Cancer du pancréas : les faux espoirs d'un test de dépistage inventé par un jeune Américain

Un jeune américain de 16 ans, Jack Andraka, raconte lors d'une conférence scientifique en Californie, comment il a mis en point, grâce à Internet, un outil de dépistage bon marché du cancer du pancréas. Une annonce qui retentit dans les médias, mais qui doit être prise avec beaucoup de précautions.

Rédigé le

Cancer du pancréas : les faux espoirs d'un test de dépistage inventé par un jeune Américain
Cancer du pancréas : les faux espoirs d'un test de dépistage inventé par un jeune Américain

Dépister le cancer du pancréas, le plus redouté de tous les cancers, serait-il devenu possible ? Un jeune lycéen de 16 ans, Jack Andraka semble avoir trouver la réponse à cette interrogation. Devant un parterre de scientifiques, lors d'une grande conférence, le 28 février 2013 en Californie, le jeune homme a présenté un procédé peu onéreux pour dépister le cancer du pancréas. 

Une découverte ambitieuse

Suite au décès d'un membre de sa famille, Jack Andraka s'intéresse au cancer du pancréas et grâce à Google et Wikipédia, les "deux meilleurs amis d'un adolescent", dit-il, il conçoit un test de dépistage.

C'est en parcourant de nombreux travaux de recherche sur le web qu'il met en évidence une protéine, parmi des milliers d'autres, la mésothéline, capable de jouer le rôle de signal d'alarme. La mésothéline est une protéine produite en excès par les cellules cancéreuses. Il suffirait alors d'une simple goutte de sang ou d'urine pour détecter cette protéine. Son test serait fiable à 90%, même à un stade précoce de la maladie.

L'adolescent envoie alors son projet à 200 scientifiques et chercheurs... Seul le professeur en oncologie, Anirba Maitra, de l'Université de médecine de Johns Hopkins, à Baltimore (Maryland), décide de parrainer l'initiative du scientifique en herbe. Sa découverte lui vaut le Grand Prix 2012 de l'Intel International Science and Engineering Fair, un prix qui encourage de jeunes adolescents dans leur intérêt pour la science.

Mais si Jack Andraka se profile en effet comme un jeune chercheur aux ambitions prometteuses, il lui reste néanmoins bien du chemin à parcourir pour pouvoir valider ses travaux...

Mais de fausses espérances

En attendant, il s'agit d'"un test qui procure de fausses espérances aux personnes malades", avertit le Dr David Malka, cancérologue digestif à l'Institut Gustave-Roussy, à Paris. Actuellement, il n'existe aucun test de dépistage du cancer du pancréas. De plus, il est difficile de le diagnostiquer, car il ne subsiste aucune prédisposition à cette maladie. Par ailleurs, "le dépistage est toujours problématique car il doit être spécifique, et la protéine mésothéline n'est pas un biomarqueur spécifique au cancer du pancréas", ajoute-t-il.

Selon la Haute Autorité de Santé (HAS) et l'Institut National du Cancer (INCa), plus de 10.000 nouveaux de cas de cancer du pancréas ont été dénombrés en France en 2010. Il s'agit d'une "maladie silencieuse" dont les premiers symptômes sont le plus souvent anodins et non spécifiques. "Une fois que le cancer est diagnostiqué, la tumeur est trop grande, elle mesure déjà trois centimètres, elle est opérable mais les cellules cancéreuses restent, et la survie dans les cinq ans qui suivent l'opération est de 20%", conclut David Malka.

Au-delà de l'histoire de ce jeune Jack Andraka, souhaitons à la recherche de trouver rapidement de meilleurs outils de diagnostic pour mieux lutter contre ce cancer difficile à traiter et au pronostic sombre.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Et aussi :