Déafférentation : elle n'a plus conscience de son corps

Ginette fait partie des 4 personnes au monde que l'on dit déafférentées, ce qui signifie qu'elle a perdu toute sensibilité sur le corps à l'exception de la tête. Concrètement les fibres nerveuses sensorielles de cette Canadienne ont disparu, ce qui entraîne la perte de la proprioception. Pourtant ce sens méconnu est plus qu'indispensable à la production de nos mouvements et à notre conception de notre corps dans l'espace. Sans lui, certaines tâches du quotidien deviennent insurmontables.

Rédigé le , mis à jour le

Déafférentation : elle n'a plus conscience de son corps
Déafférentation : elle n'a plus conscience de son corps
Sommaire

Déafférentation : la proprioception en moins

Reportage de Rudy Bancquart et Alexandre Delaval

Originaire du Canada, Ginette est l'une des 4 personnes au monde que l'on dit déafférentée. Autrement dit Ginette a perdu toute sensibilité au niveau des membres. Un événement survenu il y a 30 ans, à la suite d'une infection virale.

La sensibilité est la base d'un sens méconnu qu'on appelle la proprioception. Elle est utilisée à chaque instant pour guider nos mouvements et se situer dans l'espace. Lorsque nous voyons une fleur, l'information visuelle est transmise au cerveau. Pour cueillir cette fleur, le cerveau doit analyser sa position dans l'espace et déterminer la distance qui sépare la main de la fleur, avant de donner l'ordre de la cueillir. Pendant tout le mouvement, la main envoie des informations au cerveau grâce aux fibres nerveuses sensorielles. Ainsi, pas besoin de voir la main et la fleur en même temps pour effectuer cette action motrice.

Pour Ginette, privée de proprioception, chaque mouvement du corps est une épreuve. Elle n'a pas conscience de son corps, et doit compenser l'absence de proprioception par la vue. Elle doit ainsi voir chaque geste qu'elle effectue afin de le contrôler. Ginette préfère donc se déplacer en fauteuil roulant car pour marcher, il faudrait qu'elle ne quitte pas ses pieds des yeux.

Indispensable, la proprioception l'est dans les gestes du quotidien. Mais Ginette s'est toujours battue. À 65 ans, elle tient à rester le plus autonome possible malgré son handicap

Déafférentation : faire avancer la recherche

Reportage de Rudy Bancquart et Alexandre Delaval

On dit parfois que la proprioception est le sixième sens. Et Ginette en est totalement privée. Bien qu'elle ait gardé toute sa motricité, elle ne sent plus son corps. Elle contrôle donc tous ses gestes grâce à la vue.

Cette particularité intéresse les chercheurs. Ginette fait donc le tour du monde des laboratoires. Elle était récemment à l'Institut des sciences du mouvement de Marseille, où elle s'est prêtée à de nombreuses expériences. L'objectif des scientifiques étant de mieux cerner le rôle de la proprioception dans la production des mouvements du corps humain.

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24