Mis à jour le 27 août 2014 à 14h50
Mon compte

  >     >  Hémorroïdes : les veines anales en crise

Hémorroïdes : les veines anales en crise

Par La rédaction d'Allodocteurs.fr
rédigé le 17 septembre 2008, mis à jour le 23 juin 2014

Les hémorroïdes, tout le monde en a : ce sont les veines basées autour de la zone anale. Le problème, c'est lorsqu'elles se dilatent. Résultat, une boule se forme au niveau de l'anus, entraînant douleurs et brûlures. Comment les éviter ? Comment se soulager ?

Sommaire

 

Hémorroïdes : quand les veines se dilatent…


Michel Cymes et Benoît Thevenet vous présentent l'anatomie des veines anales.

Douleurs en allant à la selle, saignements, brûlures, démangeaisons... sont les symptômes d'une maladie hémorroïdaire. Il s'agit d'une pathologie très courante qui touche autant les hommes que les femmes. Elle est plus fréquente entre 40 et 65 ans. Un Français de plus de 50 ans sur deux souffre de maladie hémorroïdaire.

Les hémorroïdes font partie de la structure normale du rectum. Le grand tuyau qui termine l'intestin en abouchant au niveau de l'anus est le rectum. Il est entouré en haut des muscles élévateurs de l'anus, qui permettent la défécation, et plus bas du sphincter anal qui en se serrant permet de retenir les matières fécales. Le rectum est vascularisé par des artères et des veines. À certains endroits, les veines forment des paquets semblables à des varices : ce sont les hémorroïdes.

On distingue les hémorroïdes internes, situées entre les muscles et le rectum et les hémorroïdes externes, situées plus bas au niveau du sphincter anal. Pour mieux comprendre leur rôle, il faut se représenter l'intérieur du rectum. À son extrémité se trouve l'orifice anal. Les hémorroïdes forment trois ou quatre coussinets sous la peau, autour de la paroi. En gonflant, elles garantissent l'étanchéité anale.

La maladie hémorroïdaire se déclare lorsque les hémorroïdes subissent une augmentation de la pression sanguine. Cette pression peut être causée par plusieurs facteurs (grossesse, diarrhée, constipation, vieillissement…). Les hémorroïdes peuvent alors se dilater et glisser, emportant la muqueuse jusqu'à l'anus et parfois même à l'extérieur. On parle alors de prolapsus. Elles peuvent alors suinter et saigner, mais ne sont pas douloureuses.

En revanche lorsque les hémorroïdes externes se dilatent, un caillot peut se former et provoquer une thrombose, c'est-à-dire l'obstruction du vaisseau. Ce phénomène appelé crise hémorroïdaire peut entraîner des douleurs intenses. En général, les crises hémorroïdaires sont bénignes et passagères mais elles peuvent être très gênantes dans la vie quotidienne. Il est souvent difficile de consulter, pourtant c'est essentiel pour s'assurer qu'il n'y a pas une maladie plus grave.


Accouchements, sport, constipation : des causes multiples


Nicole a souffert d'hémorroïdes durant 30 ans

Il existe plusieurs situations qui entraînent ou aggravent l'apparition des hémorroïdes. La défécation, la position assise ou la marche peuvent déclencher une complication : la thrombose interne ou externe. Lorsqu'un caillot obture la veine, la douleur anale est alors très intense et ne passe que lorsque le caillot est retiré.

Certains facteurs favorisent l'apparition des hémorroïdes : le sport, la constipation ou la grossesse (les hémorroïdes apparaissent après 35% des accouchements).

Prévenir et soulager la crise hémorroïdaire

Conseil : pour atténuer les hémorroïdes, il est conseillé de boire entre 1,5 et 2 litres d'eau par jour, éviter les plats épicés, l'alcool, le café et le thé. L'idéal est d'opter pour un régime végétarien jusqu'à disparition des symptômes.

En dehors d'une question de confort, il est tout à fait possible de ne pas se soigner si les symptômes sont minimes.

Les saignements. En revanche, il est important de ne pas négliger des saignements en les mettant sur le compte d'hémorroïdes. : ils peuvent être liés à un polype de l'intestin (lésion précancéreuse) ou à un cancer.

Quelques règles à suivre : en cas de saignement, il faut voir son médecin. Par ailleurs, il faut éviter la constipation en privilégiant les légumes frais, les fruits, les crudités et les légumineuses.


Comment soigner les hémorroïdes ?


Lorsque les hémorroïdes sortent et deviennent trop encombrantes, il existe des traitements dits instrumentaux. (Attention, ces images peuvent heurter la sensibilité de certaines personnes)

Médicaments. Des antihémorroïdaires sont utilisables par voie locale. Il s'agit de suppositoires ou de crèmes (en général vendues avec une canule permettant une application aussi bien externe qu'interne). Si des médicaments ne soulagent pas, on peut ajouté un médicament veinotonique.

Les injections sclérosantes provoquent la sclérose des vaisseaux hémorroïdaires grâce à une substance irritante.

Il est aussi possible traiter les hémorroïdes en faisant des ligatures élastiques. Il s'agit de dévitaliser les tissus par strangulation, ce qui permet ensuite leur destruction par une autre technique (la congélation, par exemple).


Hémorroïdes : le traitement par infrarouges


Traitement des hémorroïdes par infrarouges (Attention, ces images peuvent heurter la sensibilité de certaines personnes)

Quand les hémorroïdes deviennent trop gênantes et douloureuses, différents traitements médicamenteux existent. Ils ne sont pas toujours suffisants. L'utilisation d'infrarouges est alors proposée aux patients.

Suppositoires, crèmes… Quand les traitements médicamenteux ne sont pas efficaces contre les hémorroïdes, un traitement par infrarouges peut être proposé. L'appareil à infrarouges diffuse une chaleur et permet de brûler très superficiellement le tissu au dessus des hémorroïdes.

Cette méthode est préconisée pour les hémorroïdes qui saignent. En brûlant les tissus, l'objectif est de diminuer la vascularisation et donc de réduire la taille des hémorroïdes. Ce traitement est indolore, il est pratiqué sans anesthésie et dure à peine quelques minutes. Pour un résultat optimal, plusieurs séances sont nécessaires à un mois d'intervalle.

Parallèlement, les patients devront éviter d'être constipés. Ils doivent privilégier une alimentation riche en fibres, boire 1,5 L d'eau par jour et pratiquer une activité physique régulière. La prise de laxatifs peut aussi être utile.

En cas d'échec du traitement par infrarouges, la chirurgie peut être envisagée.


L'opération : nécessaire dans 10% des cas


Attention, images de chirurgie ! Lorsque les hémorroïdes sortent et deviennent trop encombrantes, il faut recourir à la chirurgie.

L'ablation des hémorroïdes. Quand la maladie hémorroïdaire est à un stade très avancé, on peut envisager une intervention chirurgicale. Dans 10% des cas environ, on procède à l'ablation des hémorroïdes. Cette opération a lieu toujours en dehors des crises.

Les techniques. Aujourd'hui, il existe deux techniques. L'une classique, dite de Milligan-Morgan. Elle consiste à retirer les hémorroïdes. La seconde technique, appelé l'anopexie rectale ou technique de Longo, est plus récente. Elle va remonter à l'intérieur les hémorroïdes. La méthode de Longo minimise considérablement les douleurs post-opératoires. L'opération ne doit être envisagée que lorsque les autres méthodes ont échoué et que la gêne devient handicapante. L'ablation des hémorroïdes n'est pas un acte anodin car les complications peuvent être graves, comme par exemple le rétrécissement anal ou l'incontinence.

La ligature des artères hémorroïdaires sous contrôle Doppler. Quand les traitements médicamenteux et les infrarouges ne suffisent pas, une intervention chirurgicale peut être nécessaire. La chirurgie classique, l'hémorroïdectomie qui consiste à retirer les paquets hémorroïdaires, est une technique radicale mais très douloureuse. Depuis peu, une technique mini-invasive très peu douloureuse existe pour les hémorroïdes internes de grades 2 et 3. Une intervention de 30 à 60 minutes réalisée sous anesthésie générale.


En savoir plus sur les hémorroïdes


Sur Allodocteurs.fr

Dossiers :

Questions/réponses :

Ailleurs sur le web


Mots clés


Vos commentaires
Page : 1  2  3  4 
Dr Tourmente - Allodocteurs.fr
Modérateur
@madmad : oui, consultez votre médecin.
Citer
madmad
bonjour, j'ai une hémorroïde (une boule externe qui remonte dans l'anus)depuis 3-4 jours. Elle d'égonfle la nuit mais dès que je me lève le matin, elle se remet à gonfler. J'ai des douleurs et des démangeaisons. J'ai acheté des traitements mais rien n'y fait (énoxolone diosmine) que je prend depuis 2 jours mai rien n'y fait. A qu'elle stade suis-je ? Dois je aller voir mon médecin ?
Citer
Dr Tourmente - Allodocteurs.fr
Modérateur
@Cris59135 : je vous renvoie vers l'article sur la maladie de Crohn et un autre sur le site ameli.fr Il existe désormais plusieurs traitements.

Citer
Cris59135
J'ai la maladie de crohn et on arrive pas à me trouver un bon traitement
Pourriez vous m'aider ???
Citer
Dr Tourmente - Allodocteurs.fr
Modérateur
@ 123456789bj : une douleur modérée ou une sensation de gène peuvent être présentes. Informez-en votre médecin (généraliste ou spécialiste).
Citer
123456789bj
Bonjour, j'ai eu la ligature élastique d'un hémorroïde il y a 8 jours et aujourd'hui je ressens une douleur (quand même tolérable) au niveau de l'anus et du coccyx. Au niveau du coccyx c'est comme une sensation de brûlure. Je n'ai pas de saignement ni de couleur anormale à l'anus. Je n'ai pas de douleur à la selle mais lorsque je m'essuis, c'est sensible et j'ai un inconfort en tout temps de la journée (assis, debout, couché). Je n'ai pas remarqué si j'ai perdu l'élastique ou l'hémorroïde. Est-ce que la cicatrisation peut être douloureuse ou bien ce n'est pas normale? Merci à l'avance.
Citer
Dr Tourmente
@alandu94 : Cela dépend de la technique utilisé et peut varier de 3 semaines à 8 semaines pour les sports violents ou pratiqués dans l'eau. A voir avec votre chirurgien.
Citer
Dr Tourmente
@alandu94 : Cela dépend de la technique utilisé et peut varier de 3 semaines à 8 semaines pour les sports violents ou pratiqués dans l'eau. A voir avec votre chirurgien.
Citer
allandu94
je dois me faire opéré bientot des hémorroides, pourrais je refaire du sport dans 1 mois et demi environ?
Citer
pascale8620
#citation pseudo=Dr Tourmente - Bonjour-docteur.com#pascale8620 : tout d 'abord je vous remercie de m'avoir repondu. je suis aller le revoir il m'a dit que si dans un mois j'avais encore mal que je devais retourner sur la table et je n'ai pas envie je prend une creme pour les fissures qui me donne des migraines en plus donc du tramadol avec dafalgan 1gr et tjs douloureux chaque jours j'ai fait cette opération pour ne plus avoir mal et je souffre encore et depuis 3 mois sans cesse
Citer
Page : 1  2  3  4 
Réagir à cet article

Pour réagir à cet article merci de vous identifier

S'abonner à la newsletter
Allodocteurs.fr

Tous les sujets encyclopédiques
Revoir les émissions, poser vos questions
S'abonner à la newsletter
Allodocteurs.fr
Liens non sponsorisés
Allodocteurs.fr : un site d’information médicale, sur lequel vous retrouverez toute votre santé en vidéo, expliquée par des docteurs en médecine et professionnels de santé.
Ce site respecte les principes de la charte HONcode. Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).