Comment réagir face à une crise d'épilepsie ?

L’épilepsie est une maladie neurologique chronique qui peut se manifester par des crises de convulsions très impressionnantes. Il y a donc des gestes qu’il faut connaître pour protéger la victime.

Rédigé le , mis à jour le

Comment réagir face à une crise d'épilepsie ?
Comment réagir face à une crise d'épilepsie ?

Lors d’une crise d’épilepsie, les neurones produisent une décharge électrique anormale dans certaines zones du cerveau.

Schématiquement, une crise convulsive se déroule en 3 temps : elle débute par une perte de connaissance et une chute. Puis, le corps est pris de convulsions et s’agite de façon saccadée. Après cette phase, la victime reste inconsciente plus ou moins longtemps en ne garde en général aucun souvenir de ce qui vient de se passer.

Si vous êtes présent dès le début de la crise, il faut soutenir la victime pour éviter qu’elle ne se blesse lors de sa chute. Ensuite, lors des convulsions, il faut faire le vide autour d’elle, en écartant les objets potentiellement dangereux. Si vous pouvez, placez un coussin sous la tête pour éviter les chocs contre le sol. En revanche, n’essayez pas de maîtriser ou d’attacher la victime. Ça ne fera pas cesser les convulsions.

Contrairement à une idée reçue, la langue ne peut pas être sectionnée ou avalée lors de la crise. Il peut y avoir des morsures de la langue. On recommande donc de ne rien mettre dans la bouche, surtout pas ses doigts, car on risque de se faire mordre et pas d’objets qui risquent de passer au fond de la gorge.

Ensuite alertez les secours en composant le 15 ou le 18.

Une fois que les convulsions ont cessé, si la victime est toujours inconsciente, il faut la placer en position latérale de sécurité.

Dernier conseil, même si c’est impressionnant, il faut essayer de rester calme. Gardez à l’esprit que la crise ne dure jamais plus d’1 à 2 minutes et qu’elle s’arrête d’elle-même.

Dossiers sur Bonjour-docteur.com :

Questions/Réponses :

* La réponse du Dr Philippe Kahane, responsable du pôle Epilepsie au CHU de Grenoble