Discothèques : notre audition en danger ?

Avant l'âge de 34 ans, près d'un Français sur 10 souffrirait d'une baisse de l'audition. Un problème de plus en plus courant chez les jeunes adultes. C'est en faisant la fête que les jeunes abîment leurs oreilles. En effet, 40 % des établissements de nuit ne respectent pas les limites légales de décibels. Or un seul choc sonore suffit à entraîner une perte d'audition irréversible. Les professionnels de la nuit commencent à réagir.

Rédigé le

À l'école des DJ de Lyon, le problème est pris très au sérieux.

Les risques pour l'audition commencent à 90 décibels, alors que la douleur apparaît à 130 décibels. Une notion à connaître quand on apprend à faire danser les gens.

Les dangers pour l'oreille dépendent de la puissance du son et de la durée d'exposition. Dans les discothèques, la musique atteint 100 décibels. À ce niveau, on ne devrait pas rester plus de 15 minutes. Le problème, c'est qu'on ne ressent rien. Après une soirée en boîte de nuit, un jeune sur trois a déjà ressenti temporairement des acouphènes (sifflements dans les oreilles). Ces signes doivent immédiatement alerter. Si les signes persistent, un bilan auditif s'impose.

Chez certains, une seule forte exposition peut détruire les cellules auditives. Pour prévenir tout risque, le port de bouchons est conseillé. Mais seulement 8 % des jeunes de moins de 25 ans portent des bouchons dans les discothèques. Et seulement 13 % d'entre eux se sont vus proposer des bouchons par les professionnels de la nuit.

Pour savoir où vous en êtes, vous pouvez faire contrôler régulièrement votre audition. Il vous suffit d'en parler à votre médecin.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24