Mis à jour le 23 juillet 2014 à 3h20
Mon compte

  >     >  Cancer : l'espoir des essais cliniques

Cancer : l'espoir des essais cliniques

Par La rédaction d'Allodocteurs.fr
rédigé le 17 mars 2009, mis à jour le 6 novembre 2012

Le cancer est la première cause de mortalité en France. Mieux identifier les tumeurs, élaborer de nouveaux médicaments et mettre en place de nouvelles techniques de chirurgie... la recherche contre le cancer est fondamentale. En France, ce sont 2 000 essais qui sont lancés chaque année.

Sommaire

 

Cancer : à quoi servent les essais cliniques ?


Marina Carrère d'Encausse et Michel Cymes expliquent la recherche sur le cancer.

Aujourd'hui, plus d'une personne sur deux guérit de son cancer. Prévenir, détecter, comprendre, soigner, accompagner les malades… telles sont les nombreuses actions de la recherche en cancérologie. Plus de 3 300 chercheurs et techniciens travaillent quotidiennement en France sur ces thèmes.

Depuis que l'on a entièrement séquencé le génome, la compréhension des mécanismes de cancérisation s'accélère. Lorsqu'une cellule devient malade, elle accumule des lésions au niveau de son ADN. Les gènes responsables de la régulation sont lésés. La cellule se dérègle et ne répond plus aux signaux de contrôle. Elle se divise alors indéfiniment pour former une tumeur cancéreuse.

La recherche sur le cancer a aussi permis de comprendre comment cette tumeur est capable de s'auto-entretenir. Les cellules tumorales peuvent envoyer des signaux pour que des vaisseaux sanguins viennent les irriguer.

On sait également que certaines tumeurs restent localisées dans le tissu d'origine (cancer dit in situ), alors que d'autres peuvent métastaser, c'est-à-dire que les cellules malades quittent leur point de départ et envahissent les tissus voisins pour devenir un cancer invasif. Ces cellules migrent, s'accumulent dans les ganglions voisins et forment des cancers dans d'autres parties du corps.

Toutes ces découvertes sur le cancer permettent de mettre au point des traitements de plus en plus efficaces, mieux ciblés et mieux tolérés par les malades.

Déterminer les facteurs de risque, informer le grand public des découvertes et influencer les changements de comportement comme l'arrêt du tabac ou la baisse de la consommation d'alcool découlent des résultats obtenus par la recherche contre le cancer.

 

 

 

 


Des essais cliniques en plusieurs étapes


Pour en savoir plus sur le déroulement des essais cliniques

Habituellement, lors d'un essai clinique, on teste un nouveau traitement sur les malades. Pour vérifier son efficacité, on compare ce nouveau traitement à un placebo (c'est-à-dire un traitement inactif).

En cancérologie, l'essai clinique est un peu différent. On compare le nouveau traitement au traitement standard, c'est-à-dire le traitement de référence pour ce type de maladie. Souvent, il suffit de modifier quelques paramètres du traitement de référence pour innover.

Un essai clinique se déroule en quatre phases. Des phases qui peuvent durer de quelques semaines à plusieurs mois.

Phase 1. Les essais sont effectués sur des patients en bonne santé. Mais comme les molécules utilisées en cancérologie sont trop toxiques, les candidats sont souvent des personnes présentant un cancer avancé et ayant déjà utilisé les traitements de référence. L'essai étudie la toxicité et l’évolution du médicament dans l’organisme.

Phase 2. Elle permet de recueillir les premières informations sur l'efficacité et les effets secondaires. Le plus souvent les essais de phase 1 et 2 s'adressent à des personnes en situation de "rechute".

Phase 3. Elle regroupe jusqu'à 3 000 personnes. La phase 3 permet de comparer l’efficacité et la toxicité de la nouvelle molécule aux traitements habituellement utilisés.

Phase 4.
Dernière étape, le médicament a reçu son autorisation de mise sur le marché mais, il est toujours évalué dans les conditions réelles de prescription. Cette phase regroupe souvent plusieurs milliers de malades dans différents pays.

Les essais de phase 3 ou 4 s'adressent plus aux personnes qui vont recevoir le nouveau médicament comme premier traitement.

Comment participer à un essai clinique ?
Dans plus de 90 % des cas, c’est le médecin qui propose au patient de participer à un essai clinique et cela sous certaines conditions. Le patient doit avoir un profil particulier, on parle de "critères d'inclusion", comme l'âge ou le stade de la maladie. Chaque participant doit signer un "consentement " visant à prouver que le médecin l’a bien informé des contraintes liées à l'essai.

Seuls les essais cliniques réalisés dans les centres spécialisés de lutte contre le cancer sont répertoriés sur le site Internet de la Fédération nationale des centres de lutte contre le cancer.

Actuellement, en France, un tiers des essais cliniques réalisés sont répertoriés.

Chaque essai doit être approuvé par l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé. En pratique, pour qu'un nouveau médicament soit commercialisé, la firme industrielle doit en faire la demande auprès de cette même agence. Elle doit aussi lui fournir toutes les informations recueillies dans les essais thérapeutiques.


Cancer du sein : les progrès de la recherche


Le T-DM1, un nouveau traitement contre le cancer du sein

Le cancer du sein est le plus répandu chez les femmes. Depuis 2008, l'Institut Curie développe un nouveau médicament : le T-DM1. Ce nouveau traitement concerne un type de cancer particulier le HER2 qui représente 15 % des femmes atteintes d'un cancer du sein.


Le plan cancer 2009-2013


Vidéo du 2 novembre 2009

Nicolas Sarkozy a dévoilé, lundi 2 novembre 2009 à Marseille, les grandes lignes du plan cancer II, pour 2009-2013. Ce plan met l'accent sur la lutte contre les inégalités en matière de prévention et de dépistage. Il prévoit également de remettre le médecin traitant au cœur de ce dispositif, de développer la recherche, mais aussi d'améliorer la vie des patients après la maladie.


En savoir plus sur les essais cliniques


Sur Allodocteurs.fr

Questions/réponses :

Chat :

Ailleurs sur le web

  • Clinic Trials (site en anglais)
    Les essais cliniques aux Etats-Unis.



Mots clés


Vos commentaires
Dr Tourmente - Allodocteurs.fr
Modérateur
@chikhaoui09 : je vous ai posté en milieu de semaine dernière un lien vers un site recensant tous les essais cliniques sur ce cancer.
Citer
chikhaoui09
Existe-t-il des essais cliniques en cours contre le cancer des ovaires par radiofréquence, cryothérapie, infra rouge??? Si oui; ou s'adresser ?
Citer
cibola
Etant personnellement concernée (je termine tout juste un traitement de 2 ans pour un cancer du sein), le plan est très intéressant dans ses grandes lignes. Toutefois, plusieurs bémols:
* renforcer le rôle du médecin traitant: encore faudrait-il que l'oncologue lui communique régulièrement les informations (où on en est du traitement, comment le patient le supporte...);
* renouer avec une vie normale après le cancer: merci à la Sécu qui menace de me supprimer les indemnités journalières au bout de 2 ans, alors que je ne suis pas en état de reprendre mon poste !
* articulation avec le monde du travail: là, c'est le grand vide!! Personnellement, je ne suis pas contre le fait de retravailler (bien au contraire, j'aurai enfin le sentiment de reprendre une vie 'normale', à 38 ans), mais mon poste est en inadéquation totale avec mon nouvel état. Seul le médecin du travail en est conscient, le médecin-conseil de la Sécu ne veut rien entendre...
Citer
naty66
Bonjour,
Ma belle soeur suis un traitement à l'hopital de montpellier d'ou on lui injecte des anticorps.celà fait un mois et demi et les résultats sont spectaculaires !les cancerologues n'en reviennent pas eux memes...sa tumeur au pancréas a bien diminuée les metastases au fois aussi et les nodules aux poumons ont disparus.D'après vous a t_elle vraiment des chances de s'en sortir? est-ce que celà pourrait etre un miracle?Parceque après tout se que j'ai lu sur le sujet il n'y a vraiment pas de chance de survi.Pourtant elle est vraiment differrente des autres malades.Elle n'a aucun symptome de cette maladie se qui semble vraiment etrange.j'espère vraiment que c'est un miracle...Merci de me répondre cela me fera beaucoup de bien .J'adore votre emission je la suit tout le temps .
Citer
cursus
Bonjour,
seule faille,les cellules épithéliales comme celles du cancer de l'ovaire.
J'ai été sous Avastin (14 injections) un anti-angiogénèse pour un cancer de l'ovaire métastatique du péritoine. Mon cancer a repris encore plus fort
cordialement
Citer
cursus
encore une fois, vous occultez le cancer des ovaires qui tue 80% des femmes touchées
Citer
Réagir à cet article

Pour réagir à cet article merci de vous identifier

S'abonner à la newsletter
Allodocteurs.fr

Liens non sponsorisés
Allodocteurs.fr : un site d’information médicale, sur lequel vous retrouverez toute votre santé en vidéo, expliquée par des docteurs en médecine et professionnels de santé.
Ce site respecte les principes de la charte HONcode. Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).