Fermer [X]
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et des offres adaptés à vos centres d’intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. Vous pouvez néanmoins refuser l'utilisation des cookies, en cliquant ici
Mis à jour le 24 octobre 2014 à 13h18
Mon compte

  >     >  Césarienne : l'accouchement chirurgical

Césarienne : l'accouchement chirurgical

Par La rédaction d'Allodocteurs.fr
rédigé le 27 mars 2009, mis à jour le 31 mars 2014

En France, une femme sur cinq accouche par césarienne selon la Haute autorité de santé (HAS). Cette technique chirurgicale est normalement pratiquée lorsque l'accouchement par voie basse est impossible ou risqué pour la mère. Comment se déroule une césarienne ? Comment cet acte ultra médicalisé est-il vécu ? Quelles sont les conséquences d'une césarienne ?


Sommaire

 

Césarienne : qu'est-ce que c'est ?


Un acte qui remonte à la nuit des temps. Selon la légende, le mot "césarienne" daterait de la naissance de Jules César, autour de 100 avant J-C, avec l'ouverture du ventre de sa mère. Plus généralement, la mythologie en a fait le mode de naissance des dieux pour souligner le caractère exceptionnel de leur venue au monde.

La césarienne est pratiquée depuis le XVIe siècle et a toujours été réservée aux naissances difficiles. Jusqu'au XXe siècle, elle est partout associée à des taux de mortalité maternelle et infantile très élevés.

En quoi ça consiste ? La césarienne se déroule au bloc opératoire. L'opération consiste à inciser l'abdomen, puis l'utérus, pour faciliter la sortie du bébé. L'intervention est réalisée sous anesthésie générale ou sous péridurale.

Aujourd'hui, il s'agit d'une technique souvent utilisée. 17,5 % des naissances ont lieu par césarienne contre 11 % dans les années 90. Ces chiffres dépendent des maternités. En effet, selon le lieu et les médecins, on enregistre entre 9 et 30 % de césarienne.


Césarienne : quand est-elle pratiquée ?


Les explications de Marina Carrère d'Encausse et Michel Cymes en images

En France, près d'une femme sur cinq donne la vie par césarienne. Parfois dans l'urgence, mais dans près de la moitié des cas, la césarienne est programmée à l'avance selon la Haute autorité de santé (HAS).

Dans son rapport publié en mars 2012, la HAS constate des disparités dans le nombre de césariennes pratiquées selon les départements mais aussi les établissements.

On peut réaliser une césarienne en fonction de la position du bébé dans la cavité maternelle. Par exemple, quand le bébé se présente par l'épaule ou en position transversale, en position de siège ou encore si le placenta s'est déplacé à l'entrée du col. Normalement le placenta est situé en haut. Dans le cas où il est plus bas, il est praevia et il empêche le passage du bébé au moment de l'accouchement.

Les médecins mesurent le diamètre de la tête et le comparent à la taille du bassin de la maman. Quand le rapport entre les deux pose problème, on peut envisager une césarienne (mais on sait que les os du bassin peuvent s'écarter au moment de l'accouchement).

Autre cause de césarienne, les grossesses multiples. Dans ce cas, les césariennes sont rarement obligatoires mais elles sont pratiquées par précaution dans plus de 60 % des cas. En France, le nombre d'accouchements par césarienne a doublé en vingt ans.

 


Césarienne programmée : sur quels critères ?


C'est en général à huit mois et demi de grossesse qu'une césarienne programmée à terme est planifiée. Elle est proposée si des difficultés dans le déroulement de l'accouchement sont prévisibles et peuvent entraîner des conséquences pour la mère ou l'enfant. En voici les différentes indications :

- Si la mère a déjà subi une césarienne : on lui proposera parfois une seconde césarienne mais la possibilité d'un accouchement par les voies naturelles peut aussi être discutée avec l'équipe médicale.

- Si le bébé se présente par le siège : la césarienne n'est pas obligatoire mais peut être recommandée dans certains cas particuliers.

- Si le poids estimé du bébé est trop important (supérieur à 4 kilos) : la césarienne est envisagée en tenant compte de certains critères concernant la mère comme par exemple la présence de diabète.

- Si la mère attend des jumeaux : la césarienne est envisagée en fonction de la présentation des bébés mais elle n'est pas systématique.

- Si la mère est porteuse de certains virus (HIV, hépatite C ou B, herpès) : la césarienne est nécessaire dans certains cas afin de prévenir la contamination de l'enfant lors du passage par les voies vaginales.

- Dans certains cas rares empêchant l'accouchement par les voies naturelles comme un mauvais positionnement du placenta, la césarienne peut aussi être nécessaire.

 

Source : Haute Autorité de Santé, Janvier 2012, Indications de la césarienne programmée à terme.


Une intervention à risques ?


La césarienne : une opération chirurgicale

Cependant, comme tout geste chirurgical, il y a toujours des risques.

Pendant l'opération. En cours d'opération, les organes voisins de l'utérus subirent avoir des lésions : comme une blessure de l'intestin, des voies urinaires ou des vaisseaux sanguins. Cela est très rare mais peut nécessiter une prise en charge chirurgicale spécifique.

L'hémorragie. Dans le cas exceptionnel d'hémorragie provenant de l'utérus pouvant menacer la vie de la patiente, une transfusion sanguine ou de produits dérivés du sang peut être rendue nécessaire.

Après l'intervention. Les premières vingt-quatre heures sont souvent douloureuses et nécessitent des traitements antalgiques puissants. La mère peut voir apparaître un hématome ou une infection de la cicatrice. Ces blessures nécessitent le plus souvent de simples soins locaux. Enfin, la césarienne entraîne souvent des infections urinaires, généralement sans gravité.

Traitement. Sauf cas particulier, un traitement anticoagulant est prescrit pendant la période de l'hospitalisation, afin de réduire le risque de phlébite (formation d'un caillot dans une veine des jambes) ou d'une embolie pulmonaire.


Récit d'une césarienne


Les césariennes ne sont pas toutes programmées, il faut parfois la pratiquer en urgence. Ce fut le cas pour Cécile

Une césarienne peut être pratiquée en cas d'urgence : par exemple, le col de la mère ne se dilate pas durant l'accouchement ; mais aussi lorsque le bébé souffre, lorsque le placenta se décolle ou encore en cas d'une hypertension sévère de la maman qui menace sa vie et celle de son bébé.

Les conséquences ne sont pas seulement physiques : en plus de la douleur, la césarienne, même quand elle est programmée, engendre souvent de la frustration pour les femmes et induit des difficultés supplémentaires dans les premiers jours qui suivent l'accouchement.

Une précision enfin : après une césarienne, rien n'empêche une femme (s'il n'y a pas de contre-indication) d'avoir un prochain accouchement par voie basse.


En savoir sur la césarienne


Questions/Réponses :

Articles et reportages en vidéo :

Ailleurs sur le web 


Mots clés


Vos réactions sur le forum

Vous vous posez des questions sur la césarienne ? Retrouvez des témoignages dans le forum

Vos commentaires
mutine90
Bonjour, j'ai une troisième césarienne programmée pour le 21 février prochain, ma grossesse se passe très bien, bébé 3 va bien et moi aussi! Mes 2 premières césariennes se sont bien passées une en 2000 et l'autre en 2005. Mon gynécologue à l'air inquiet pour cette 3ème césarienne, je ne sais pas pourquoi, aujourd'hui il m'a demandé si je voulais me faire stériliser après l'accouchement!!! Mes 3 grossesses étaient voulues et je contrôle ma fécondité, en plus c'est lui qui m'a donné le feu vert pour cette troisième grossesse, il m'a même prescrit de l'acide folique quelques mois avant la grossesse pour optimiser mes chances... Je croyais que 3 césariennes c'était pas risqué et que cela se faisait souvent, maintenant j'ai peur de mourir pendant l'intervention, quelqu'un à déjà eu 3 césa ou plus qui se sont bien passées? Pourquoi me proposer la stérilisation à 30 ans alors qu'avec le stérilet tout allait bien?
Citer
alex76
Bonjour,
je voudrais savoir quels sont les riques (en chiffres) d'une 4eme cesarienne (uterus impec) et quels sont les riques (en chiffres) de rupture utérine en cas d'AVA3C.
merci beaucoup de votre aide car aucun medecin ne sait me repondre.
Citer
ken
Bonjour, quand on fait dossier complet ça fait une barre sur le côté. Merci
Citer
Dr Tourmente - Allodocteurs.fr
Modérateur
mitouffe : pas de réponse, vous n'avez jamais fait d'examen neurologique pour tester cette insensibilité ? Parlez-en à votre généraliste.
Citer
mitouffe
bonjour j ai subi 3 cesariennes a 3 ans d intervales chacune la derniere remonte a 4 ans et je ne ressens toujours pas le bas de mon ventre jusqu au nombril a peu pres . j en ai parle a mon gyneco il m a dit qu il n avait jamais entendu ca de lapart de ses autres patientes . avez vous des reponses et des solutions a me donner ?merci
Citer
Dr Tourmente - Allodocteurs.fr
Modérateur
Il n'existe pas de règles, ça dépend de chaque femme et de la manière dont les césariennes précédentes se sont passées et ont cicatrisé. Certaines sont limités à 2 césariennes, d'autres peuvent en avoir 4.
Citer
bintou
COMBIEN DE CESARIENNE PEUT SUBIR UNE FEMME?
Citer
titetiti
Bonjour je m appelle tina et je suis des etudes de puericultire et lundi je doit faire un exposser sur la cesarienne et j ai trouve cette video bien et j aimerais la monter dans mon exposer mais comme je vois je ne sais pas l enregistrer comment pourait je faire merci d avance
Citer
Réagir à cet article

Pour réagir à cet article merci de vous identifier

S'abonner à la newsletter
Allodocteurs.fr

Liens non sponsorisés
Allodocteurs.fr : un site d’information médicale, sur lequel vous retrouverez toute votre santé en vidéo, expliquée par des docteurs en médecine et professionnels de santé.
Ce site respecte les principes de la charte HONcode. Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).