Fermer [X]
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et des offres adaptés à vos centres d’intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. Vous pouvez néanmoins refuser l'utilisation des cookies, en cliquant ici
Mis à jour le 29 novembre 2014 à 4h26
Mon compte

  >     >  Ch@t : TOC, Troubles Obsessionnels Compulsifs

Ch@t : TOC, Troubles Obsessionnels Compulsifs

Par La rédaction d'Allodocteurs.fr
rédigé le 3 septembre 2010

Ch@t du 3 septembre 2010 :
Avec les réponses de Benoît Monié et Laure Foulon, psychologues.


Sommaire

 

Les réponses de Benoît Monié, psychologue


  • Une simple manie peut-elle se transformer en TOC ?

Pas forcément tout dépend de la durée des manies.

  • A partir de quel âge un TOC peut survenir ?

Il peut survenir dés le jeune âgé bien que les rituels sont normaux à cet âge, il faut encore une fois voir la durée et l'invalidité des rituels.

  • Comment différencier un rituel d’un TOC ?

Un TOC est fait de rituels, tout dépend de la durée des rituels

Pas obligatoire mais nécessaire si trop invalidant.

  • Les thérapies comportementales sont-elles efficaces même si cela fait plusieurs années que les TOCS sont présents ?

Oui et heureusement, les résultats cliniques le montrent, il faut y croire jusqu'au bout.

  • Ma fille de 8 ans a des tics. Risque-t-elle de développer des TOCS ?

Non c'est différent.

  • Mon mari a des TOCS, il ne veut pas se soigner et m’envoie promener, je ne vois que ça et j’en souffre que faire ?

Parlez lui de votre souffrance, que vous l'aimez mais que sa maladie prend le pas sur votre couple, il faut qu'il puisse se rendre compte des inconvénients de ces TOCS, qu'il prenne conscience que c'est une maladie. Faites vous aider par une association ou votre médecin généraliste.

  • Certains psychologues sont très compétents pour aider les personnes souffrant de TOC en pratiquant des thérapies comportementales et cognitives. A quand le remboursement ? Des nombreuses personnes pourraient être prises en charge, mais les moyens financiers ne leur permettent pas.

Je suis le premier à me battre pour ça, il faut que vous nous aidiez auprès du gouvernement et des mutuelles.

  • Ayant souffert de TOC, puis dépression, mon enfant à des comportements souvent inexplicablement colériques, souffre t-il aussi en silence de ces maux ?

Pas forcément par contre il exprime quelque chose, essayez de parler de ses colères avec lui et si besoin faite vous aider

  • Comment reconnaître que l'on a un TOC   ?

Rituels, ruminations, compulsions qui durent au moins 1 heure par jour et qui sont invalidant dans votre vie, dans le sens ou ils vous empêchent de vivre votre vie.

  • Ma soeur recherche le silence, est à l’affut du moindre bruit, dort très mal et se plaint continuellement d'acouphènes. S’agit-il d’un TOC ? Doit-elle consulter ?

Ce n'est pas forcément un TOC mais il serait bien qu'elle consulte d'abord son médecin de famille.

  • Ou trouver les associations pour m’aider ?

Vous avez l'AFTOC qui a des antennes partout en France.

  • Une personne à l’affut du moindre bruit et qui développe des acouphènes a-t-elle un TOC ? Doit-elle consulter ?

Un spécialiste a déjà répondu à cette question. Merci de consulter les réponses du ch@t.

  • Personnellement elles ne me laissaient pas de répits... J’en étais arrivé à ne plus vouloir sortir de ma chambre, la désociabilisation est-elle un signe d’alerte ?

Oui c'est le signe que nous sommes dans une maladie car cela réduit les activités de vie.

  • Ma belle-soeur est atteinte de TOC et refuse d’en parler car elle a honte. Doit-on faire semblant que tout va bien comme elle le désire ou essayer d’aborder le sujet ? Mon frère se sent seul face à cela.

On ne peut pas la forcer par contre on peut parler de sa souffrance en tant qu'accompagnant, ce qui peut permettre un dialogue.

  • Les thérapies d’ordre analytique sont-elles efficaces pour guérir de TOC ?

Les thérapies analytiques n'ont pas pour but de guérir mais de faire un travail sur soi.

  • Il existe une thérapie, utilisé également pour le traitement de Parkinson, qui permettrait de soigner les TOC grâce à des impulsions électriques délivrées dans le cerveau. Est-ce efficace et dans quels cas ?

Cela peut être efficace en dernier recours mais c'est tout nouveau donc il faut être très prudent, cependant il y a bien des solutions avant d'en arriver là.

  • J’ai des rituels de vérification qui peuvent m'occuper pendant plus de 20 min par jour (portes, gaz, robinets). Or, je me souviens que très jeune (en 6ème), j’avais ces mêmes rituels de vérification (cartable, devoir, etc.). Quel est l’âge moyen d’apparition des tocs ?

Ca peut apparaitre très jeune par contre si ça n'excède pas 20 mn nous ne sommes pas dans des TOCS.

  • Je compte mes pas quand je marche, je fais en sorte de ne jamais marcher sur des lignes comme le passage piéton, j ai aussi une obsession des nombres pairs, parfois si je me frappe le pied droit je fais en sorte de frapper volontairement le pied gauche. Est-ce que ce sont des TOCS ?

Ce sont des obsessions, pour parler d'un TOC il faut s'appuyer sur la durée des rituels et sur l'invalidité : est-ce que ça m'empêche de faire d'autres choses plus importantes pour moi ?

  • Quand je me brosse les dents je compte 7 sur chaque coté, et quand je me la mes cheveux je compte également 7 fois , impossible de m’en débarrasser, est-ce un TOC ?

Un spécialiste a déjà répondu à cette question. Merci de consulter les réponses du ch@t.

  • J’ai des obsessions mais pas de rituels à proprement parler, est-ce un TOC ?

Un spécialiste a déjà répondu à cette question. Merci de consulter les réponses du ch@t.

  • Je ne peux pas m’empêcher de vérifier la propreté parfaite de chaque objet qui va servir a la cuisine, et ceux dans lesquels je mange (ayant différents rituels qui font bien rire mes proches) Est-ce que ce sont des TOCS ? Moi ça ne me gêne pas vraiment, mais dois-je consulter quand même ?

S'il n'y a pas de caractère invalidant ne vous posez pas de questions, à moins que votre entourage en souffre.

  • Je craignais que de le reprendre, ça augmente le problème ? Alors pourquoi tant d’agressivité ?

Vous avez la bonne attitude par contre faites vous aider par rapport à l'agressivité.

  • Mon fils à 22 mois il a la manie de prendre un cheveux à moi ou il va le chercher dans la brosse à cheveux pour le mettre entre sa tétine et sa bouche, il me réclame même un cheveu pour dormir ! Parfois il essaye de tirer sur ses cils ou cheveux … Est-ce un TOC ou juste une manie ?

Il a peut-être juste besoin d'être rassuré avec un objet transitionnel.

  • Les thérapies comportementale et cognitive sont très chères, y a t-il des prises en charges ?

C’est pas plus cher qu'une autre thérapie, vous avez des mutuelles qui peuvent vous aider ou des CMP ou ce sera gratuit. Seuls les psychiatres sont remboursés.

  • Ne pas pourvoir réprimer ces TOCS est-il anxiogène ? Puisque les TOCS sont des troubles anxieux. Cette pathologie n’est-elle pas un cercle vicieux de l’anxiété ?

Tout à fait.

  • Vers quel professionnel pourrais-je orienter un ami qui souffre de TOCS importants ? Cela peut durer plusieurs heures par jour donc cette personne est en difficulté financière et sociale.

Le premier relais est le médecin de famille puis les associations.

  • La séparation du milieu familial est-elle souhaitable pour un enfant atteint de TOC ?

Pas nécessairement, tout dépend si c'est le milieu familial qui déclenche les obsessions...

  • La thérapie comportementale et cognitive (TCC) est elle la meilleur solution pour se sortir des TOCS ?

Oui.

  • Je suis émétophobe ce qui entraîne des rituels tels que dormir avec un sac plastique, mon psy me dit que ce n’est pas un TOC parce que je sais pourquoi je les accomplis mais j’ai des doutes, qu’en pensez vous ?

Pas facile de vous répondre avec peu d'éléments, dans un TOCS il y a des ruminations.

  • Mon fils de trois ans range tous ces jouets en ligne et fais une crise nerfs s’il n’y arrive pas ou si on dérange un jouets, d’ailleurs il ne joue pas il range uniquement. Est-ce un signe de TOC ? Que faire ?

C'est un passage normal, à surveiller discrètement si ça dure dans le temps et si ça se déplace dans d'autres situations.

  • Peut-on avoir un TOC et ne pas être au courant ?

Non, vous le saurez car souffrance.

  • Mon fils de 10 ans est de nature anxieuse et il développe depuis quelques semaines des TOCS qui nuisent à son bien être et au nôtre, il nous dit qu’une voix dans sa tête l’oblige à les faire. Un psychiatre nous a dit que chez les enfants, ils étaient souvent temporaires mais quel traitement choisir ?

Allez voir un 2ème spécialiste.

  • Pourquoi vouloir faire du mal à des personnes, animaux vivants ou décédés que j’ai aimés ou aime ?

C'est une phobie ce qui ne veut pas dire que vous allez le faire.

  • Je connais un adulte qui passe plusieurs heures par jour les doigts dans le nez. Il a honte, il essaie de se retenir en public mais c est presque inconscient. Peut-on considérer cette mauvaise habitude comme un TOC ? Existe-il des solutions ?

IL y a peut-être autre chose comme un automatisme, il faudrait consulter.

  • Entasser 500 offres d’emploi sans pouvoir y postuler, TOC de perfectionniste ?

C'est souvent très lié... peut-être de la procrastination ?

  • La vision de scènes ou d’images crues peut-elle déclencher un TOC ou une phobie ?

Non pas nécessairement.

  • Mon mari a développé un TOC du sommeil, il dort mal et ne peut plus dormir dans la même chambre que moi. Tous les soirs il dort dans une autre chambre. Comment peut-il guérir malgré les antidépresseurs ? Est-ce vraiment un TOC ?

Un spécialiste a déjà répondu à cette question. Merci de consulter les réponses du ch@t.

  • Faut-il en parler à son entourage ? (Car peur d’être pris pour un fou) ?

Si votre entourage vous aime il devrait comprendre.

  • Les TOCS sont-ils amplifiés dans certaines conditions (stress, veille d’examen, etc) mais peuvent-ils aussi disparaître dans des conditions favorables (vacances, situation positive, etc ?

Oui le stress augmente l'anxiété.

  • Comment cela se fait qu’on parle de TOC seulement dans les pays riches. Pourquoi n’y a t-il pas de TOC dans les pays pauvres ?

Ils existent dans tous les pays, mais sous d'autres formes.

  • Les départements psychiatriques de l’enfant et de l’adolescent s’occupent-ils des TOCS ?

Oui, cherchez s'il y a quelqu'un qui est spécialisé en TCC.

  • Mon ami a un TOC, il va se coucher le soir dans le lit conjugal et dès qu’il voit qu’il n’arrive pas à s’endormir ou qu’il se fait tard il part dormir dans un autre lit. Que faire pour arrêter ce rituel ?

Cela ne semble pas être un TOC.

  • J’ai des TOCS mais je préfère ne pas en parler (une sorte de déni) car j’ai peur que cela engendre des conséquences par rapport a ma vie familiale ou professionnelle, (jugement par mon conjoint…).

Vous pouvez peut-être déjà vous faire aider pour progresser et accepter plus facilement cette maladie. Par contre il est important de ne pas rester isolé.

  • Mes  TOCS peuvent provoquer des mutilations envers moi. Pourquoi vouloir faire du mal à des personnes, animaux vivants ou décédés que j’ai aimés ou aime ?

Pourquoi une telle phobie. Si vous passez à l'acte, ce n'est plus un TOC mais ce sont des automutilations, n'hésitez pas à vous faire aider.

  • La TCC passe par des exercices à faire mais dans les cas de phobies d’impulsion ce n’est pas applicable ?

C'est également applicable. Le but des exercices est de s'exposer aux émotions engendrées par la situation.

  • Ma mère qui souffre de TOC consulte depuis deux ans environ. Elle m’a confié qu’elle ne prenait plus les médicaments prescrits, mais visiblement elle parvient à faire croire à son psychiatre qu’elle les prend toujours... Dois-je prendre contact avec ce dernier pour l’en informer ?

Oui.

Non.

  • Ma mère a arrêté la TCC depuis plusieurs années car elle n’arrivait plus à se rendre au RDV et à sortir de la maison. Elle continue le traitement médicamenteux mais sans grand résultat. La dernière solution est-elle l’opération ? Je ne sais plus réellement quoi faire et elle non plus.

Un spécialiste a déjà répondu à cette question. Merci de consulter les réponses du ch@t.

  • Est-ce que le sevrage d’antidépresseurs tels que Milnacipran et comprimés de clorazépate dipotassique 10 par nuit pris depuis plus de 3 ans provoque l’apparition de  TOCS ?

Je ne suis pas médecin désolé :)

  • Puis-je développer des  TOCS du fait que mon mari me fasse systématiquement vérifier tout derrière lui ?

Non.

  • Comment cela se fait qu’on étudie les  TOCS seulement sur des personnes habitants dans des pays développés. J’ai comme l’impression que cela existe que de part chez nous...pouvez-vous me dire pourquoi ?

Cette pathologie est étudiée partout dans le monde mais on en parle plus chez nous.

  • Se faire aider oui mais par qui, nous n’avons pas le même médecin référant et si j’en parle au sien il comprendra que je me suis plainte.

Pour vous de le faire dans le but de l'aider.

 


Les réponses de Laure Foulon, psychologue


  • J’ai peur que l’on me serve un verre trop plein lors d’un diner, et de tout renverser. Je ne préfère pas boire pendant tout un repas. Est-ce un TOC ?

Non, c'est plus une phoebie.

  • Comment faire soigner une personne atteinte de TOC lui empêchant de sortir de chez elle et d’avoir une vie sociale ?

Il faudrait solliciter un professionnel psychiatre ou psychologue d'orientation cognitive et comportementale.

  • Je souffre de l’obsession de faire du mal aux personnes qui comptent pour moi, pourquoi (par des gestes magiques automatiques ou la vision) j’en souffre énormément.

Ce sont des phobies d'impulsions, cela ressemble aux TOC. Ces choses ont pu vous traverser l'esprit dans le passé et pouvant se réveiller dans des moments d'anxiété, de stress et sont extrêmement bouleversantes.

  • Le TOC peut-il être héréditaire ?

Oui.

  • En combien de temps peut on guérir d’une phobie d’impulsion ?

Cela dépend, les thérapies sont connues pour être brèves. Un mieux être peut être ressenti au bout de 6 mois/1 an.

  • Je fais beaucoup de course à pied, quand je cours, je compte mes pas, je me résonne mais 5mn plus tard je me rends compte que j’ai recommencé. Est-ce un TOC ?

Il peut s'agir simplement de rituel sociologique.

  • Comment doit réagir l’entourage face à un proche touché par des TOCS ?

L'entourage doit aider le patient, ne pas entrer dans ses TOC mais l'aider à affronter des situations qui lui font peur.

  • Peut-on avoir un TOC et ne pas être au courant ?

Non, un TOC est très invalidant et la perte de temps est importante.

  • Mon filleul, qui a 10 ans, a depuis très peu de temps des gestes avec ses poignets (qu’il plie) et ses bras qu’il tend. Il me dit qu’il en est conscient et que cela lui fait du bien. Et qu’il se l’autorise quand son frère de 7 ans suce son pouce (ce qui est fréquent). Que peut-on faire ?

Il faut consulter un thérapeute.

  • La peur de développer une pathologie mentale grave (jusqu’au point de vérifier sans cesse si nous ne développons pas tel ou tel symptôme) est-elle un TOC ?

Oui, c'est un danger pour soi même.

  • Est-ce que des enfants qui ont eu une mère atteinte de TOCS importants toute leur enfance et adolescence peuvent a leur tour en être atteints ? Ma nièce développe depuis quelques années des TOCS tout comme sa mère.

C'est possible dans la mesure où il y a une dimension génétique.

  • Le fait de reprendre mon mari sur les TOCS le rend agressif ! Il me dit de ne pas les remarquer. Est-ce normal qu’il se sente persécuté ?

Oui mais vous adoptez la bonne attitude.

  • Je pense que je souffre de syllogomanie ou TOC d’accumulation, surtout vêtements magazines et jouets, cela devient invivable, j’ai vu deux psychologues sans succès, je n’ose plus faire rentrer les gens chez moi, que faire ?

Il faut consulter.

  • Mon fils de 4 ans a développé deux tocs depuis 10 jours maintenant : 1.Quand il parle il dit régulièrement tim tam tam tam 2.Quand il marche ou court, il fait régulièrement 2 pas en arrière pour ensuite repartir en avant. Est-ce trop tôt pour m’inquiéter ? Que dois-je faire ?

Ce sont des attitudes rituelles, il faudra voir avec un thérapeute.

  • Mon fils de 3 ans range en ligne ses jouets. Il ne faut absolument pas les bouger car il fait une crise de nerfs énorme, pour lui il faut que ce soit ranger et pas autrement. Bref il ne joue pas il ne fait qu’aligner. Est-ce le début d’un TOC ? Y a t-il un moyen de changer ça rapidement ?

Il faut consulter rapidement.

  • Vous me répondez qu’il faut voir un thérapeute. Cela est donc bien un TOC ?

C'est un rituel qui peut survenir pour abaisser une pensée anxieuse, il vaut mieux consulter pour être sur.

  • Le fait de toujours ressasser des pensées quelqu’elles soient dans sa tête sans arrêt, est-ce un TOC ? Est-il facile de se débarrasser de ce problème ?

Non, c'est une rumination anxieuse, il faut consulter.

  • J’ai plusieurs phobies (oedème de quick, abeille, peur d’avaler de travers) et je pense avoir des TOCS (vérification, propreté). Dés qu’une phobie ou un TOC passe une autre phobie et/ou TOC s’installe. Je ne sais pas par ou commencer et quelle thérapie choisir ? (30 ans / 2 enfants).

Une thérapie cognitive et comportementale.

Le TOC et la phobie sont des troubles anxieux. Les TOC sont des pensées qui nous font peur, le comportement est touché. La phobie: objet qui fait peur. Une obsession est un envahissement psychique par une idée.

  • Je n'ai pas de TOC mais des phobies d'impulsions je me fais très peur parfois je suis une thérapie mais à chaque stress ça revient est-ce normal ?

Oui.

  • Ma mère a des TOCS depuis 10 ans, a essayé la TCC et les médicaments ainsi que les hospitalisations mais rien n y fait. Elle s’est isolée du reste du monde et c’est très dur, tant pour elle que pour l’entourage familial. Que peut-on faire pour l’aider à s’en sortir ?

Il faut la soutenir dans les démarches thérapeutiques.

  • Dans l’émission on a parlé du chiffre 4, j’avais aussi cette envie d’avoir quatre objets sur ma table, tapez quatre fois dans la porte, le chiffre 4 est-il révélateur de quelque chose de particulier ?

Non.

  • La jalousie peut-elle entraîner des TOCS ou des phobies ?

Non mais la jalousie pathologique est une maladie.

  • Comment soigne-t-on un TOC ?

Par les thérapies cognitives et comportementales.

  • Une pensée intrusive ne se compensant pas par un rituel peut-elle être considérée comme un TOC ?

Non, cela peut être une obsession.

  • La TCC est-elle possible dans les phobies d’impulsion ?

Oui, elle est conseillée.

  • La peur de devenir fou prouve t-elle que nous ne le sommes pas ? (puisqu’il s’agit d’une peur consciente) ?

Oui, c'est un trouble anxieux, peut s'avérer invalidant sur le plan anxieux.

La thérapie cognitive et comportementale, consulter.

  • Je m'arrache tous mes cils et sourcils depuis des années je souffre.

C'est de la tricotilonamie, trouble anxieux.

  • Comment soigne t-on les obsessions ?

Par une thérapie.

  • La peur d'avoir peur (peur que les pensées reviennent) est-ce normal dans le cas d'un TOC

Bien sur.

  • Existe-t-il un lien entre la schizophrénie et les  TOCS ?

On peut observer des TOCS dans la schizophrénie.

  • La TCC est-elle compatible avec une vie sociale (travail entre autre) ?

Oui, elle permet de la maintenir.

  • La peur des autres est-elle un TOC ?

Non.

  • La peur de ne pas réussir à s’endormir est-elle un TOC ou une obsession ? Que faire ?

C'est une obsession. Consulter.

  • Comment trouver des centres spécialisés TOC ?

Site de l'Association Française de Thérapie Comportementale et Cognitive. 

  • Combien de temps met-on pour en guérir en moyenne (grâce à une TCC) ?

Les améliorations significatives sont constatées entre 6 mois et 1 an.

  • Pour les obsessions vaut-il mieux consulter un psychiatre ou psychologue ?

Peu importe.

  • Peut-on se soigner hors de son département ? (sectorisation de la psychiatrie) ?

Oui en démarche personnelle.

  • Je ne faisais pas de vérification répétée avant la prise d’antidépresseurs et d’anxiolytiques. Depuis il s’est produit ce genre de comportement. Est-ce un toc suite à la prise de ces produits ?

Non.

 


Les réponses du Dr Charlotte Tourmente


Un tic est une manie, un geste répétitif (autre définition : un mouvement des muscles que l'on ne peut empêcher, comme cligner des yeux par exemple). On parle de TOC lorsque le TOC prend plus d'une heure par jour, qu'il interfère avec la vie sociale, le métier, la vie personnelle. Une grande angoisse est associée au TOC (la réalisation des rituels - comme se laver les mains, éviter les dalles blanches,... permet de lutter contre cette angoisse).

  • Je souffre de TOC depuis toujours. Cependant, j'ai réussi à les contenir en exerçant des activités prenantes et en rationalisant au maximum les actes. Malgré cela, une énorme partie de mon malheur y est associée. Faut-il obligatoirement consulter ? Après 2 thérapies, deux échecs...

Une thérapie associée à un traitement médicamenteux augmente les chances de guérison donc non, ce n'est pas "obligatoire" mais c'est fortement recommandé. Bon courage !

  • Ma mère souffre de TOC et moi même en souffre depuis 2 ans, je n'ose pas en parler avec mon entourage par honte. Malgré mon envie de guérir. Que faire ?

Consultez un médecin. Devant un inconnu, ce sera plus facile de vous exprimer, n'ayez surtout pas honte, c'est un trouble très fréquent, les médecins et thérapeutes voient souvent des patients dans votre cas et ils ne les jugent pas. Nous sommes là pour vous écouter et vous aider à aller mieux.

  • Ma fille de 29 ans souffre de très nombreux TOCS depuis l'adolescence, on la soigne pour dépression mais rien ne marche et son mal être est grandissant. Quelle thérapie conseillez vous, elle n'a plus envie de rien et se dit perdue ?

On conseille souvent une thérapie comportementale pour apprendre à réagir différemment, à ne pas reproduire ses rituels et à apprivoiser l'angoisse que cela génère. LA relaxation, comme la sophrologie, l'hypnose ou le yoga est bénéfique. On donne aussi un médicament antidépresseur qui agit sur le TOC mais il est efficace associé à une thérapie. Une thérapie cognitive peut éventuellement être effectuée pour trouver l'origine des tocs.

  • Le fait de ranger à chaque fois les outils en décalé avec le même espace, comme les couverts à table, entre autre, est-ce un TOC ?

Si c'est une obsession, qui provoque de l'angoisse et suscite le besoin de systématiquement ranger l'outil d'une manière bien précise, que cela occupe plus d'une heure par jour et que cela a des répercussions sur votre vie socio-professionnelle et privée, oui c'est possible.

  • Comment amener mon mari à consulter pour ses TOCS ?

Peut-être en lui montrant l'émission d'aujourd'hui (visible sur le site de France 5/rubrique Allo Docteur pendant 7 jours)et en lui parlant de l'intérêt d'une thérapie et d'un traitement pour diminuer ses angoisses et lui permettre d'aller mieux. Vous pouvez aussi aller sur le site de l'association Aftoc car vivre avec une personne souffrant d'un TOC est usant et anxiogène. Essayez de lui faire comprendre les répercussions que ses tocs ont sur votre vie privée et sur vous-même, sans le faire culpabiliser mais en l'amenant à comprendre la souffrance que cela provoque. Bon courage...

  • Je m'arrache les cils et les sourcils depuis 25 ans, j'aimerais savoir si c'est un TOC et si on peut en guérir ? Est-ce que cils et sourcils peuvent repousser ?

Il s'agit d'une trichotillomanie qui fait en effet partie des TOCS . Je vous conseillerais de consulter votre généraliste afin qu'il vous conseille un thérapeute. Sachez que la thérapies cognitivo- comportementale, les groupes de soutien (consultez l'association Aftoc) peuvent vous aider à aller mieux.

  • Si on a eu des TOCS , il y a un moment où on réussi à arrêter la plupart des rituels mais s'il reste encore certaines angoisses et moments où cela revient, faut-il consulter ? Ou cela restera t-il toujours comme ça ?

Bravo pour les progrès que vous avez déjà faits ! Consultez, vous pouvez aussi vous débarrasser de ces angoisses résiduelles grâce à une thérapie comportementale associée à de la relaxation.

  • A qui s'adresser pour d'éventuelles aides financières s'il y a incapacité totale ou partielle dues aux TOCS ?

Consultez un psychiatre exerçant dans un hôpital publique, la consultation devrait être prise en charge par la CPAM. Adressez-vous aussi à l'association Aftoc pour en savoir plus.

  • Depuis qu'elle a des TOCS , ma mère n'accepte plus aucune remarque ou réflexion et se braque tout le temps. Est-ce une résultante normale du TOC par rapport à un sentiment de honte ou de culpabilité ? Comment dois-je réagir ?

C'est fort possible oui, notamment si cela concerne les remarques autour de ses TOCS. Il s'agit d'une réaction de défense et cela amène la famille à agir selon les règles imposées par le patient. Consultez votre médecin, il vous aidera expliquera comment réagir vis-à-vis de votre mère. Une thérapie familiale peut être intéressante afin de modifier les règles qui régissent la famille (et qui ont été modifiées petit à petit par le malade afin de les centrer sur les TOC du patient).

 


En savoir plus


Les troubles obsessionnels compulsifs se caractérisent par l'apparition récurrente de pensées obsédantes : se laver les mains 40 fois par jour, vérifier 20 fois que la porte de chez soi est bien fermée à clef...

Environ 2 à 4 % de la population seraient concernés par ces troubles. Des traitements existent pourtant. Pour faire le point sur cette maladie qui gâche la vie de milliers de personnes, retrouvez notre chat le 3 septembre de 15 h à 16 h avec Benoît Monié et Laure Foulon, psychologues.

 

En savoir plus

Dossiers sur Bonjour-docteur.com :

Questions/Réponses :

 

    • Mes petites manies prennent de plus en plus de place dans ma vie. Se sont-elles transformées en TOC ? Dois-je consulter ?
      Voir la réponse en vidéo*

 

    • Je me ronge les ongles, je joue avec mes cheveux et les arrache. Peut-on vraiment considérer cela comme des TOC ?
      Voir la réponse en vidéo*

 

  • Ma fille de 6 ans se lave les mains et la bouche à répétition, ne doit alors plus parler ni embrasser, son habillement est difficile, plein de rites. Que faire ?
    Voir la réponse en vidéo*

* Les réponses avec le Dr Frédéric Chapelle, psychiatre

Sur le forum :

  • Vos tocs, tics ou phobies vous rendent la vie impossible ? Parlez-en dans le forum

Associations :

Livre :

  • Bon stress, mauvais stress : mode d'emploi
    Frédéric Chapelle, Benoît Monié
    Ed. Odile-Jacob, avril 2008






Mots clés


Vos réactions sur le forum

Partagez vos témoignages avec d'autres internautes dans le forum

Vos commentaires
Page : 1  2 
Dr Tourmente - Allodocteurs.fr
Modérateur
@Antocharl : en effet, un fort attachement, le fait de le voir s'intéresser à quelqu'un d'autre, la jalousie qu'il en résulte,... peuvent être à l'origine.
Citer
Antocharl
Merci beaucoup.. c'est une énorme souffrance au quotidien depuis des jours.. Je sais que jamais je ne lui ferais du mal.. Je ne pense pas être un tueur refoulé, pas à ce point la, mais j'ai tellement l'angoisse d'avoir envie au fond de moi de lui faire du mal que c'est peut être ça la cause de mon problème.. Vous penser que ce problème serait du à une forte attache ? Car j'ai eu l'impression de ressentir du plaisir au moment ou je me testais, ce n'est pas venu tout seul et depuis j'essaye de combattre ça et de me prouver tout le temps que je tient très fort à lui..
Citer
Dr Tourmente - Allodocteurs.fr
Modérateur
@Antocharl : il y a eu une erreur mais j'ai pu le lire. Vous avez besoin d'aide car votre souffrance est très forte. Peut-être que vous en êtes arrivé là parce que vous avez développé des sentiments extrêmes, propres à l'adolescence souvent. Je comprends que le fait d'avoir envie de mettre fin à votre ami soit très perturbant mais il faut analyser pourquoi vous avez besoin d'aller besoin d'en arriver là en pensées (et non pas de mettre une simple distance avec lui) et surtout il faut prendre conscience de la distance avec la réalité. Je vous recommande vivement de consulter un psychiatre afin de lui parler de ce que vous ressentez, de mettre des mots sur cette souffrance et de vous faire aider.
Citer
Antocharl
Vous avez supprimé mon commentaire ??
Citer
Antocharl
S'il vous plais prenais le temps de lire même si c'est long. Bonjours à tous. Voilà j'ai déjà eu affaire à des pensées horrible à caractère sexuel sur mon grand père après sa mort. De même pour ma chienne fin décembre 2013. Ça s'est ensuite calmé tout seul et ça recommence depuis fin juin 2014 : En vacances avec un ami et une copine j'ai eu une pensée que je n'ais pas réussis à contrôler. Moi qui n'est pas du tout confiance en moi, j'ai besoin que les filles me regardent, ça me permet de me sentir bien dans ma peau. Pendant nôtres dernier jour de vacances, j'ai remarqué que beaucoup de filles regardaient mon meilleur ami. Ça à déclencher en moi comme de la jalousie ou alors je me suis sentis très complexer. J'étais déjà aussi de mauvaise humeur au début de la journée. Et la je me suis dis "le jour ou il vas mourir ce sera moi le plus beau." Hors il risque de mourir à tout moment car il est cardiaque. Je me suis sentie alors très mal. Pendant les jours qui ont suivis, je me suis demandé si J'étais vraiment attaché à lui vu les pensées que j'ai eu sur lui. Je me suis donc imaginé ma vie sans lui, et j'ai eu le sentiment de me réjouir à l'idée qu'il soit mort pour "prendre sa place" et devenir le plus beau. Tout de suite après je me suis sentie très mal, la culpabilité et la honte m'ont très vite gagné. Je me suis alors imaginé le pire du pire pour me tester et me prouver que sa mort m'affecterais trop : je me suis imaginé en train de le poignardé à mort. Et au fond de moi j'ai eu cette sensation de bien être ou de joie et tout de suite après je m'en suis voulu d'avoir ressentie ça. Aider moi s'il vous plait je suis en train de devenir fou je me rends malade, je n'arrive plus à savoir si je tiens vraiment à lui parce que tout est brouillé dans ma tête par rapport à lui.. Avant il etait super important pour moi, je m'inquiéter pour lui et je me disais sans arrêt qu'une opération pour son coeur existait forcement pour le soigné définitivement. Alors pourquoi je ressent maintenant ce genre de chose ? Je ne pense pas avoir des phobies d'impulsion car je sais que je ne passerai jamais à l'acte, ça ne me fais pas peur au contraire. Mais ce qui me rends malade c'est ce sentiment de bien être ou de joie que j'ai eu ou que j'ai cru avoir alors qu'avant nos vacances tout allais bien avec lui, je n'avait aucuns problèmes de pensées ou d'images et de scènes dans ma tête. Je tiens à dire aussi que des que nous sommes rentré de nos vacances j'étais en froid avec lui, je lui en voulait car j'ai vraiment eu l'impression qu'il me mettais au second plan avec un de ses collègues, qu'il le préférais à moi.. S'il vous plais prenais le temps de me répondre, je n'ais que 18 ans et j'ai vraiment peur que ça continue..
Citer
Dr Tourmente - Allodocteurs.fr
Modérateur
@Cdavil : quelle est votre question ? Vous pouvez demander de l'aide à l'assistante sociale de votre mairie.
Citer
Cdavil
Je sius atteinte de syllogomanie depuis l'âge de 16 ans aujourd'hui j'en ai 34, je ne suis plus seule ma file vit dans me bordel et croit que c'est normal.je cherche une aide quelqu'un qui ne me jugera pas parce que c'est le bordel.je suis suivie par une psychologue et un traitement pour la dépression.j'ai un une aide humaine
Citer
Dr Tourmente - Allodocteurs.fr
Modérateur
@jouda : vous avez besoin d'aide, consultez un psychiatre, il pourra vous aider à vous sentir mieux. COurage.
Citer
jouda
je suis une étudiante en 2eme année préparatoire mp j'ai 20 ans . jeune fille. je sens des sentiments qui me fatigue d'une maniéré anormal d'après de ce que j'ai lu dans le site je doute que souffre du toc . je sais pas si c le toc ou n mais a 99% c le toc je me fatigue trop pour faire une chose qui n' est pas même pas remarquable et lorsque je me trouve seule je peut pas cesser de parler seule et m je peut dépasser 4h de discussion avec moi même a haut voie et lorsque je vais a l'institue c a d en classe je constate que j'avais beaucoup de travail que je peut le faire mais je les ai pas fait parce que j perdu tt mon temps a parler seule et par suite c pour c j'ai peut trop des examens et mm au cours des examens au lieu de passer le temps pour résoudre le problème posé je parler t seule a bas voie et tjs j'invente des histoires dans ma têtes et je vis ces moments comme si ces histoires sont réels et existent et je réfléchi tjs je cesse pas de réfléchir
Citer
Dr Tourmente - Allodocteurs.fr
Modérateur
@conseil : il est difficile de se positionner clairement en début de relation. On est persuadé que l'on pourra guérir l'autre (et le temps ou l'expérience prouve que seul l'autre peut se guérir s'il le décide). En revanche, proposez-lui de consulter avec lui le psy qu'il voit pour ses TOC. Mais tant qu'il ne sera pas décidé à vous inclure dans sa vie, vous ne pourrez rien faire...
Citer
Page : 1  2 
Réagir à cet article

Pour réagir à cet article merci de vous identifier

S'abonner à la newsletter
Allodocteurs.fr

Tous les sujets encyclopédiques
Revoir les émissions, poser vos questions
S'abonner à la newsletter
Allodocteurs.fr
Liens non sponsorisés
Allodocteurs.fr : un site d’information médicale, sur lequel vous retrouverez toute votre santé en vidéo, expliquée par des docteurs en médecine et professionnels de santé.
Ce site respecte les principes de la charte HONcode. Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).