Alcoolisme : le baclofène autorisé

L'Agence du médicament (ANSM) a donné son feu vert officiel à l'utilisation du baclofène dans le traitement de l'alcoolisme via une procédure d'autorisation temporaire d'utilisation (RTU). L'ANSM attendait l'accord de la  Commission Nationale Informatique et Liberté (CNIL), qui était nécessaire à cette nouvelle procédure.

Rédigé le , mis à jour le

Entretien avec le Dr Florent Perin-Dureau, directeur neurologie psychiatrie antalgie de l'ANSM

La Commission Nationale Informatique et Liberté (CNIL) s'est préalablement prononcée, rendu jeudi 13 mars 2014,, sur le dispositif informatique mis en place pour recenser les effets indésirables qui pourraient être rapportés par les patients durant les trois ans d'application de la RTU. Les patients concernés seront suivis de près, un portail Internet sera mis en place pour guider les patients et les prescripteurs.

Début juin 2013, Dominique Maraninchi, le directeur général de l'ANSM, avait déjà annoncé que le baclofène se verrait accorder cette RTU "dans le mois".

Utilisé depuis 1974 pour soulager des contractures musculaires involontaires d'origine neurologique, le baclofène est actuellement testé pour évaluer ses effets dans le traitement de l'alcoolo-dépendance. Deux essais cliniques sont en cours : l'essai "Bacloville", autorisé en avril 2012 par l'ANSM et l'étude "Alpadir", mise en place en milieu hospitalier en octobre 2012.

La recommandation temporaire d'utilisation (RTU), valable trois ans, peut être prise par l'ANSM lorsqu'il n'existe pas d'alternative thérapeutique appropriée disposant d'une autorisation de mise sur le marché pour une pathologie donnée. 

VOIR AUSSI :

Besoin d'un conseil médical ?

Service proposé par

 logo MesDocteurs

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24