Le corps infesté de vers après avoir consommé du poisson cru ?

● FAUX – Les radiographies, mises en ligne par le tabloïd britannique Daily Mail, ont été reprises à l'envi sur les réseaux sociaux et sur certains sites d'information francophones. Partout, la même affirmation : ces clichés sont ceux d'un Chinois, infesté par des milliers de vers après avoir consommé du sashimi (mets traditionnel japonais composé de tranches de poisson cru). Mais si des parasites du poisson peuvent bien infecter l'être humain, ils ne ressemblent en rien à ceux présentés sur les images…

Rédigé le , mis à jour le

Le corps infesté de vers après avoir consommé du poisson cru ?
Poisson cru ? Qui l'a cru ? (cliché issu de l'article du Daily Mail)

Voilà de quoi vous faire avaler votre sushi de travers. A en croire l'auteure de l'article du Daily Mail, un patient qui se plaignait de maux d'estomac et de démangeaisons cutanées s'est adressé à son médecin qui, après analyses, a découvert que son corps avait été infecté par des vers plats "après avoir mangé trop de sashimi – tranches de poisson cru".

"Les médecins croient que des portions de cette spécialité japonaise crue à base de poisson ou de viande sont à l'origine de la contamination."

Si l'auteure évoque bien l'existence de sashimi à base de viande, notons qu'il s'agit là de préparations rarement proposées dans les restaurants hors de certaines provinces japonaises(1).

L'article se poursuit sur l'évocation des nombreuses infections parasitaires qui peuvent être causées par l'ingestion de poisson cru. L'auteure met en avant la diphyllobothriose – infection par le "taenia du poisson", qui peut grandir dans l'intestin humain jusqu'à 20 mètres.

Rien de commun avec ce que présentent les radios – non datées, ni attribuées à un quelconque auteur.

Plus loin dans l'article, un commentaire attribué à un médecin officiant à l'hôpital d'où les clichés seraient originaires stipule "la consommation de nourriture crue peut entraîner une cysticercose". Une maladie causée par un ténia du porc, dont les larves peuvent provoquer des kystes dans l'organisme humain. On ne parle plus ici de sushis...

Poisson cru ? Qui l'a cru ?

Des vers ayant contaminé du poisson cru peuvent-ils réellement conduire à l'infection illustrée par les clichés radiographiques qui font l'objet de l'article ?

Pour le parasitologue André Paugam, interrogé par Allodocteurs.fr, là "dans le contexte d'une consommation de sushis, on pense à une anisakiase" -- infestation par des vers Anisakis, qui se fixent sur les parois du tube digestif. "Mais ce type d'infection ne peut donner un tel tableau radiologique", insiste-t-il.

Le professeur Jean Dupouy-Camet, chef du Service de Parasitologie de l'Hôpital Cochin, est encore plus catégorique. "Des vers du poisson ? C'est n'importe quoi ! Le poisson ne peut en aucun cas donner ce genre de complications ! En fait ces calcifications sont très probablement des larves cysticerques du Taenia solium (formes larvaires du ténia du porc)... Une complication observée quand il y a des porcs et une mauvaise hygiène, chez des sujets infestés par le ténia du porc ou ayant consommé des aliments souillés par ses œufs."

Les clichés versés à charge des sashimis sont, effectivement, très similaires à ceux d'articles scientifiques sur la cysticercose (voir ci-dessous).

Cliché extraits de : Extensive brain and muscular cysticercosis. T. Bejoy et K. Thamburaj, Neurology 2006; doi:10.1212/01.wnl.0000196639.85454.81

Il serait très étonnant qu'un médecin puisse avoir réellement affirmé à un journaliste qu'une consommation de sashimi ait été à l'origine de l'infection illustrée par les clichés étalés dans le Daily Mail. Sauf à imaginer qu'un radiologue chinois facétieux ait voulu discréditer l'art culinaire du pays du soleil levant – en comptant sur la naïveté de son interlocuteur – il est plus probable que l'auteure de l'article ait jugé la peur du sushi plus "vendeuse" que celle du porc mal cuit.

Ces images sont-elles réellement celles d'un cas survenu en Chine, dans la province de Guangdong ? Si oui, quand ? Devant l'absence de source fiable et d'informations cohérentes autour de ce cas, il est étonnant de voir que ces clichés ont été tant repris sur Internet, à l'appui d'articles stigmatisant sushi, maki et sashimi, qui n'avaient rien demandé à personne…

-----

(1) "sashimi" de cheval (basashi, 馬刺し), de bœuf (plus précisément de foie de bœuf, le rebasashi, レバ刺し) ou de baleine (鯨肉の刺身).

VOIR AUSSI :