Fermer [X]
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et des offres adaptés à vos centres d’intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. Vous pouvez néanmoins refuser l'utilisation des cookies, en cliquant ici
Mis à jour le 19 décembre 2014 à 5h39
Mon compte

  >     >  Insuffisance rénale : tout savoir sur la dialyse

Insuffisance rénale : tout savoir sur la dialyse

Par La rédaction d'Allodocteurs.fr
rédigé le 2 décembre 2008, mis à jour le 28 avril 2014

La dialyse permet de filtrer le sang des personnes dont les reins ne fonctionnent plus correctement. Une machine remplace alors l'activité des reins. Mais une autre technique moins connue existe : la dialyse péritonéale. Sans machine, le patient y gagne en autonomie.

Sommaire

 

Quand les reins n'assurent plus


Michel Cymes et Marina Carrère d'Encausse expliquent l'insuffisance rénale.

Avec une augmentation des cas de 5 à 7% chaque année, l'insuffisance rénale touche de plus en plus de Français. Parce qu'il y a peu de symptômes, elle est le plus souvent diagnostiquée à un stade terminal qui nécessite un recours immédiat à la dialyse en attendant une greffe de rein.

Les reins sont deux organes en forme de haricot. Ils assurent la filtration du sang et la production de l'urine. Le sang à épurer arrive au rein par un gros vaisseau, l'artère rénale, qui se ramifie ensuite en plusieurs artérioles qui amènent le sang jusqu'aux unités fonctionnelles du rein. Ces unités contenues dans ces structures en forme de pyramide sont appelées néphrons. Les néphrons vont filtrer le sang et fabriquer l'urine. La quantité d'eau, mais aussi de sel et de potassium sont régulées.

La fabrication de l'urine est le rôle le plus connu du rein. Mais il en a d'autres, et notamment la sécrétion de substances indispensables au fonctionnement du corps. Parmi elles, une substance bien connue : l'érythropoïétine (EPO), une hormone qui permet la maturation des globules rouges dans la moelle osseuse, et la rénine, une enzyme qui sert à réguler la pression artérielle. Le rein assure aussi la transformation de la vitamine D en sa forme active. Si le rein est malade, toutes ces fonctions essentielles se trouvent perturbées.

Lorsque le fonctionnement des deux reins est altéré et qu'ils ne filtrent plus correctement le sang, on parle d'insuffisance rénale. Si la destruction du tissu rénal est irréversible (à cause de pathologies comme le diabète ou l'hypertension...) et majeure, on parle d'insuffisance rénale chronique terminale.

La composition du sang est déséquilibrée et les toxines s'accumulent alors dans l'organisme. C'est là qu'intervient la dialyse. Il en existe deux sortes :

- l'hémodialyse : le sang est filtré à l'extérieur du corps, par une machine qui sert de rein artificiel.
- la dialyse péritonéale qui n'utilise, elle, aucune machine, mais une membrane naturelle du corps.

Aujourd'hui presque 7.000 personnes sont dialysées en France. Pour elles, il s'agit d'un véritable bouleversement de leur vie familiale et professionnelle. Pour faciliter le quotidien de ces malades, de nouvelles solutions sont actuellement proposées.


Une machine au secours des reins


Les malades doivent se rendre dans des centres spécialisés, où ils prennent eux-mêmes en charge leur dialyse, avec l'aide des infirmiers.

Jusqu'en 1955, les insuffisants rénaux mourraient systématiquement. La possibilité de remplacer les reins par une machine, la dialyse, a révolutionné la prise en charge et surtout l'espérance de vie des malades. C'est un système particulier qui recueille le sang du malade, le filtre et le réinjecte dans le corps.

La technique de dialyse la plus courante est l'hémodialyse, une méthode réalisée le plus souvent à l'hôpital. Mais les patients les plus autonomes peuvent apprendre à se traiter seul. Les séances se déroulent alors dans des centres d'auto-dialyse.


Une autre solution : la dialyse péritonéale


La dialyse péritonéale offre une autonomie plus importante aux patients.

Il existe toutefois une autre technique, sans machine, qui fait appel à une règle de physique élémentaire. Quand on met du sel dans l'eau, les particules de sel migrent, de sorte que le milieu s'homogénéise.

La dialyse péritonéale applique ce principe. Il s'agit d'une épuration intracorporelle qui utilise le péritoine. Les déchets toxiques du sang traversent sa membrane semi-perméable vers une solution appelée dialysat. Ce dernier est introduit dans la cavité péritonéale par un cathéter permanent.

Cette méthode libère les malades de l'obligation de se rendre, en moyenne trois fois par semaine, dans des structures spécialisées.

Contrairement au Royaume-Uni ou à la Suède, où un 20 % des dialysés le sont par dialyse péritonéale, la France est à la traîne. Cette technique ne concerne en effet que 8 % des malades. Mais les différents gouvernements de ces dernières années ont affiché la volonté de doubler ce chiffre.

La dialyse péritonéale allège la prise en charge de l'insuffisance rénale. Cependant, au stade terminal, celui de l'insuffisance rénale grave, la greffe est le seul traitement qui permette aux malades de retrouver une vie quasi normale.

La pénurie d'organe, c'est-à-dire le manque de don, reste toutefois l'obstacle majeur à cette intervention.


Dialyse au clair de lune


Les dialyses de nuit permettent aux personnes actives de profiter de leur journée sans contrainte.

Depuis peu, un centre de dialyse de nuit s'est ouvert en région parisienne. Il s'agit du quatrième centre de ce type en France après Angers, Marseille et Draguignan. Ils proposent une dialyse plus longue et nocturne.

Plus d'une trentaine de personnes suivent ce mode de traitement, proposé en priorité aux personnes ayant une vie active.

Plus confortable pour le patient, la dialyse dans les centres de nuit est aussi plus efficace. Un filtrage plus long permet une circulation ralentie du sang dans la machine, ce qui améliore l'élimination des déchets et de l'eau accumulés dans le corps. Conséquence : une diminution de l'hypertension artérielle. Un des avantages de la dialyse de nuit est donc une diminution du nombre de médicaments. Moins de médicaments et une dialyse plus efficace durant la nuit permettent aux malades de retrouver un goût à la vie.

Pendant que le patient dort, une infirmière contrôle toutes les heures sa tension et le bon déroulement de sa dialyse.

Même si la dialyse de nuit est mieux supportée par les patients, les malades espèrent une greffe pour retrouver une vie totalement normale.


En savoir plus la dialyse et l'insuffisance rénale


Sur Allodocteurs.fr

Questions/réponses :

Dossiers :

Ailleurs sur le web




Mots clés


Réagir à cet article

Pour réagir à cet article merci de vous identifier

S'abonner à la newsletter
Allodocteurs.fr

Liens non sponsorisés
Allodocteurs.fr : un site d’information médicale, sur lequel vous retrouverez toute votre santé en vidéo, expliquée par des docteurs en médecine et professionnels de santé.
Ce site respecte les principes de la charte HONcode. Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).