Fermer [X]
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et des offres adaptés à vos centres d’intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. Vous pouvez néanmoins refuser l'utilisation des cookies, en cliquant ici
Mis à jour le 20 septembre 2014 à 20h01
Mon compte

  >     >  Accouchement à domicile, une pratique à risque

Accouchement à domicile, une pratique à risque

Par La rédaction d'Allodocteurs.fr
rédigé le 28 octobre 2011, mis à jour le 6 novembre 2012

Dans certains pays anglo-saxons, de plus en plus de femmes ne veulent plus accoucher à l’hôpital, et préfèrent des lieux moins impersonnels. Mais si ces accouchements hors de l'hôpital sont originaux, ils ne sont pas sans risques…

Accouchement à domicile, une pratique à risque

Accouchement à domicile, une pratique à risque

- La chronique de Magali Cotard, du 27 octobre 2011 -

 

Mis à part quelques expériences originales, l'objectif des femmes qui font le choix de ne pas accoucher à l'hôpital, c'est de pouvoir accoucher chez elles.

Mais comment cela se passe-t-il en cas de problème ? C'est évidemment la question que soulèvent tous ces accouchements à domicile. Des sages-femmes formées à la réanimation peuvent être présentes, et en cas de problème, un transfert à l'hôpital est prévu. Mais ça ne se passe pas toujours comme ça. Dans les pays anglo-saxons, un mouvement est né dans les années 1950 et s'est développé depuis quelques années. On appelle ça "l'accouchement non assisté", ou le freebirthing qui signifie "l'accouchement libre". Et cette fois, tout membre médical est exclu. La femme accouche seule, ou en couple, ou alors entourée d'amis, et évidemment, ce n'est pas sans risque.

En Australie, l'une des plus ferventes militantes du mouvement en a payé le prix fort en 2009… Janet Fraser s'apprêtait à donner naissance à son troisième enfant. Son fils de 5 ans qui devait naître à la maison, est finalement né par césarienne à l'hôpital. Sa fille de 2 ans était née à la maison, mais en présence d'une sage-femme. Alors pour son troisième enfant, elle a voulu passer à l'étape suivante. Aucun médecin n'a suivi sa grossesse car elle souhaitait accoucher sans aucune assistance médicale. Résultat : le 27 mars 2009, le bébé, privé d'oxygène, fait un arrêt cardiaque et décède. En 2009, à Sydney, 4 bébés sont morts en l'espace de 9 mois dans les mêmes conditions.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Ailleurs sur le web :

  • AMREF
     Cette ONG lance une mobilisation internationale qui vise à réduire de 25 % la mortalité maternelle en Afrique, en formant 30 000 sages-femmes d’ici 2015. 

Accouchement à domicile, une pratique à risque

Accouchement à domicile, une pratique à risque

Accouchement à domicile, une pratique à risque

Accouchement à domicile, une pratique à risque

Accouchement à domicile, une pratique à risque

Mots clés


Vos commentaires
Dadil
J'ai accouché à la maison en octobre dernier. Ce n'était pas prévu mais j'avoue que j'y avais pensé pendant ma grossesse, et du coup je ne regrette pas , j'en suis même très fière. J'avais des contractions depuis une semaine, irrégulières et pas très douloureuses, j'avais vu mon gynécologue le matin même qui m'avait dit que ce n'était pas pour tout de suite. Lorsque j'ai perdu les eaux c'était trop tard (et pourtant je suis à 5min de l'hôpital), je ne pouvais plus m'empêcher de pousser, mon mari et les pompiers sont arrivés juste à temps pour 'réceptionner' ma fille! Comme quoi un accouchement est possible sans péridurale, sans épisiotomie, sans médecin pour guider le bébé et vous dire quand pousser. C'est vraiment dommage que le corps médical ne nous fasse pas plus confiance...
Citer
kirikara
C'est vraiment n'importe quoi votre séquenece. Je suis d'habitude une fan de votre émission mais la c'est vraiment de la désinformation. D'úne part l'intro: Les femmes choississent de ne pas acocucher a l'hopital parce que c'est trop impersonnel. C'est completement faux! L'augmentation des accouchements a domicile aux USA/Canada/UK et autre est du au a la surmedicalisation des patientes a outrances. Pitocine pour 90% des accouchements, cesarienne pour un oui ou pour un non, refus du respect des desirs de la patiente, pas de sage femme dans les hopitaux US uniquement des medecins qui sont qd meme a la base des chirurgiens de formation. Un systeme extremement different de la France..! Ensuite, vous faites l'amalgame entre l accouchement sans aide/sage femme et les accouchements a domicile.. Alors que la montee en fleche des AAD se fait avec des sages femmes et un suivi.. C'est completement biaisé et surtout n'informe en rien des risques clairs, des contre indication etc..
Citer
claire79800
Je trouve le fait d'accoucher chez soi plus familial et personnel. Je trouve l'expérience de Nancy très exceptionnelle ! C'est le rêve !!! Il y a certes des risques mais comme pour celles qui habitent loin dans certaines régions, de l'hôpital...... Les sage-femmes devraient plutôt être plus souvent tournées vers cette méthode afin qu'elles puissent être opérationnelles. De toute façon en France tout est médicalisé donc on est encore loin de pouvoir vivre des grossesses (qui ne sont pas des pathologies !!!) sereines à 100%. Et on nous éduque avec la douleur de l'accouchement, on ne nous donne pas assez confiance en nous en tant que femme, cette médicalisation ne nous rend pas maîtresse de notre corps. Je n'ai jamais autant entendu parler de césarienne, ventouse, pré-éclampsie, grossesse à risques ! L'hygiène de vie des gens n'est pas forcément nickel, quand on voit ce qu'on mange, respire et boit de nos jours.
Citer
Réagir à cet article

Pour réagir à cet article merci de vous identifier

S'abonner à la newsletter
Allodocteurs.fr

Liens non sponsorisés
Allodocteurs.fr : un site d’information médicale, sur lequel vous retrouverez toute votre santé en vidéo, expliquée par des docteurs en médecine et professionnels de santé.
Ce site respecte les principes de la charte HONcode. Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).