée le 30 janvier 2014 dans le JAMA Dermatology. Ses conclusions vont dans le sens de tous les travaux antérieurs, en affinant les résultats.

De 6,3% à 11,9% des mélanomes malins touchant les Nord-Américains et les Européens sont directement imputables à la fréquentation régulière des cabines de bronzage. Cette proportion est notablement inférieure en Australie (2,5% à 2,7%), en dépit de taux de fréquentation par classe d’âge analogue à l’Amérique du Nord.(3)

Concernant les carcinomes, les chercheurs ont pu distinguer le risque de survenue de carcinomes basocellulaires de celui associé aux carcinomes épidermoïdes.

De 7,2% à 13,6% des carcinomes basocellulaires touchant les Nord-Américains et les Européens sont provoqués au bronzage artificiel. Cette proportion est, là encore, notablement inférieure en Australie (2,9% à 3,1%). En Europe et en Amérique du Nord, la fourchette est de 15,2% à 26,6% pour les carcinomes épidermoïdes. En Australie, elle est de 6,5% à 7,0%.

A la lumière de cette méta-analyse, ses auteurs estiment à 450.000 le nombre de carcinomes et à 10.000 le nombre de mélanomes imputables chaque année, dans le monde, aux cabines de bronzage.

---

(1) Les mélanomes sont dans l'immense majorité des cas cutanés. Les mélanomes peuvent cependant se développer sur l'œil, les muqueuses et les organes internes.

(2) La méta-analyse avait évalué à 800 le nombre de décès annuels dans 15 des 23 états membres de l’UE à la date de l’étude (2012) et 3 états membres de l’AELE.

(3) L’origine de cette disparité n’est pas discutée par les chercheurs.

 

Source : International Prevalence of Indoor Tanning A Systematic Review and Meta-analysis. M.R. Wehner et coll. JAMA Dermatol. 29 Janv. 2014. doi:10.1001/jamadermatol.2013.6896

VOIR AUSSI :

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24