Des somnifères associés à un risque plus élevé de décès

Selon une étude publié dans le British Medical Journal (BMJ), les consommateurs prenant certains médicaments pour dormir verraient leur risque de décès multiplié par quatre, et le risque de développer un cancer de 35 %. Le lien de cause à effet n'y est pas clairement établi, mais ses résultats suscitent une inquiétude chez les médecins de l'étude face à l'utilisation massive de ce type de médicament.

Rédigé le

Des somnifères associés à un risque plus élevé de décès
Des somnifères associés à un risque plus élevé de décès

Prendre une petite pilule le soir pour vous endormir pourrait avoir d'autres conséquences que de vous plonger dans les bras de Morphée.  

C'est ce que révèle une étude publiée dans le British Medical Journal par une équipe de recherche californienne. Selon les résultats du Dr Daniel Kripke et de son équipe, un consommateur régulier de somnifères aurait un risque de mortalité 4 fois plus élevé qu'une personne qui n'en prend pas. Et son risque de développer un cancer serait 35 % plus élevé.

Les molécules particulièrement mises en cause sont le zolpidem, le temazépam, l'eszopiclone, le zaleplon et d'autres hypnotiques de la famille des benzodiazépines, des barbituriques et des sédatifs antihistamiques.

Le lien de cause à effet n'est pas clairement établi par cette étude, puisqu'il s'agit juste d'une comparaison entre deux populations, mais les chercheurs de cette étude s'inquiètent de la forte consommation de ce type de médicaments dans les pays développés.

Les travaux de recherche ont été menés sur de larges cohortes : plus de 10 000 consommateurs de somnifères, contre près de 24 000 qui n'utilisent pas de médicament pour s'endormir, pour un suivi de 2 ans et demi en moyenne.

Autre inquiétude : même chez les petits consommateurs, soit moins de 18 cachets par an, le risque de décès reste trois fois plus élevé.

En 2010, les Français ont consommé pas moins de 134 millions de boîtes de médicaments de la famille des benzodiazépines, ce qui les place au deuxième rang des consommateurs européens de psychotropes.

Chaque année, un Français sur cinq prend au moins une benzodiazépine ou une molécule apparentée. Soit 25 millions d'entre nous ont été exposés à ce type de traitement entre 2006 et 2011.

De nombreuses études commencent à établir des hypothèses sur les dangers de l'utilisation régulière de ces substances, comme l'apparition d'Alzheimer plus fréquente chez les consommateurs de benzodiazépines.

Etude de référence : "Hypnotics' association with mortality or cancer: a matched cohort study", Daniel F Kripke, Robert D Langer ,Lawrence E Kline, BMJ Open 2012;2:e000850 doi:10.1136/bmjopen-2012-000850

En savoir plus

Besoin d'un conseil médical ?

Service proposé par

 logo MesDocteurs

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24